Chemin de navigation

Tadjikistan

 

 
 

L’aide de l’UE au Tadjikistan est alignée sur les priorités définies par le gouvernement dans sa stratégie de développement national et sa stratégie de réduction de la pauvreté 2010-2013. En tant que pays le plus pauvre de la région, le Tadjikistan bénéficie du niveau d’assistance au développement le plus élevé.

Coopération bilatérale

De 1996 à 2006, 39,5 millions d’euros ont été affectés au programme de sécurité alimentaire au Tadjikistan. La majeure partie de cette aide prenait la forme d’un appui budgétaire au programme de réforme du secteur agricole et de la protection sociale.

Entre 2002 et 2006, 58,55 millions d’euros ont été accordés par le programme TACIS pdf - 498 KB [498 KB] English (en) . Les principaux domaines d’intervention couverts étaient la réforme de la fonction publique, l’enseignement, les programmes sociaux dans la vallée de Ferghana, l’amélioration des conditions de vie dans les régions de Khatlon et de Sughd et un programme d’aide à la réforme institutionnelle.

Entre 2007 et 2010, le portefeuille des activités de développement de l’UE au Tadjikistan s’est concentré sur les secteurs suivants: la santé, la protection sociale, avec des mesures continues visant à améliorer la gestion des finances et l’administration publiques dans ces secteurs, et le développement du secteur privé, notamment dans l’agriculture.

Pour la période 2011-2013, un montant de 128 millions d’euros a été octroyé pour les programmes bilatéraux, afin d’intervenir en priorité sur:

  • la gouvernance;
  • la protection sociale;
  • le développement agricole/rural;
  • la santé.

En savoir plus

Depuis 2004, l’UE soutient les efforts du pays pour créer un système de protection sociale plus efficace et efficient. La réhabilitation des infrastructures, l’approvisionnement en fournitures essentielles et une meilleure prise en charge des populations locales rencontrant des difficultés particulières, revêtent une grande importance.

Depuis 2008, le programme d’appui aux politiques sectorielles en matière de protection sociale soutient les réformes d’assistance sociale (prestations sociales ciblées), la création de services sociaux pour les handicapés et les personnes âgées et les politiques du marché de l’emploi. En 2008-2009, huit nouveaux centres fournissant des services sociaux aux populations vulnérables ont été ouverts. Depuis 2010, ces centres sont entièrement financés par le gouvernement. Depuis 2011, 6 500 familles dans les deux districts pilotes de Yavan et d’Istaravshan reçoivent des prestations sociales ciblées d’un montant de 400 somonis.

L’UE apporte son soutien au secteur de la santé depuis 2007, principalement en aidant le pays à concevoir les éléments constitutifs d’une approche sectorielle. Son aide s’est particulièrement concentrée sur l’élaboration de la stratégie de santé nationale 2010-2020, l’amélioration du processus budgétaire et du cadre de dépenses à moyen terme (CDMT), le suivi des performances par un système de gestion des informations de santé plus fiable et efficace et une meilleure prise de décision factuelle.

Depuis 2008, suite à la réactivation et à l’approfondissement du dialogue politique de l’UE et des autres partenaires du développement, le secteur de la santé a bénéficié d’une augmentation de la part des allocations dans le budget public.

Depuis 2011, l’UE soutient un train de mesures complet pour la santé et la protection sociale avec le programme de soutien au développement humain, qui prend la forme d’un appui budgétaire d’un montant de 26 millions d’euros. Il comprend également un volet d’assistance au développement des capacités pour les réformes en cours dans ces domaines et le soutien aux organisations de la société civile, afin de garantir l’homogénéité et la cohérence entre les différentes modalités d’aide ciblées dans ces secteurs.

L’établissement d’un système de gestion des ressources publiques viable, transparent et responsable, reposant sur les meilleures pratiques internationales en matière de préparation, de suivi et d’exécution du budget, permettrait au Tadjikistan de mieux orienter et prioriser l’allocation de ressources aux programmes les plus importants pour le développement économique et social. L’assistance technique de l’UE a permis de mettre au point toutes les directives et les instructions requises par le CDMT. Par ailleurs, une nouvelle loi sur les finances publiques prenant en compte le CDMT a été formulée et est entrée en vigueur en juin 2011. Avec le soutien technique de l’UE, des progrès ont été réalisés en ce qui concerne les prévisions macroéconomiques, grâce à l’établissement et à la formation d’un groupe intergouvernemental de prévisions composé du ministère de l’économie, du développement et du tourisme, du ministère des finances, de la Banque nationale du Tadjikistan et de l’Agence des statistiques.

Les efforts conjugués du gouvernement du Tadjikistan, des bailleurs de fonds et des institutions financières internationales dans le cadre de la stratégie de réforme de la gestion des finances publiques ont permis de réaliser des progrès spectaculaires dans les domaines des politiques et des procédures budgétaires, dans le but d’atteindre une organisation, une maîtrise et une utilisation plus efficaces des fonds publics.

Auparavant, le soutien de l’UE au secteur agricole était axé sur la réforme juridique afin de favoriser un meilleur développement économique. En 2007, l’Union européenne a réactivé le dialogue politique dans le secteur de l’agriculture et a participé à l’élaboration d’un plan stratégique et de mise en œuvre agricole, qui aborde la réforme agraire et les lois et réglementations y afférentes.

Depuis 2008, la Commission s’efforce de promouvoir le développement du secteur privé agricole par l’intermédiaire du projet de soutien au développement du secteur privé, dont le budget atteint 7 millions d’euros. Depuis le lancement du projet, le cadre financier agricole du Tadjikistan phase II (Tajik Agricultural Finance Framework Phase II, ou TAFF II) appliqué par la Banque européenne pour la reconstruction et le développement a amélioré l’accès aux financements pour les exploitants privés (dehkan) afin qu’ils puissent s’approvisionner, et les a conseillés sur les mesures d’efficacité à prendre. Il est désormais plus simple et plus rapide de créer une entreprise, grâce au projet de guichet unique de création d’entreprise (One Stop Shop for Business Registration), qui remporte un franc succès. Le pays a progressé dans le classement «Doing Business» 2011, passant de la 149e place en 2010 à la 139e place en 2011 (sur 183 pays dans le monde entier). En 2012/2013, le projet de soutien à l’établissement d’un guichet unique pour les procédures liées à l’exportation, l’importation et au transit, qui bénéficie d’un budget de 2 millions d’euros, permettra de simplifier les opérations de commerce extérieur pour les entreprises. Le futur programme d’amélioration de la compétitivité de l’industrie agroalimentaire du Tadjikistan, qui a reçu 16 millions d’euros, favorisera des chaînes de valeur spécifiques dans les domaines de l’agriculture et de la transformation agroalimentaire en apportant une assistance technique et des subventions, ce qui assurera une plus grande diversification de ces deux secteurs.

Vous trouverez des informations plus détaillées sur les projets et les programmes régionaux et thématiques sur le site web de la délégation de l’Union européenne auprès du Tadjikistan.

Dernière mise à jour : 04/09/2012 | Haut de la page