Chemin de navigation

Indonésie

 

 
 

L'Indonésie est un pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure d'environ 220 millions d'habitants. Le produit intérieur brut et le taux d'emploi ont presque complètement récupéré de la crise asiatique de 1998, mais la majorité de la population vit toujours dans la pauvreté, dont près de la moitié avec moins de deux dollars par jour. L'Indonésie s'efforce d'atteindre les objectifs du millénaire pour le développement, en particulier ceux liés à l'atténuation de la pauvreté, mais elle doit également relever des défis de taille concernant l'environnement et combler ses lacunes générales en matière de gouvernance.

Les programmes d'aide de l'UE - 2007-2013

L'objectif général du document de stratégie de la CE pour l'Indonésie (2007-2013)  est la réduction de la pauvreté. La Commission européenne allouera environ 248 millions d'euros au programme indicatif pluriannuel pour les quatre premières années (2007-2010) en faveur:

  • de l'enseignement de base;
  • du commerce et des investissements;
  • de la réforme des autorités répressives et de la réforme judiciaire (en particulier en vue d'instaurer une bonne gouvernance).

En outre, la Commission a contribué 30 millions d'euros en faveur de mesures d'aide spécifiques visant à contribuer à la reconstruction à la suite du tremblement de terre à Java, pour soutenir l'aide humanitaire et à la reconstruction fournie initialement en 2006. L'Indonésie est déjà un bénéficiaire important des programmes de la Commission en faveur de l'intégration régionale dans le cadre de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE) et d'autres programmes régionaux et thématiques de la CE.

Aide récente

Pour la période 2002-2006, l'Union européenne a octroyé 216 millions d'euros dans le cadre du règlement ALA (règlement relatif à la coopération avec l'Amérique latine et l'Asie) pour soutenir deux secteurs étroitement liés:

  • la bonne gouvernance (notamment la gestion commerciale et économique, la démocratisation et l'accès à la justice et la réforme de l'administration publique, et en particulier la fourniture des services de santé et éducatifs de base);
  • la préservation et la gestion durable des ressources naturelles (forêts, eau, environnement en milieu rural).

Les projets bilatéraux en cours portent notamment sur l'éducation, la santé, le commerce et la sylviculture. En font partie un projet d'amélioration de la qualité de l'enseignement de base, en coopération avec les autorités responsables, au niveau tant central que local (20 millions d'euros), un projet d'amélioration de l'accès aux services de santé à Jambi, à l'État de Sumatra du Sud et en Papouasie (35 millions d'euros), un projet de facilitation du commerce entre l'Union et l'Indonésie, qui prévoit une assistance technique et des opérations de jumelage avec des laboratoires techniques communautaires en vue de supprimer les entraves commerciales dans les secteurs d'intérêt mutuel (8,5 millions d'euros), un projet visant à améliorer l'efficacité et la transparence des systèmes de gestion douanière (3,5 millions d'euros), un projet d'amélioration de la gestion de l'eau dans des provinces données (10 millions d'euros) et un projet d'aide à l'initiative FLEGT (application des réglementations forestières, gouvernance et échanges commerciaux), en particulier grâce à la négociation et à la mise en œuvre d'un accord de partenariat volontaire ente l'Union et l'Indonésie qui permettra le suivi des produits forestiers exportés légalement (15 millions d'euros). 

Une enveloppe supplémentaire de 3,58 millions d'euros a été distribuée sous la forme de petites subventions en faveur des droits de l'homme et de la démocratie, et environ 62 millions d'euros ont été alloués à des organisations de la société civile actives en Indonésie par l'intermédiaire de programmes régionaux, tels que le programme d'aide aux personnes déracinées et des programmes dans les domaines de l'enseignement, du commerce et des investissements, et de l'environnement.

À la suite de la catastrophe provoquée par le tsunami en 2004, la Commission a débloqué 200 millions d'euros au profit de la reconstruction d'Aceh et du Sumatra du Nord.Un fonds alimenté par 14 donateurs d'un total de 450 millions d'euros (80 % de la Commission et des États membres) est utilisé pour améliorer l'efficacité de l'utilisation des ressources.L'aide est axée sur la régénération des communautés et sur la remise en état des sources de revenus et des grandes infrastructures telles que le réseau routier ou les ponts. Vous pouvez en savoir plus sur les récents développements en allant sur le site du Multi Donor Fund.

Pour veiller à la durabilité des travaux de reconstruction et garantir la stabilité de la région d'Aceh, la Commission a également débloqué 25 millions d'euros pour la tenue des élections locales et la réforme de la police, du système judiciaire et de la gouvernance au niveau local dans le cadre du processus de paix à Aceh, qui a repris à la suite du tsunami.

Plus d'informations

Le Service européen pour l’action extérieure est chargé de l'élaboration de la stratégie de coopération communautaire entre l'Union et l'Indonésie.

Pour en savoir plus sur les relations de l'Union européenne avec l'Indonésie, consultez le site web de la Délégation de l'Union européenne en Indonésie.

La reconstruction deux ans après le tsunami (20.12.2006).

Dernière mise à jour : 17/02/2012 | Haut de la page