Chemin de navigation

Afghanistan

 

 
 

L’UE est l’un des principaux bailleurs de fonds de l’aide au développement et de l’aide humanitaire en Afghanistan. Entre 2002 et 2011, elle a engagé quelque 2,5 milliards d’euros en faveur du pays, dont plus de 500 millions en aide humanitaire. D’abord strictement humanitaire, l’aide de l’Union européenne cible désormais la reconstruction du pays et le soutien des programmes prioritaires nationaux.

En détail

Programmes d’aide de l’UE 2007-2013

Selon les indicateurs, après plus de trois décennies de conflit, l’Afghanistan figure en bas de la liste des pays à faibles revenus en matière de développement humain. Les services publics et privés ont pratiquement tous été interrompus, la population s’est appauvrie et les institutions gouvernementales se montrent incapables de concevoir et de mettre en œuvre les réformes nécessaires au développement socio-économique solidaire et durable de la région. La stabilisation et le développement de l’Afghanistan constituent dans ce cadre une priorité majeure de la politique de relations extérieures de l’Union européenne.

Afin d’optimiser l’impact et l’efficacité de l’aide, l’Union européenne encourage une meilleure coordination entre les différents donateurs.

Située à Kaboul, la délégation de l’UE en Afghanistan gère l’aide issue du budget de l’UE pour la Commission européenne (CE). L’Afghanistan bénéficie d’une aide financière pour mettre en œuvre les programmes de développement de l’instrument de financement de la coopération au développement de l’UE (ICD). Les priorités actuelles en matière de dépenses sont reprises en détail dans le document de stratégie UE-Afghanistan (2007-2013) et dans deux Programmes indicatifs pluriannuels (MIP) couvrant la même période, conclus de manière formelle avec le gouvernement afghan.

Le document de stratégie UE-Afghanistan (2007-2013) prévoit d’allouer des ressources à six domaines de coopération, dont trois principaux et trois secondaires:

Domaines prioritaires:

Gouvernance

Développement rural

Santé

Domaines secondaires:

Protection sociale

Déminage

Coopération régionale

Sur les 610 millions d’euros du premier Programme indicatif pluriannuel (MIP) pour la période 2007-2010 , 542 millions d’euros ont été affectés à trois domaines prioritaires, à savoir la gouvernance (42 %), le développement rural (28 %) et la santé (20 %). Le reste (+/- 10 %, soit quelque 68 millions d’euros) a été alloué à la protection sociale (3,9 %), au déminage (3,6 %) et à la coopération régionale (3,6 %).

Le second programme indicatif pluriannuel pour la période 2011-2013 (MIP II)  prévoit un budget de 600 millions d’euros, soit une augmentation relative de plus de 30 % par rapport à la période de quatre ans couverte par le MIP 2007-2010.

Le MIP II accorde la priorité à l’aide au développement rural (34,3 %), à l’amélioration de la gouvernance et de l’État de droit (41 %), à la santé et à la protection sociale (22,2 %) et à certains éléments de la coopération régionale (2,5 %), en tant que domaine secondaire.

Efficacité de l’aide

Le soutien de l’UE est conforme aux priorités du gouvernement afghan et, de façon croissante, à celles des programmes prioritaires nationaux (PPN). En 2010, lors de la conférence de Kaboul, le gouvernement a formulé 22 PPN en regroupant les priorités définies dans la stratégie nationale de développement de l’Afghanistan (SNDA) et a demandé à la communauté des donateurs de s’y conformer. 

En 2011, la conférence de Bonn a dressé le bilan des réalisations du «Processus de Kaboul» et a préparé le terrain pour la conférence de Tokyo (juillet 2012), en se concentrant sur la stratégie du gouvernement afghan en matière de développement durable et de croissance économique après la «transition», dont la fin est prévue en 2014. À Tokyo, le gouvernement afghan a présenté sa stratégie à long terme après2014 (après le départ des forces militaires internationales), ainsi que ses priorités et ses engagements en matière de réformes. Les donateurs ont réaffirmé leur soutien à la transition de l’Afghanistan et à une «décennie de transformation» basée sur le partenariat et la responsabilité mutuelle, conformément au Cadre de responsabilité mutuelle de Tokyo (CRMT).

En 2012, deux autres conférences d’envergure sur l’Afghanistan ont façonné le futur visage de l’engagement international dans le pays. La conférence de l’OTAN de Chicago (mai 2012) a tout d’abord reconnu le rôle important joué par la sécurité dans le développement du pays. La conférence ministérielle sur la sécurité et la coopération «Au cœur de l’Asie» d’Istanbul (juin 2012) a ensuite réuni l’Afghanistan, la plupart de ses pays voisins et un certain nombre de pays désireux d’apporter leur aide. L’objectif était de discuter de l’influence essentielle exercée par la coopération régionale dans la création de meilleures opportunités d’investissement et d’une plus grande stabilité dans la région.

L’UE adhère au «New Deal pour l’engagement international dans les États fragiles», qui vise à garantir une meilleure harmonisation des donateurs et une plus grande efficacité de l’aide. Soutenu par l’Afghanistan, ce New Deal a été adopté par les donateurs à Busan (2011).

En mars 2012, l’Union européenne a lancé à Kaboul des négociations portant sur un accord de partenariat/coopération au développement à long terme avec l’Afghanistan. Cet accord couvre un large éventail de secteurs, dont le commerce, le développement, la justice et les affaires intérieures. Il apportera une base légale aux relations entre l’Union européenne et l’Afghanistan, renforçant ainsi pour la première fois les engagements mutuels entre les deux entités.

Outre l’aide bilatérale, l’Afghanistan bénéficie également des programmes suivants:

  • Programmes régionaux de l’UE pour l’Asie. Le programme d’aide aux populations déracinées, offre son assistance aux retours volontaires et à la réintégration des réfugiés afghans et aide les réfugiés afghans au Pakistan et en Iran. Le programme Erasmus Mundus encourage la coopération universitaire.
  • Programmes thématiques, dont le programme de sécurité alimentaire, qui vise à améliorer la sécurité alimentaire, essentiellement au sein des populations les plus pauvres.

Le pays bénéficie également de l’Instrument européen pour la démocratie et les droits de l’homme (IEDDH) et de l’Instrument de stabilité (IfS).

Plus d’informations

Délégation de l’Union européenne en Afghanistan.

La direction générale de l'aide humanitaire et de la protection civile

La délégation du Parlement européen pour les relations en Afghanistan

Le Conseil de l’Union européenne: relations UE-Asie

EUPOL – la mission de l’UE axée sur le soutien aux services de police

Dernière mise à jour : 15/01/2014 | Haut de la page