Chemin de navigation

Agriculture durable

Le développement rural et l’agriculture jouent un rôle essentiel pour éradiquer la pauvreté et réaliser les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) dans les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP). L’UE soutient diverses initiatives dans le domaine de l’agriculture durable dans l’optique de réduire la pauvreté, d’améliorer la sécurité alimentaire et de protéger les ressources naturelles.

Fermière au Malawi, Afrique

L’agriculture, l’élevage, la foresterie et la pêche constituent la base économique de la plupart des populations pauvres des pays ACP. En raison d’une faible productivité et d’une lourde dépendance vis-à-vis de l’agriculture pluviale, l’insécurité alimentaire et la malnutrition sont fréquentes dans les zones rurales, surtout en Afrique subsaharienne.

Les faiblesses des règles et des cadres législatifs, des structures de gestion et des infrastructures sapent l’apport et le rôle de l’agriculture dans le développement rural et, par ricochet, la croissance et l’emploi, et menacent la protection des écosystèmes et de la biodiversité.

C’est la raison pour laquelle l’UE soutient divers programmes dans le domaine de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, lesquels sont étroitement liés au développement du commerce et des capacités du secteur privé et favorisent l’adaptation des systèmes agricoles menacés par le changement climatique.

Faire progresser le développement agricole en Afrique

Dans une communication de 2007, la Commission a établi un cadre de coopération avec l’Union africaine axé sur le renforcement des capacités et le renforcement institutionnel des organisations régionales et continentales.

Les objectifs des initiatives panafricaines dans ce domaine consistent notamment à soutenir la mise en œuvre:

Développer les petites exploitations agricoles dans les pays des Caraïbes et du Pacifique

Dans les pays des Caraïbes et du Pacifique, la production agricole rencontre des difficultés similaires, notamment le changement climatique, les catastrophes naturelles, le prix élevé des denrées alimentaires, la petite taille des marchés intérieurs et la dépendance vis-à-vis de quelques produits d’exportation.

L’UE cherche à résoudre ces problèmes en collaboration avec ses pays partenaires dans les régions, en favorisant le développement des petites exploitations agricoles grâce à une intégration plus étroite sur les marchés locaux, nationaux, régionaux et, le cas échéant, mondiaux. Elle met à profit les ressources institutionnelles et techniques locales, mais également les ressources provenant d’Afrique, où les outils sociaux, économiques et technologiques de développement agricole ont été éprouvés dans divers environnements, dont certains sont très similaires à ceux des Caraïbes et du Pacifique.

Programmes et projets

  • Renforcer les institutions et les processus du Programme détaillé de développement de l’agriculture africaine (PDDAA)
  • Le Programme détaillé de développement de l’agriculture africaine a été mis en place pour parvenir à un développement axé sur l’agriculture et éliminer la faim sur le continent africain.

    Ce projet financé par l’UE a été lancé pour soutenir le PDDAA en renforçant les organisations qui favorisent le développement et la mise en œuvre des processus du PDDAA.

  • Programme de politique agricole intra-ACP (orienté sur les Caraïbes et le Pacifique)
  • Ce programme se penche sur les besoins spécifiques des petites exploitations agricoles et des communautés rurales et encourage le partage des connaissances pour renforcer les capacités en vue de développer des systèmes agricoles viables dans des régions où les terres agricoles sont peu nombreuses, mais où la population augmente, dans des communautés rurales souvent isolées.

  • Des systèmes accessibles pour gérer les risques de l’agriculture familiale en Afrique
  • Pour améliorer la sécurité alimentaire et les moyens d’existence des paysans pauvres en Afrique, cette initiative vise à renforcer l’accès à des outils de gestion des risques agricoles efficaces et leur utilisation par les petits exploitants agricoles.

  • Facilité d’assistance technique (FAT) du Fonds africain pour l’agriculture (FAA)
  • Cette facilité a été mise en place pour permettre aux petites entreprises, aux petits exploitants agricoles, aux organisations et aux coopératives paysannes de bénéficier des fenêtres d’investissement du FAA en leur apportant une assistance technique.

  • Programme de soutien aux organisations paysannes en Afrique (SFOAP)
  • L’objectif du SFOAP est d’améliorer les moyens d’existence des producteurs agricoles pauvres en Afrique. Pour ce faire, il renforce les capacités des petites organisations paysannes dans les pays africains et celles de leurs réseaux régionaux et panafricains, cherche à influencer les politiques et soutient les programmes touchant à l’agriculture, au développement rural et à la sécurité alimentaire.

  • Soutien au FARA (Forum pour la recherche agricole en Afrique)
  • Cette organisation faîtière rassemble les principales parties prenantes de la recherche et du développement agricoles en Afrique pour jouer un rôle de défense et de coordination.

  • Soutien à la Plateforme de partenariat entre l’Afrique et l’Europe sur la recherche agricole pour le développement (PAEPARD) (Phase II)
  • Ce programme, financé par l’UE, favorise la collaboration scientifique et technique entre l’Afrique et l’Europe dans le domaine de la recherche agricole pour le développement, en mettant l’accent sur les partenariats inclusifs avec des acteurs autres que des chercheurs scientifiques, afin d’encourager les partenariats orientés sur la demande et mutuellement bénéfiques.

  • Centre technique de coopération agricole et rurale (CTA)
  • Le CTA est une institution internationale conjointe du Groupe des États ACP et de l’UE. Il a pour mission d’améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle, d’accroître la prospérité et de garantir une bonne gestion des ressources naturelles dans les pays ACP. Pour ce faire, il se concentre sur les processus politiques, ainsi que sur la gestion des informations, de la communication et des connaissances.

  • Améliorer la gestion de la pêche dans les pays ACP
  • Basé sur une initiative précédente visant à améliorer la gestion de la biodiversité et de la pêche dans les pays ACP, ce programme favorise la gestion durable et équitable de la pêche dans les régions ACP, permettant ainsi de réduire la pauvreté et d’augmenter la sécurité alimentaire.

  • Programme PIP pour un développement durable du secteur fruits et légumes ACP - Phase 2
  • La première phase de ce programme a aidé les pays ACP à se conformer aux réglementations et aux normes européennes applicables aux fruits et légumes. Malgré les progrès réalisés, ces pays risquent toujours de perdre leurs parts de marché à cause de la concurrence internationale et des exigences plus strictes en matière d’accès aux marchés. La deuxième phase du programme s’efforce donc de faire avancer ce processus.

  • Renforcer les systèmes de sécurité alimentaire grâce à des mesures sanitaires et phytosanitaires (EDES)
  • L’agriculture, l’élevage et la pêche sont vitaux pour les pays ACP, car les exportations alimentaires les aident à accroître leurs revenus et à améliorer leur balance commerciale. Le programme EDES, financé par l’UE, aide les producteurs locaux des pays ACP à produire des aliments sûrs pour les consommateurs locaux, régionaux et internationaux.

  • Consolidation du cadre d’action pour le partenariat UE-Afrique sur le coton
  • Ce partenariat est né pour répondre aux conséquences de la baisse des prix du coton depuis les années quatre-vingt-dix. Il présente deux volets: commerce et développement. Le volet développement consiste à améliorer la compétitivité des filières cotonnières africaines en optimisant l’impact sur le revenu du producteur.

    L’UE contribue au cadre d’action de ce partenariat au profit des associations de producteurs de coton, des associations professionnelles et des organisations économiques régionales au moyen de points focaux régionaux, en étendant les pratiques agricoles durables et en assurant la promotion de la transformation et de la qualité du coton africain.

Dernière mise à jour : 17/12/2012 | Haut de la page