Chemin de navigation

Énergie – Pleins feux sur l’Afrique

L’Afrique est le continent le plus durement touché par la pauvreté énergétique. Dans la région subsaharienne, 30 % de la population a accès à l’électricité et 17 % aux combustibles de cuisson modernes et, partant, accès à des énergies propres et sûres pour leurs besoins fondamentaux comme la cuisson des aliments, l’éclairage, les communications et la santé. L’Union européenne accorde donc une attention particulière aux questions énergétiques dans le cadre de son partenariat avec l’Afrique.

Get the Flash Player to see this player.

Le Partenariat Afrique-UE pour l'énergie (PAEE) est l’un des huit partenariats de la stratégie commune UE-Afrique arrêtée par des chefs d’État et de gouvernement africains et européens à Lisbonne en décembre 2007. Dans le cadre de ce partenariat entre pairs, les deux continents partagent leurs savoir-faire et leurs ressources, mettent en accord leurs intérêts complémentaires et associent étroitement leurs politiques pour relever conjointement les défis énergétiques.

L’objectif général du PAEE consiste à améliorer l’accès à des services énergétiques qui soient fiables, sûrs, d’un prix abordable, d’un bon rapport coût-efficacité, respectueux du climat et conformes aux principes du développement durable pour les deux continents, en mettant tout particulièrement l’accent sur la réalisation des OMD en Afrique grâce à des objectifs concrets à atteindre avant 2020:

  • fournir un accès à des services énergétiques modernes et durables à au moins 100 millions d’Africains supplémentaires;
  • doubler la capacité des interconnexions électriques transfrontalières;
  • doubler l’utilisation du gaz naturel en Afrique;
  • doubler les exportations de gaz africain vers l’Europe;
  • accroître l’efficacité énergétique en Afrique dans tous les secteurs;
  • produire au moins 10 000 MW supplémentaires d’hydroélectricité, 5 000 MW d’énergie éolienne et 500 MW d’énergie solaire;
  • tripler la capacité des autres sources d’énergie renouvelables.

La Facilité de dialogue et de partenariat de l'initiative de l'UE pour l'énergie (EUEI-PDF) appuie ce dialogue stratégique en assurant son secrétariat.

Plusieurs initiatives ambitieuses ont déjà été prises pour faire de la réalisation de ces objectifs une réalité.

Programme de coopération en matière d’énergies renouvelables

Lancé en septembre 2010, le programme de coopération Afrique-UE en matière d’énergies renouvelables (RECP) vise à soutenir le développement des énergies renouvelables en Afrique. Afin de renforcer les connaissances et les capacités à travers le continent, il mobilise l’expertise technologique et la capacité d’innovation de l’Europe.

Ce cadre flexible a débuté par une phase de démarrage de trois ans (2011-2013) axée sur un certain nombre de domaines d’action prioritaires, dont:

  • le soutien des politiques en matière d’énergies renouvelables et le développement du marché;
  • le développement des capacités en faveur de la préparation des projets et de la mobilisation des financements.

La Commission finance la phase de lancement grâce au programme thématique pour l'environnement de l'instrument de la coopération au développement.

Une stratégie pour la période s’achevant en 2020 est actuellement élaborée par les partenaires.

Facilité ACP-UE pour l’énergie

Créée en 2005, la Facilité ACP-UE pour l’énergie est le principal instrument visant l’accès à l’énergie dans les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP). Elle soutient les projets d’amélioration de l’accès à des services énergétiques durables et abordables en faveur des populations pauvres vivant dans les zones rurales et périurbaines.

Des engagements globaux de 420 millions d’euros ont été dégagés pour la période 2006-2013. Ce soutien devrait permettre à plus de 15 millions de personnes de bénéficier d’un meilleur accès à l’énergie.

Les projets financés par la Facilité ont joué un rôle déterminant dans l’élargissement de l’accès à l’énergie dans les zones rurales pauvres. Ils ont permis de réaliser des améliorations tangibles dans les conditions de vie et les conditions socioéconomiques des populations bénéficiaires.

Fonds fiduciaire UE-Afrique pour les infrastructures

Créé en 2007, le Fonds fiduciaire UE-Afrique pour les infrastructures (Infrastructure Trust Fund, ITF) est un instrument visant à favoriser le développement africain en facilitant l’interconnexion et l’intégration régionale du continent africain. Pour ce faire, il appuie des projets d’infrastructure de dimension régionale ou transnationale en Afrique subsaharienne, notamment dans le domaine des infrastructures énergétiques.

L’ITF allie des subventions de la Commission et des États membres avec des prêts à long terme accordés par des bailleurs de fonds autorisés.

Quarante opérations de prêts au total ont été approuvées à la mi-2011, le montant des contributions s’élevant à 214 millions d’euros. Le coût global des projets financés était supérieur à 2,5 milliards d’euros.

Les projets mis en œuvre ont déjà eu des résultats positifs sur le terrain, comme le montrent les rapports ITF. Le secteur de l’énergie a attiré la plupart des opérations de subvention approuvées en 2010 (six opérations pour 31,1 millions d’euros).

Dernière mise à jour : 17/12/2012 | Haut de la page