Chemin de navigation

Le financement de l'aide
investir dans un avenir meilleur

La Commission européenne apporte des milliards d'euros d'aide pour permettre aux pays en développement de se relever. Les fonds européens permettent d'aider des millions de personnes à travers le monde en luttant contre la pauvreté, en stimulant les économies locales et en renforçant la gouvernance dans les pays qui en ont le plus besoin. L'aide est fournie avec circonspection et de manière à assurer l'avenir à long terme des pays en développement faisant face à des difficultés de fonctionnement dans une économie mondiale toujours plus complexe et à la croissance toujours plus rapide.

La Commission finance la plupart de ses programmes de développement destinés aux pays partenaires d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) par le biais du Fonds européen de développement (FED). Les fonds servent également à apporter de l'aide aux pays et territoires d'outre-mer de l'Union européenne. La Commission finance aussi certains programmes avec le budget général de l'Union européenne. Les États membres contribuent au FED ainsi qu'au budget général.

Les fonds de la Commission destinés à l'aide aux pays étrangers sont importants: entre 2003 et 2007, le neuvième FED a fourni 15,2 milliards d'euros aux pays ACP. Le dixième FED s'étalera entre 2008 et 2013 et il est prévu qu'il distribue 22,7 milliards d'euros d'aide.

Le financement est flexible et les fonds sont alloués en fonction des besoins. Par exemple, en 2005 la Commission s'est concentrée sur le financement de la santé et de l'éducation ainsi que sur les projets d'infrastructures et l'aide budgétaire.

Présentation des engagements et financements des pays ACP et des pays et territoires d'outre-mer en 2005 pdf - 52 KB [52 KB] English (en) , 2006 (FED pdf - 61 KB [61 KB] English (en) et budget pdf - 27 KB [27 KB] English (en) ) et 2007 pdf - 13 KB [13 KB] English (en) .

Des fonds bien dépensés

La Commission finance la plupart des programmes d'aide aux pays ACP en quatre étapes. Des programmes indicatifs permettent de déterminer les priorités générales avant que les fonds soient alloués à des projets donnés via les engagements mondiaux. Des contrats de prestation de projets sont ensuite passés avec des tiers par le biais d'engagements individuels. Les prestataires reçoivent enfin leur règlement pour l'exécution des projets.

L'Europe est aussi un leader mondial du paiement d'aides budgétaires qui constituent des contributions directes aux budgets des gouvernements des pays auxquels elles sont destinées. Ce type de financement incite les pays ACP à assumer plus de responsabilités envers leur développement en encourageant les gouvernements à réformer leur économie, à améliorer la manière dont ils gèrent les finances publiques, à réduire la dette et à favoriser les investissements des entreprises sur le plan local.

En offrant une aide aux pays ACP, la Commission fait face à des défis uniques. Premièrement, elle doit trouver le moyen d'agir rapidement tout en respectant les processus de prise de décision de l'Union européenne.

Deuxièmement, alors que la plupart des autres donateurs apportent leur soutien à un nombre restreint d'États plus performants, la Commission doit apporter son aide aux pays en développement. Il s'agit des pays les plus pauvres dont la plupart disposent de structures gouvernementales précaires et de politiques économiques défaillantes.

Troisièmement, la Commission doit utiliser au mieux l'argent du contribuable européen et s'assurer que les programmes de lutte contre la pauvreté correspondent aux besoins locaux et qu'ils fournissent des résultats concrets à long terme.

Une aide plus importante et plus efficace

Depuis 1990, le financement de la Commission destiné aux pays ACP est en hausse régulière chaque année et l'aide consacrée au commerce n'a jamais été aussi importante qu'aujourd'hui. Depuis 2001, la Commission a dépensé plus de 850 millions d'euros pour aider les pays ACP à stimuler leur commerce et à s'intégrer à l'économie mondiale.

La Commission y parvient grâce à:

  • l'utilisation de techniques de financement novatrices: elle a par exemple consacré plus d'un milliard d'euros au soutien de projets dans les domaines de l'alimentation en eau et de l'assainissement, de l'énergie et du maintien de la paix.
  • la simplification de ses procédures.
  • la transmission des responsabilités de la plupart de ses programmes à ses délégations locales.
  • une collaboration plus étroite avec les autres donateurs.

De plus, depuis 2000, la Commission a radicalement modifié son mode de travail. Des bilans d'évaluation sont désormais intégrés aux processus de conception de ses programmes. Des évaluations et des contrôles plus indépendants permettent à la Commission de tirer des enseignements de son expérience et de corriger ses erreurs plus rapidement.

La Commission exige désormais des gouvernements des pays ACP qu'ils s'engagent à apporter leur soutien à de nouveaux programmes lorsque le financement européen s'achève. Le personnel de la Commission qui travaille dans les pays ACP collabore avec ses partenaires, notamment les gouvernements, les ONG et des représentants de la société civile, pour concevoir des programmes "sur le terrain". Cela permet à la Commission d'adapter les programmes aux besoins et aux contextes locaux. En conséquence, les États membres de l'Union européenne, qui doivent donner leur feu vert pour les nouveaux programmes, ont approuvé toutes les propositions de la Commission au cours de ces dernières années.

Plus d'efficacité

La Commission met tout en œuvre pour s'impliquer et engager des fonds plus rapidement que par le passé. Depuis 2001, elle a fait passer le temps moyen de mise en œuvre des projets de développement de cinq à quatre ans. La Commission a mis sur pied un moyen de prendre les décisions concernant les programmes de développement de manière plus rapide et avec moins de contraintes et l'a présenté aux États membres de l'Union européenne. Quant au dixième Fonds européen de développement, il sera le premier à bénéficier de l'ensemble des ressources des FDE antérieurs déjà engagées dans des programmes spécifiques.

Renseignements complémentaires

La DG Développement travaille en collaboration avec les gouvernements des pays ACP pour décider des priorités de l'aide communautaire. Pour obtenir plus de renseignements, consultez le site Web de la DG Développement.

Voir aussi: les rapports annuels sur la politique de développement et les programmes d'aide extérieure de l'Union européenne.

 

Dernière mise à jour : 21/01/2013 | Haut de la page