Chemin de navigation

Santé

Une mauvaise santé est à la fois la cause et la conséquence de la pauvreté. Dans le cercle vicieux des causes et des conséquences, la pauvreté génère une mauvaise santé, qui, à son tour, accroît la paupérisation. Afin d’améliorer la santé dans les pays en développement, l’UE intervient dans le domaine des soins de santé ainsi que dans d’autres secteurs comme l’alimentation, l’eau, le système sanitaire et l’éducation à la santé. Cette approche globale s’est avérée plus efficace et plus durable sur le long terme.



Quoi de neufS'inscrire à ce fil d'information RSS  


  L'accès à la santé, dès aujourd'hui!

Cette vidéo met l'accent sur la contribution de l'UE à la lutte contre la contrefaçon des médicaments et sur les actions mises en place par l'Union pour garantir la qualité des produits pharmaceutiques et pour promouvoir un meilleur accès aux médicaments par les populations concernées.


  L'appel à propositions sur le VIH-SIDA prévention, traitement et soins est maintenant clôturé

L'appel à propositions, 'Capacity building for non-state actors in relation to HIV-AIDS prevention, treatment and care for the European Neighbourhood and Partnership countries', publié le 23 juillet 2010, dans le cadre du programme thématique Développement social et humain est maintenant clôturé. Le calendrier indicatif de l'appel est consultable sur le site Internet central d'EuropeAid.


Soutien financier

Pour la période 2007-2013, l’intervention de l’UE dans les pays en développement en matière de santé est financée par le biais de deux types d’instruments:

• Instruments géographiques : Ils sont mis en œuvre au niveau national et régional. Parmi ceux-ci, citons le Fonds européen de développement (dans les pays ACP), l’Instrument de coopération au développement (en Amérique latine, en Asie et en Afrique du Sud), et l’Instrument européen de voisinage et de partenariat (dans les régions du voisinage). Ces instruments géographiques représentent l’essentiel du soutien de l’UE au secteur de la santé dans les pays en développement;

• Le document stratégique thématique Développement social et humain: ce programme souligne la situation critique de nombreux pays en développement qui souffrent d’une pénurie de personnel dans les systèmes de soins de santé. Il s'intéresse également aux maladies liées à la pauvreté : le VIH/sida, la malaria et la tuberculose. 55% du budget de « Investir dans les ressources humaines » est alloué au pilier Favoriser la santé de tous, qui met l’accent sur l’amélioration de l’accès aux biens publics liés à la santé. En outre, « Investir dans les ressources humaines » soutient également des activités visant à encourager la mise en œuvre de l’agenda du Caire sur les droits en matière de santé sexuelle et génésique adopté lors de la Conférence internationale sur la population et le développement

Informations contextuelles

Comme indiqué dans le règlement portant établissement d’un instrument de financement de la coopération au développement pdf - 421 KB [421 KB] , quatre grandes questions de santé doivent être relevées grâce à l’action extérieure:

• l'accès aux services de santé pour les pauvres et les autres groupes défavorisés;

• la crise des ressources humaines en matière de santé, qui est liée à la migration des médecins, des infirmiers et d'autres travailleurs clés de la santé. Il est en effet urgent de renforcer la capacité de nombreux pays en voie de développement à former, aider et conserver suffisamment de personnels de santé;

• les principales maladies liées à la pauvreté (VIH/sida, malaria et tuberculose), dans l’optique d’aider les pays en développement à offrir, d'ici 2010, l'accès universel à la prévention et aux traitements pour toutes les personnes dans le besoin;

• les droits en matière de santé sexuelle et génésique, dans les pays dont les indicateurs de santé sexuelle et reproductive sont au plus bas et où le statut des citoyens est également le plus bas en termes des droits en matière de santé sexuelle et génésique, en particulier les pays où les gouvernements ne peuvent pas ou ne souhaitent pas prendre les mesures qui s’imposent de leur propre chef.

Dernière mise à jour : 05/04/2013 | Haut de la page