Chemin de navigation

Renforcement des connexions en dehors des agglomérations au sein de la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale

Des mesures ciblées s'imposent pour explorer les capacités de production énergétique de l'Afrique centrale et améliorer l'accès à un approvisionnement énergétique fiable et peu coûteux en faveur des pauvres des zones périurbaines. Un projet financé par la Commission européenne est en voie de concrétiser cela, devant notamment créer 56 000 nouveaux branchements électriques, permettant ainsi à 280 000 personnes d'en bénéficier.

Les zones périurbaines d'Afrique centrale pâtissent souvent d'un manque de connexions électriques et sont confrontées à des problèmes tels que les branchements illégaux, les faibles taux de paiement et les difficultés d'accès.

Afin d'inverser la tendance, un projet d'extension du réseau a été lancé en vue d'améliorer l'accès à l'électricité dans les zones périurbaines des États membres de la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (CEMAC). Les pays bénéficiaires du projet sont le Cameroun, la République centrafricaine, le Tchad, la Guinée équatoriale, le Gabon et la République démocratique du Congo.

La Commission européenne soutient ce projet par une subvention accordée au titre de la Facilité ACP-UE pour l'énergie. Une enveloppe globale de dix millions d'euros, pour un coût total de projet de 20 millions d'euros, ont été alloués par la Facilité pour la période 2008-2011.

Cérémonie de lancement du projet (Cameroun) – Discours de l'ambassadeur de l'UE, Raul Mateus Paula

Une amélioration des conditions de vie

Le projet créera 56 000 nouveaux branchements, ce qui permettra à 280 000 personnes de bénéficier de cette initiative. Une attention particulière a été accordée aux foyers, artisans, commerçants et infrastructures sociales et publiques de la région, afin d'optimiser les possibilités que constituent ces nouveaux branchements en termes de travail, de services médicaux, d'apprentissage et de gestion d'entreprise.

Ce projet apporte de ce fait une contribution essentielle à l'objectif prioritaire de la Commission européenne, qui consiste à assurer l'accès à l'énergie durable pour tous.

En plus des nouveaux branchements, le projet développera des solutions innovantes pour connecter les habitants des zones périurbaines. Afin de maintenir les résultats de ces mesures, une attention particulière sera accordée aux techniques de planification et de gestion de l'intégration régionale.

Des efforts payants

Depuis le lancement du projet, beaucoup de choses ont été accomplies. Des réseaux pour 5 500 branchements potentiels ont été mis en place et 1 800 raccordements ont été établis dans des zones pilotes. Sociétés d'électricité et ministres des pays de la CEMAC travaillent de concert dans le cadre de ce projet, établissant des échanges fructueux sur les moyens concrets de trouver des solutions rentables. Grâce à cette collaboration, les pays ont adopté un plan régional identifiant des interconnexions prioritaires et des zones d'accès. Cette intégration régionale contribuera à rendre plus efficace l'utilisation des ressources énergétiques régionales, à renforcer la sécurité d'accès et à abaisser le coût de l'énergie.

En ramenant le coût des connexions à 60 euros, le projet a permis à la plupart des habitants de la région de bénéficier de l’une d’entre elles.

«Ce projet est d'une importance capitale: par lui, l'Union européenne entend contribuer à la lutte contre la pauvreté; or l'accès à l'électricité constitue un aspect majeur de ce processus.»
Raul Mateus Paula, ambassadeur de l'UE au Cameroun

 

«Ce projet fait partie des initiatives prises par les pouvoirs publics pour améliorer les conditions de vie des populations, en particulier dans les zones à faibles revenus en expansion rapide qui entourent nos centres urbains
Jean David Bilé, président-directeur général de la compagnie d'électricité camerounaise AES-SONEL

Dernière mise à jour : 13/04/2012 | Haut de la page