Chemin de navigation

Recherche pour les politiques de développement

Mobiliser la recherche européenne en faveur des politiques de développement

L'initiative commune "Mobiliser la recherche européenne en faveur des politiques de développement"a été lancée en 2007. Elle permet à des experts d'universités et de centres de recherche européens spécialisés dans le domaine du développement d'être associés au processus d'élaboration des politiques au niveau européen. La Commission européenne y participe, aux côtés de plusieurs Etats membres (Espagne, Finlande, Luxembourg, Royaume-Uni et Suède).

S'appuyant sur l'excellence et l'innovation, cette initiative vise à mieux affirmer le point de vue de l'Union européenne sur les questions de développement sur la scène internationale et à rapprocher la communauté européenne de la recherche et les responsables politiques.

Le principal résultat de cette initiative sera la publication annuelle d'un rapport européen sur le développement, qui présentera une analyse prospective des questions de développement sous l'angle de la recherche. La première édition de ce rapport, qui sera le pendant européen d'autres grands rapports internationaux, sera publiée en 2009.

Première édition du rapport européen sur le développement

Le premier rapport européen sur le développement, intitulé "Overcoming fragility in Africa ? Forging a new European approach" ("Surmonter la fragilité en Afrique ? Pour une nouvelle approche européenne") a été présenté à Stockholm lors des journées européennes du développement, organisées du 22 au 24 octobre 2009.

Rapport européen sur le développement pdf - 3 MB [3 MB] български (bg) čeština (cs) dansk (da) Deutsch (de) eesti keel (et) ελληνικά (el) English (en) español (es) italiano (it) lietuvių kalba (lt) magyar (hu) Malti (mt) Nederlands (nl) polski (pl) português (pt) română (ro) slovenčina (sk) slovenščina (sl) suomi (fi) svenska (sv) ‫العربية ‪(ar)
Guide du rapport pour le grand public pdf - 2 MB [2 MB] Deutsch (de) English (en) español (es) suomi (fi) svenska (sv)  

Pourquoi la fragilité?
"Nous devons résoudre le problème de la fragilité si nous voulons progresser dans la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement". F. Bourguignon et al., Millennium Development Goals at Midpoint: Where do we stand and where do we need to go? pdf - 2 MB [2 MB] English (en) .

"9 % de la population et 27 % des personnes les plus démunies des pays en développement vivent dans des Etats fragiles (pays à faible revenu en difficulté).La situation ne pourra s'améliorer que si ces Etats parviennent à mieux résister aux chocs, et s'ils renforcent leur capacité à absorber des fonds externes et à mobiliser leurs propres ressources, afin de réduire durablement la pauvreté et de renforcer leur sécurité économique".
Banque mondiale, Rapport de suivi mondial des objectifs de développement pour le millénaire (2007).

Ce constat est d'autant plus vrai que les pays africains fragiles sont durement frappés par la succession des crises alimentaires, énergétiques et financières, du fait de leur faible capacité à résister aux chocs et à les surmonter. Les interventions extérieures doivent donc avoir pour objectif à long terme d'aider les pays fragiles et leurs populations à se rétablir plus vite après un choc externe.

Cinq priorités de l'aide aux pays africains fragiles
La vulnérabilité de ces pays provient du fait qu'ils doivent lutter pour s'adapter à l?imprévu et qu'ils sont dépourvus des filets de sécurité et des mécanismes nécessaires pour résister aux menaces externes et internes. Il est très difficile de proposer une définition univoque des Etats fragiles, qui sont chacun ancrés dans des contextes historiques, ethniques, socioéconomiques, culturels et politiques différents. Ils partagent cependant un certain nombre de traits communs: conflits, instabilité, mauvaise gouvernance, faiblesse de la cohésion sociale et insuffisance des services publics.En outre, dans chacun de ces pays, l'état de fragilité compromet gravement les perspectives de développement.

Le premier rapport européen sur le développement 2009 propose cinq domaines d'action prioritaires pour une nouvelle approche européenne de la fragilité en Afrique subsaharienne:

  • combler l'écart entre les besoins immédiats et les politiques à long terme, afin d'améliorer la capacité de résistance des pays;
  • renforcer le capital social et humain;
  • soutenir le développement des capacités institutionnelles et la cohésion sociale;
  • favoriser l'amélioration de la gouvernance à l'échelle régionale;
  • coopérer avec les pays fragiles afin de renforcer la sécurité et le développement.

Etude de l'UE sur les objectifs du millénaire pour le développement (OMD)

Dans le cadre de cette initiative, une équipe de spécialistes du développement dirigée par le professeur François Bourguignon (directeur de l'école d'économie de Paris) a été mise sur pied en 2008. Cette équipe est chargée de formuler des avis indépendants sur les progrès accomplis pour atteindre les objectifs du millénaire face à l'évolution de l'économie mondiale.

Les objectifs du millénaire pour le développement à mi-parcours : où en sommes-nous et où devons-nous aller ?

Selon l'étude, le monde est en voie de réduire la pauvreté de moitié d'ici à 2015 (en prenant 1990 comme année de référence): entre 2000 et 2005, 120 millions de personnes sont sorties de la pauvreté, soit une baisse annuelle de 2,4 %.

En outre, sur cette même période :

  • 2 millions de vies ont été sauvées grâce à la réduction de la mortalité infantile;
  • 30 millions d'enfants supplémentaires, âgés de 6 à 12 ans, sont scolarisés;
  • 30 millions de familles supplémentaires ont accès à l'eau potable;
  • autant de filles que de garçons vont à l'école primaire.

Toutefois, ces progrès sont très inégaux et trop lents dans certains domaines. La réduction de la pauvreté à l'échelle mondiale est en grande partie due à la rapidité de la croissance dans les grands pays asiatiques comme la Chine, l'Inde et l'Indonésie. En dépit d'une récente reprise de la croissance, l'Afrique sub-saharienne reste à la traîne en ce qui concerne les OMD liés ou non aux revenus.

En outre, de nouvelles tendances et de nouveaux problèmes mondiaux comme le renchérissement des produits alimentaires et du pétrole, la crise financière et, à plus long terme, les conséquences du changement climatique sont source de difficultés nouvelles, voire menacent la viabilité des progrès réalisés jusqu'à présent dans le domaine de la réduction de la pauvreté.

Lors d'un discours prononcé à Bruxelles devant les acteurs du développement, François Bourguignon, président du groupe, a attiré l'attention sur les points suivants : "Nos recherches démontrent que les OMD demeurent un cadre pertinent pour les actions en faveur du développement à l'horizon 2015. Il convient, toutefois, d'en accélérer les progrès, ce qui demande une plus grande cohérence stratégique à tous les niveaux. Les progrès sur la voie de la réalisation des OMD sont fonction de trois facteurs, à savoir, dans quelle mesure les pays en développement bénéficient de la croissance économique mondiale, dans quelle mesure leurs propres politiques contribuent à la réduction de la pauvreté et dans quelle mesure l'aide est bien distribuée et utilisée. Chacun de ces domaines présente des points préoccupants".

Le groupe de chercheurs formule sept grandes recommandations en vue d'accélérer les progrès :

1) les OMD doivent être intégrés dans un cadre cohérent en faveur d'une croissance équitable et de politiques sectorielles bien conçues;

2) les donateurs doivent tenir leurs promesses quant aux volumes d'aide et à une meilleure mise en oeuvre de l'aide;

3) l'adoption par les pays en développement de politiques nationales saines joue un rôle crucial, mais il n'existe pas de recette politique unique valable pour tous les pays;

4) la communauté internationale doit sensiblement améliorer la cohérence des politiquesau regard des OMD, notamment dans le domaine du commerce, de la réglementation du système financier, des flux migratoires et de la sécurité;

5) les plus pauvres doivent être protégés contre les chocs, qu'il s'agisse de la hausse du prix des aliments et du pétrole ou des effets naissants du changement climatique, d'où l'importance des systèmes de protection sociale et d'assurance;

6) les pays dont les institutions sont fragiles et qui sont en proie à des conflits récurrents nécessitent des approches spécifiques mobilisant des ressources politiques, techniques, financières et parfois militaires;

7) compte tenu de l'évolution rapide de la distribution géographique de la pauvreté et des perspectives économiques des pauvres, il convient de commencer dès à présent à réfléchir aux OMD au-delà de l'horizon 2015.

En sa qualité de plus grand donateur d'aide au monde et de partenaire commercial de taille, l'UE peut jouer un rôle spécifique dans ce nouveau projet de réalisation des OMD grâce à son expérience en matière d'intégration régionale et à ses atouts spécifiques, comme le reflète le consensus européen pour le développement.



Plus de photos de la présentation
L'étude de l'UE: "Les objectifs du millénaire pour le développement à mi-parcours : où en sommes-nous et où devons-nous aller ?" pdf - 351 KB [351 KB] български (bg) čeština (cs) eesti keel (et) English (en) latviešu valoda (lv) română (ro) slovenčina (sk) slovenščina (sl)  a été officiellement présentée le 19 septembre 2008 à Bruxelles en présence du professeur François Bourguignon et des membres de son équipe de recherche, ainsi que de représentants de la Commission européenne et du DFID.

L'étude a également été présentée à New York le 24 septembre 2008, en marge de la réunion de haut niveau des Nations unies sur la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement. Louis Michel, commissaire européen chargé du développement et de l'aide humanitaire, a ouvert la réunion en rappelant les valeurs qui sont au coeur de la politique européenne en matière de développement, ainsi que la situation concernant la réalisation des OMD et les enjeux à venir.

Dernière mise à jour : 14/05/2012 | Haut de la page