Chemin de navigation

Sécurité et développement

Les guerres et les conflits ont des effets dévastateurs sur le plan humain et sociétal, qu'il s'agisse du déplacement des populations, de la généralisation de la violence, du drame des camps de réfugiés, de l'expansion du VIH ou encore de l'effondrement des structures socio-économiques et des institutions de l'Etat. Autant de bouleversements qui marquent un pays pour plusieurs générations.

Bien qu'il ne fasse aucun doute qu'il ne peut y avoir de développement durable sans paix et sans sécurité et qu'il n'y aura pas de paix durable sans développement et sans éradication de la pauvreté, la capacité de la politique de développement à assurer une paix à long terme n'a pas encore été pleinement appréhendée et donc exploitée.

L'interdépendance de la sécurité et du développement, notamment de la réduction de la pauvreté, est l'une des principales raisons pour lesquelles les menaces pesant sur la sécurité humaine et la sécurité des Etats se diversifient à un rythme accéléré.

Pour toutes ces raisons et parce que l'UE, en tant qu'acteur de premier plan sur la scène mondiale, dispose d'un large éventail d'instruments, les services de la Commission européenne et le Secrétariat général du Conseil ont élaboré un document de réflexion visant à renforcer la cohérence des politiques de l'UE.

Le Conseil "Affaires générales" de novembre 2007 s'est appuyé sur ce document pour adopter les conclusions du Conseil invitant les Etats membres, la Commission et le SGC à faire progresser les travaux sur la sécurité et le développement lors des prochaines présidences, notamment dans le cadre de la cohérence des politiques pour le développement (CPD).

Ces travaux font suite à l'étude approfondie du concept de cohérence des politiques pour le développement et, plus particulièrement, du rapport établi en 2007 par l'UE sur ce sujet. Ce rapport se fait l'écho des préoccupations exprimées par les Etats membres de l'UE quant à la nécessité d'une meilleure coordination des activités relevant des premier et deuxième piliers. Ces préoccupations concernent tant la planification que la conduite des missions PESD, lesquelles doivent s'intégrer davantage dans des programmes globaux d'aide au développement à long terme de manière à améliorer l'efficacité de l'intervention de l'UE dans son ensemble.

Un autre signe de la volonté du Conseil de poursuivre dans cette voie est la décision de créer une nouvelle délégation spécifique de l'UE auprès de l'Union africaine, dont le chef assumera également la fonction de représentant spécial de l'Union européenne auprès de l'UA (double casquette).

Les documents de stratégie par pays et les documents de stratégie régionale intègrent de plus en plus les évaluations, les analyses et les réponses en rapport avec la sécurité ou les conflits et des efforts supplémentaires seront consentis à la suite des conclusions du Conseil sur le lien entre sécurité et développement et de l'élaboration d'un plan d'action spécifique.

Haut

Dernière mise à jour : 17/02/2012 | Haut de la page