Amélioration des conditions de vie des populations les plus défavorisées par accès à l'eau potable et à l'assainissement dans la région maritime du Togo.

Amélioration des conditions de vie des populations les plus défavorisées par accès à l'eau potable et à l'assainissement dans la région maritime du Togo.

Promotion de l'accès à l'eau potable et à l'hygiène pour le bien être de la population.

Ceux qui sont venus nous parler, nous ont démontré que nos propres défécations pouvaient revenir dans notre alimentation, à travers les mouches. Il nous ont montré comment y mettre fin et j'ai compris que je n'avais pas besoin d'argent pour construire ma latrine à domicile.

Eugénie Amogninè, Habitante du village d'Afohui (Vo) - TOGO

CONTEXT

Le manque d'accès à l'eau potable et à un assainissement de base de qualité; une forte mortalité infantile, liée à un accès limité à l’eau potable, au manque d’installations sanitaires, à un environnement insalubre et aux mauvaises pratiques d'hygiène caractérisent le milieu cible du projet. Les communautés, milieux sanitaires et scolaires doivent veiller à (i) l'évacuation des excréta et eaux usées et l'accès durable à l’eau potable, (ii) l'adoption de pratiques d’hygiène et (iii) la connaissance des questions liées au VIH/SIDA, au paludisme, vaccination.

OBJECTIVES

  • Contribuer à l'atteinte des OMD7 et à la réduction de la mortalité maternelle et infantile au niveau national à travers l’accès aux services d’eau potable, l’hygiène et l’assainissement
  • Améliorer l'accès à l'eau potable et aux services d'assainissement de base pour les populations des villages cibles des préfectures de Vo, de Bas Mono et des Lacs dans la région Maritime du Togo à travers la mise en place de technologies à faible coût telles que le forage manuel

RESULTS

  • 54 écoles sont équipées de 103 latrines et de forages à motricité humaine.
  • 510 salles de classes sont dotées de postes d’eau potable au profit de 17 645 élèves.
  • 17 postes autonomes dans les formations sanitaires au bénéfice de 35 329 personnes dans 50 villages couverts par le projet.
  • 60 forages équipés de pompe à motricité humaine dans les communautés au bénéfice de 15 000 personnes.
  • Les habitants de 44 villages ne font plus leur défécation à l’air libre tandis que 4 826 ménages sont équipés de latrines familiales.

FACTS AND FIGURES

  • Bénéficiaires: 90 926 habitants
  • Zone: Région Maritime

TESTIMONY

Vivre mieux, c'est vivre sainement

"Quand les membres de l'équipe de sensibilisation sont venus demander à voir nos excréments et les endroits où nous déféquons, nous ne l'avons pas accepté, ça nous a fait honte, mais ils ont insisté. Nous les y avons finalement amenés.. Une fois sur place, je me  suis rendu compte du mal que nous nous faisons. Ce matin-là, le ventre vide, je n'ai pas pu m'empêcher de vomir, tellement les odeurs m'étaient insupportables. J'étais obligée de quitter le Groupe.

De retour des buissons, ils ont prélevé le reste des excréments qu'ils sont venus placer près de la nourriture qu'ils nous ont demandé de manger. Nous avons tous refusé, car la nourriture peut être infectée de choléra. Voyant les mouches voler des excréments au repas, nous ne pouvons pas le manger. On allait certainement tomber malade en mangeant. C'est comme si on mangeait nos propres excréments.

Par leur sensibilisation, j'ai compris que ce n'est pas nécessairement de l'argent qu'il me fallait pour construire ma latrine. Ils nous ont montré à base des matériaux locaux comment avoir une latrine familiale. Ainsi nous pouvons mieux nous protéger contre les mouches".

Eugénie Amogninè

Habitante d'Afohui (préfecture de VO)