Chemin de navigation

Problèmes courants dans l’octroi de l’aide

Conséquences

  • Moins de ressources disponibles.
  • Difficulté pour les pays bénéficiaires de participerà l’utilisation des fonds affectés à leur propre développement.
  • La dispersion des aides empêche les pays bénéficiaires d’avoir une vue globale des actions de développement menées dans leur pays, ce qui les dissuade de prendre le processus en main.         
  • En outre, bien souvent, ces pays ne peuvent pas maîtriser les stratégies de développement car les donateurs suivent leurs propres priorités et imposent de nombreuses conditions pour l’utilisation des fonds. Les pays partenaires ont donc peu de possibilités de mettre en place les structures juridiques, financières, administratives et démocratiques nécessaires pour prendre en main leur propre avenir.

Problèmes courants dans l’octroi de l’aide

  • Une aide provenant de trop de sources / dispersée sur trop de projets et programmes.         
    Les fonctionnaires, les médecins, les enseignants et les travailleurs humanitaires dans les pays en développement passent trop de temps à établir des rapports, à participer à des réunions avec les bailleurs de fonds (autorités publiques ou organismes) ou à accompagner des missions de suivi.
  • Les objectifs et les programmes sont mal coordonnés. En conséquence, certaines actions font double emploi ou sont mal ciblées.

Comment l’aide de l’UE fonctionne-t-elle?

L’Union européenne et les États membres se partagent les responsabilités en matière d’aide au développement et mènent des politiques complémentaires, ce qui implique une coopération au sein de l’UE et au niveau international.

Coopération au sein de l’UE

Ensemble, l’UE et les États membres:

  • répondent aux priorités des pays en développement, aux niveaux régional et national;
  • encouragent ces pays à prendre en main leur leur processus de développement et incitent l’ensemble des donateurs à participer aux initiatives nationales d’harmonisation;
  • établissent des lignes directrices flexibles indiquant de quelle manière les États membres peuvent contribuer aux projets et aux efforts d’harmonisation déployés par les pays en développement.

Les pays donateurs, pour leur part, participent:

  • à la programmation pluriannuelle conjointe, fondée sur les stratégies de réduction de la pauvreté mises en œuvre par les pays en développement et sur l’appui budgétairedont ils bénéficient;
  • aux mécanismes communs de mise en œuvre, notamment dans le cadre d’analyses communes, de missions conjointes menées par les donateurs et de mécanismes de cofinancement.

L’UE s’appuie également sur l’expérience des nouveaux états membres, notamment en matière de gestion de la transition, et aide ceux-ci à jouer un rôle plus important en tant que donateurs.

Par ailleurs, chaque pays donateur au sein de l'UE est tenu de suivre la mise en œuvre des principes et des engagements relatifs à l’efficacité de l’aide.

Coopération avec les pays en développement et les organismes internationaux

L’Union européenne joue un rôle moteur dans la mise en œuvre des engagements énoncés dans la déclaration de Parisvisant à améliorer l’octroi de l’aide. Par le consensus européen pour le développement, l'UE s’est engagée à:

  • fournir toute l’aide nécessaire au renforcement des capacités au travers de programmes coordonnés, en ayant de plus en plus recours auxaccords multi-donateurs;
  • livrer 50 % de l’aide intergouvernementale au moyen de mécanismes nationaux, notamment en augmentant l’assistance fournie dans le cadre de l’aide budgétaire ou d’approches sectorielles;
  • éviter la création de nouvelles unitésde mise en œuvre des projets;
  • réduire de moitié le nombre de missions non coordonnées.

Pour éviter les doubles emplois et maximiser l'impact et l’efficacité de l’aide internationale, l’UE applique ces mesures en étroite collaboration avec les pays en développement, ses partenaires de développement bilatéraux et les organismes multilatéraux (Nations unies, institutions financières internationales, etc.).

L’UE encourage également les pays en développement à assumer un plus grand rôle au sein des organismes internationaux.

Dernière mise à jour : 17/02/2012 | Haut de la page