IMPORTANT LEGAL NOTICE - The information on this site is subject todisclaimercopyright notice
Evaluation
  EUROPA > Commission européenne > EuropeAid > Evaluation > Méthodologie > Bases méthodologiques > Pourquoi
Last updated: 13/12/2005
EuropeAid

Bases méthodologiques
Utilisation de l'évaluation (pourquoi ?)

EuropeAid
 

Les modes d'utilisation




Méthodologie
• Guide d'évaluation
• Bases méthodologiques
• Outils d'évaluation
• Exemples
• Glossaire
• Sitemap

Méthodes
• Quoi
• Quand
• Pourquoi
• Qui
• Comment

Pourquoi
• Vue d'ensemble
• Utilisateurs
• Modes
d'utilisation

• Diffusion

 
 

De quoi parle-t-on ?

Une évaluation peut être utilisée :

  • pour aider à préparer des décisions
  • pour aider à formuler des jugements
  • pour connaître et comprendre

Ces trois modes d'utilisation ne sont pas exclusifs l'un de l'autre : il faut comprendre pour pouvoir juger et il faut juger pour pouvoir décider.



Pourquoi s'en préoccuper ?

Pour optimiser l'utilité de l'évaluation, c'est-à-dire :

  • pour choisir et rédiger les questions en fonction de l'utilisation attendue,
  • pour ajuster le calendrier et la diffusion en fonction de l'utilisation attendue.


Aider à la décision

L'évaluation peut être conduite au bénéfice de ceux qui vont décider ou négocier un ajustement ou une réforme de l'intervention évaluée. Elle est alors utilisée pour corriger la mise en œuvre, pour concevoir le prochain cycle d'intervention ou pour redéfinir les orientations politiques.
Pour favoriser ce mode d'utilisation, également appelé rétroaction (feedback), les questions d'évaluation doivent être posées en fonction des attentes des décideurs et en prévoyant ce que sera leur agenda décisionnel au moment de la remise du rapport.
L'évaluation peut aider à la décision de deux façons différentes :

  • En formulant des conclusions de façon indépendante, puis en proposant des recommandations. Les évaluations de ce type sont dites " sommative ".
  • En favorisant l'implication des décideurs concernés, ou au moins leurs proches collaborateurs, en vue de créer un phénomène d'appropriation et de rétroaction directe. Les évaluations de ce type sont dites " formatives ".

L'aide à la décision prend différentes formes selon le contexte de la décision:

  • Les recommandations peuvent s'adresser aux gestionnaires et/ou aux concepteurs de l'intervention. Les évaluations qui privilégient ce type d'utilisation sont dites " managériales ".
  • Les recommandations peuvent s'adresser à l'ensemble des partenaires et co-financeurs de l'intervention. Les évaluations qui privilégient ce type d'utilisation sont dites " partenariales ".
  • Enfin, l'évaluation peut être conçue comme une aide à la négociation et à la résolution de problèmes entre les parties prenantes de l'intervention, c'est-à-dire les institutions responsables, les groupes d'intérêts et les acteurs de la société civile. Les évaluations qui privilégient ce type d'utilisation sont dites "pluralistes".


Aide à la formulation des jugements

L'évaluation peut aider les utilisateurs à former leur opinion sur les mérites de l'intervention.
La formulation d'un jugement d'ensemble est particulièrement utile pour rendre des comptes. Dans ce cas, l'évaluation examine les mérites de l'intervention selon les différents points de vue (évaluation récapitulative / sommative). Elle répond aux questions qui sont importantes pour les institutions qui ont alloué les ressources. Le rapport est accessible au grand public. L'indépendance de l'évaluation et la transparence du jugement sont mises en valeur.
Dans ce cas, une attention particulière est apportée à la définition des critères de jugement (aussi appelés " critères d'appréciation raisonnée "). Pourtant, le jugement lui-même n'est définitivement stabilisé qu'au moment de la remise du rapport final et de la discussion des conclusions. Utiliser une évaluation pour rendre des comptes suppose donc d'attendre la fin du processus.


Connaître et comprendre

Au-delà de l'aide à la décision et au jugement qui sont les deux formes d'utilisation généralement visées en priorité, l'évaluation permet aux utilisateurs,d'apprendre de l'intervention, de mieux comprendre ce qui marche et ce qui ne marche pas et pour accumuler des connaissances. Indirectement, elle contribue à transférer les connaissances acquises aux réseaux professionnels qui peuvent avoir un lien direct avec l'intervention évaluée.
A l'inverse de la rétroaction (feedback) qui concerne directement les responsables de l'intervention évaluée, le transfert des leçons est un processus indirect qui passe par les réseaux d'experts à l'intérieur et à l'extérieur de la Commission européenne. La capitalisation des connaissances commence souvent durant le processus d'évaluation, par l'intermédiaire des experts sectoriels impliqués dans l'équipe d'évaluation et le groupe de référence. Cependant, le transfert des leçons apprises commence véritablement après la remise du rapport final. La présentation de l'évaluation dans les réseaux spécialisés est une étape clé dans cette perspective. Elle prend la forme de séminaires ou d'articles techniques.

Top

Recommandations

Dès le début, le gestionnaire de l'évaluation doit privilégier un ou plusieurs modes d'utilisation, puis optimiser le processus d'évaluation de façon aussi adapté que possible aux utilisateurs, par exemple en ajustant :

  • La composition du groupe de référence
  • Les questions d'évaluation
  • La stratégie de diffusion.

Top