IMPORTANT LEGAL NOTICE - The information on this site is subject todisclaimercopyright notice
Evaluation
  EUROPA > Commission européenne > EuropeAid > Evaluation > Méthodologie > Bases méthodologiques > Comment
Last updated: 08/02/2006
EuropeAid

Bases méthodologiques
Processus d'évaluation (Comment ?)
Stratégie d'intervention

EuropeAid
 

Logique d'intervention




Méthodologie
• Guide d'évaluation
• Bases méthodologiques
• Outils d'évaluation
• Exemples
• Glossaire
• Sitemap

Méthodes
• Quoi
• Quand
• Pourquoi
• Qui
• Comment

Comment
• Vue d'ensemble
• Stratégie
• Questions
• Références
• Conception
• Collecte
d'information

• Analyse
• Jugement
• Assurance
qualité

Stratégie
• Vue d'ensemble
• Raison d'être
• Logique
d'intervention

• Politiques
connexes

 
 

Qu'est-ce que c'est ?

Il s'agit de l'ensemble des activités mise en œuvre des effets attendus (réalisations, résultats et impacts) ainsi que des hypothèses qui expliquent comment les activités vont conduire aux effets dans le contexte de l'intervention.

La logique d'intervention peut être " fidèle " aux documents de programmation et aux documents fondateurs de la politique dans laquelle s'inscrit l'intervention. Dans ce cas, les effets attendus sont déduits des objectifs affichés dans les documents officiels. Lorsque l'on reconstruit la logique d'intervention au moment de l'évaluation, on peut prendre en compte des effets qui sont implicitement attendus mais qui n'étaient pas évoqués dans les documents initiaux. On s'écarte alors de la logique " fidèle " et cela doit être précisé. L'approche " fidèle " est pertinente quand les objectifs sont exprimés assez précisément et d'une manière vérifiable. S'ils sont trop vagues ou ambigus, l'autre option est préférable.
Il est fréquent que la logique d'une intervention évolue dans le temps. Le cas échéant, cela justifie de reconstruire plusieurs logiques correspondant à des périodes successives.
La logique d'intervention est une simplification utile de la réalité, mais il faut toujours rester conscient de la complexité du monde réel. En plus de la reconstruction de la logique d'intervention, il est donc utile d'identifier les principaux facteurs externes qui conditionnent ou qui contraignent la mise en œuvre et les effets. Il faut aussi garder en mémoire le fait que les explications causales réelles se révèlent souvent plus complexes que les hypothèses faites au départ.



Pour quoi s'en préoccuper ?

  • Pour aider à clarifier les objectifs et à les traduire en une hiérarchie d'effets attendus de façon à permettre leur évaluation
  • Pour suggérer des questions d'évaluation à propos de ces effets
  • Pour aider à juger la cohérence interne de l'intervention.

Top


Comment la reconstituer ?

Collecter et analyser les documents de référence:

  • Collecter les documents officiels fondateurs de l'intervention et lui affectant des ressources
  • Identifier les principales activités
  • Identifier les objectifs
  • Traduire les objectifs sous forme de résultats et impacts attendus
  • Connecter les activités aux impacts attendus en reconstituant des relations de cause à effet logiques (si… alors…)
  • Vérifier que les relations de cause à effet sont logiques, c'est-à-dire qu'elles peuvent être considérées comme plausibles à la lumière des connaissances disponibles
  • Discuter la logique reconstruite avec quelques informateurs clés (concepteurs et gestionnaires) et avec des experts du domaine / pays concerné
  • Présenter et discuter la logique d'intervention en réunion de groupe de référence

Top

Les présentations les plus courantes

Cadre logique

Cette technique consiste à produire une présentation sous la forme d'une matrice qui spécifie les objectifs (première colonne), comment ils devront être vérifiés (deuxième colonne : indicateurs et troisième colonne : sources), et les principales hypothèses sur les facteurs externes (quatrième colonne).
Les lignes du cadre logique reprennent une présentation simplifiée de la logique d'intervention, en seulement quatre lignes: activités, résultats, finalité (purpose = avantage direct pour le public visé) et objectif global.
Cette représentation convient pour une intervention simple, comme un projet ou un programme bien ciblé. En revanche, cette représentation ne peut saisir correctement la complexité d'une intervention hétérogène comme un programme de développement rural intégré, une stratégie pays ou l'appui à une politique sectorielle.
En raison de sa simplicité, le cadre logique permet de détailler les indicateurs qui devront être utilisés à chaque ligne, ainsi que les facteurs externes.

Diagramme des objectifs

Cette technique procède par identification des objectifs officiellement affichés et une présentation graphique montrant les enchaînements logiques entre objectifs, depuis les plus opérationnels jusqu'aux plus globaux. La logique d'intervention est représentée sous forme de boîtes et de flèches.
Une forme particulière de représentation est l'arbre d'objectifs. Elle s'applique dans le cas où chaque objectif de rang inférieur contribue à un seul objectif de rang supérieur.
Contrairement au cadre logique, le diagramme peut avoir des chaînes d'objectifs aussi longues que nécessaire. Il permet aussi de mettre en évidence des synergies et des relations complexes entre objectifs (sauf dans le cas de l'arbre d'objectifs).
Cette représentation convient bien pour des interventions complexes comme les programmes intégrés, les stratégies pays ou les politiques sectorielles.

Diagramme des effets attendus

Cette technique est proche du diagramme des objectifs. Elle procède également par identification des objectifs officiellement affichés, mais les objectifs sont traduits sous forme d'effets attendus avant d'être présentés sous forme de diagramme. La traduction des objectifs en effets attendus permet de travailler avec des concepts plus concrets et plus facilement vérifiables.

Top

Recommandations

  • Toujours réexaminer la logique d'intervention. Dans un monde idéal, la logique d'intervention devrait faire partie de la conception de l'intervention, et devrait être disponible au moment de l'évaluation sous la forme d'un cadre ou d'un diagramme. Dans le monde réel ces points méritent d'être vérifiés.
  • Dans le cas d'intervention complexes (et particulièrement les évaluations au niveau des pays), il est utile de produire plusieurs diagrammes détaillés et un diagramme de synthèse. En effet, un diagramme très complexe n'est pas utilisable.
  • Prendre garde au risque de rationalisation ex-post. Pour réduire ce risque, expliquer clairement le processus de reconstruction et les options choisies.

Top