AA+A++Version imprimablePlan du siteRSSRSS

Europe 2020 au Luxembourg

Les recommandations par pays sont des documents élaborés par la Commission européenne pour chaque État membre: elles analysent la situation économique et suggèrent des mesures à prendre au cours des 18 mois suivants. Adaptées aux problèmes particuliers de chaque pays, les recommandations couvrent un large éventail de thèmes: état des finances publiques, réforme des systèmes de retraite, mesures visant à créer des emplois et à lutter contre le chômage, enjeux en matière d'éducation et d'innovation, etc. Les recommandations élaborées par la Commission sont adoptées au plus haut niveau par les dirigeants nationaux réunis lors du Conseil européen.

Situation du pays

La période de croissance économique remarquable qu'a connue le Luxembourg au cours des trente dernières années est principalement due à la forte expansion des services financiers. Le pays est lourdement tributaire de son secteur financier, qui représente environ 30 % du total de la valeur ajoutée et 25 % des recettes fiscales perçues.

Le Luxembourg a réalisé quelques progrès en réponse aux recommandations de 2012, en particulier en matière d’assainissement budgétaire. Le déficit des administrations publiques devrait tomber à 0,2 % du PIB en 2013, principalement sous l’effet des mesures d’assainissement adoptées avec le budget 2013. En décembre 2012, le Parlement luxembourgeois a adopté la réforme du système de retraite. Toutefois, cette réforme est relativement limitée et n'offre aucune garantie quant à la viabilité à long terme du système.

Le Luxembourg doit relever de grands défis en ce qui concerne la viabilité à long terme de ses finances publiques, la compétitivité et la diversification de son économie, le marché du travail et les émissions de gaz à effet de serre.

Recommandations adressées par la Commission au Luxembourg pour 2013 – Résumé

La Commission a adressé six recommandations au Luxembourg pour l'aider à améliorer sa situation économique. Ces recommandations concernent les domaines suivants:

  1. Viabilité des finances publiques
    L’état des finances publiques devrait s’améliorer en 2013 grâce à un train de mesures d'assainissement, mais la durabilité de cette amélioration n'est pas assurée, le programme prévoyant une détérioration du déficit public à compter de 2015. Pour réduire de tels risques, il conviendrait d'inscrire dans la loi les contraintes en matière de dette comme de dépenses. Le pays devrait en outre désigner un organe de contrôle et définir les mesures à prendre en cas de non-respect.
  2. Fiscalité des entreprises et taux de TVA standard
    Le Luxembourg doit réformer la fiscalité de manière à améliorer la compétitivité des entreprises privées et la viabilité à long terme de son régime fiscal. En outre, le système luxembourgeois d'imposition des sociétés se caractérise par le fait qu'il privilégie largement l'endettement, ce qui contribue à un ratio dette privée/PIB élevé et affaiblit les entreprises privées. En outre, la Commission estime que le Luxembourg a la possibilité d'accroître ses recettes en étendant l'application du taux de TVA normal. Actuellement, les taxes sur la consommation représentent moins d'un tiers des recettes fiscales, en partie parce que les taux normal et réduit de TVA sont modérés.
  3. Sécurité sociale pour les personnes âgées
    Face à l'explosion attendue des dépenses liées à l'âge, le Luxembourg devrait améliorer le rapport coût-efficacité des soins de longue durée. Il devrait aller plus loin dans la réforme des retraites récemment adoptée afin de réduire les possibilités de départ anticipé et de relever l'âge effectif de la retraite,y compris en liant l'âge légal de départ à la retraite à l'espérance de vie.
  4. Compétitivité et fixation des salaires
    Le Luxembourg doit prendre d'autres mesures structurelles pour réformer le système de fixation des salaires, y compris l'indexation, afin d'améliorer sa réactivité à l'évolution de la productivité et aux évolutions sectorielles. Il doit en outre intensifier ses efforts pour diversifier la structure de l'économie, par exemple en promouvant l'investissement privé dans la recherche et le développement et en développant la coopération entre recherche publique et entreprises.
  5. Marché du travail
    Le taux de chômage des jeunes est plus de trois fois plus élevé que le taux de chômage global dans le pays. Le Luxembourg doit y remédier en améliorant les politiques actives en faveur du marché de l'emploi. L'enseignement général et professionnel doit être renforcé afin de mieux faire correspondre les compétences des jeunes avec la demande de main-d’Ĺ“uvre, en particulier pour les personnes issues de l'immigration. En outre, le taux de participation des travailleurs âgés est insuffisant et des mesures supplémentaires s'imposent pour améliorer leur employabilité par l'apprentissage tout au long de la vie.
  6. Émissions de gaz à effet de serre
    Le Luxembourg s’est engagé à réduire ses émissions de gaz à effet de serre dans les secteurs non couverts par le SEQE de 20 % d'ici à 2020, mais n'est pas en voie d'atteindre cet objectif. La fiscalité relativement modérée qu'applique le Luxembourg sur les carburants, qui encourage le tourisme à la pompe, explique en grande partie la situation. Le pays devrait donc accroître les taxes sur l'essence.

Domaines clés: comparer les performances du Luxembourg à celles des autres États membres de l'UE English (en)


Documents relatifs au semestre européen