Navigation path

Actualités du FSE

Adoption du programme opérationnel pour la France métropolitaine

10/10/2014

La Commission européenne a adopté aujourd’hui le programme opérationnel national français pour la mise en œuvre du Fonds social européen (FSE) en France métropolitaine au cours de la période 2014-2020.

Avec ce programme, la France recevra 2,893 milliards d’euros du FSE en vue de soutenir l’emploi, la formation professionnelle, l’inclusion sociale et la lutte contre le décrochage scolaire. Ce programme national métropolitain sera complété par vingt-deux programmes régionaux en métropole et huit dans les départements et régions d'outre-mer, auxquels le FSE contribuera à hauteur de 2,883 milliards d'euros.

La totalité des ressources du FSE destinées à la France s’élève à 6,027 milliards d'euros, y compris les 620 millions d'euros du FSE cofinançant le programme au titre de l’Initiative pour l’emploi des jeunes et le programme national d'assistance technique. Le FSE représente 41,7% du total du financement de la politique de cohésion attribué à la France.

La dotation du FSE pour la France métropolitaine sera répartie entre les trois priorités suivantes (hors assistance technique):

  • 454 millions d’euros seront consacrés à accompagner les chômeurs et les inactifs, y compris les jeunes chômeurs et les jeunes les plus éloignés du marché du travail (les 'NEETs'), à soutenir la mobilité professionnelle, à développer l’entrepreneuriat et à prévenir le décrochage scolaire.

  • 707 millions d’euros seront consacrés à anticiper les mutations et sécuriser les parcours professionnels à travers la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, la formation des travailleurs les moins qualifiés, des femmes et des seniors, la formation des salariés licenciés économiques, la mobilisation des entreprises pour le développement de l’égalité salariale et professionnelle.

  • 1,634 milliard d’euros, soit plus de la moitié de la dotation FSE du programme opérationnel, seront consacrés à la lutte contre la pauvreté et la promotion de l'inclusion. Ces crédits seront pour l’essentiel mis en œuvre par l’intermédiaire des collectivités locales, en particulier les départements et les structures intercommunales.