Navigation path

Des opportunités pour les jeunes

Les jeunes qui ont quitté le système d’éducation et de formation et qui cherchent du travail peuvent se heurter à des obstacles importants, pour toutes sortes de raisons. Par ailleurs, la crise financière et économique a entraîné une forte augmentation du taux de chômage dans ce groupe. Le FSE consacre des ressources importantes pour les aider à faire leurs premiers pas sur le marché du travail.

L’Europe compte quelque 94 millions de jeunes âgés de 15 à 29 ans. Bon nombre d’entre eux vont à l’école ou poursuivent des études, alors que d’autres ont trouvé du travail et bâtissent leur carrière. Cependant, une grande proportion de ces jeunes est au chômage – et parmi eux, nombreux sont ceux qui ont abandonné tout espoir de trouver un jour du travail. Le FSE finance des milliers de projets et de programmes partout en Europe pour aider les jeunes à obtenir le savoir-faire et les possibilités dont ils ont besoin pour entrer sur le marché du travail. Une attention particulière est accordée aux jeunes qui ne sont ni en emploi, ni scolarisés, ni en formation («NEET» dans le jargon officiel).

  • Bon nombre des activités mises en place par le FSE consistent à offrir aux jeunes demandeurs d’emploi des possibilités de formation afin de les aider à acquérir les compétences et les qualifications pour lesquelles il existe une forte demande sur le marché du travail, y compris les compétences vertes, qui sont de plus en plus recherchées. Les jeunes peu qualifiés étant plus susceptibles de se retrouver au chômage que ceux avec des qualifications, les projets du FSE s’efforcent d’aider ce groupe à obtenir des compétences professionnelles leur permettant de progresser vers un emploi stable.
  • Les jeunes ne savent pas toujours comment s’y prendre pour chercher du travail. Le FSE finance des projets qui leur apportent une aide personnalisée en matière d’orientation professionnelle, de rédaction de CV et de préparation aux entretiens d’embauche et qui les accompagnent tout au long de la recherche d’emploi et même durant les premiers mois de travail.
Istockphoto/17137019
  • Les apprentissages, les stages en entreprise et les placements de courte durée sont vivement encouragés, souvent en parallèle à des cours de formation. En coopérant avec des employeurs potentiels et en apportant un soutien financier, les programmes du FSE donnent à des dizaines de milliers de jeunes l’occasion de se lancer dans la vie active et d’acquérir une expérience et des compétences professionnelles d’une valeur inestimable. Ces initiatives améliorent les perspectives professionnelles des bénéficiaires et débouchent souvent sur un emploi permanent.
  • La mobilité est un autre thème au centre des activités du FSE. Plusieurs projets proposent aux jeunes des formations linguistiques et des stages à l’étranger pour les encourager à se déplacer là où leurs compétences et qualifications sont recherchées.

L'initiative pour l'emploi des jeunes

L'initiative pour l'emploi des jeunes (IEJ) soutient également la jeunesse en allouant une enveloppe d'au moins 6 milliards d'euros aux régions et individus les plus sévèrement touchés par le chômage et l'inactivité. L'IEJ se concentre sur les NEET et les régions enregistrant un taux de chômage des jeunes de plus de 25 %. Elle vise à s'assurer que le niveau de soutien des jeunes est suffisant pour faire véritablement évoluer la situation dans les régions les plus éprouvées.

L'IEJ complétera l'appui du FSE pour la mise en œuvre de la garantie pour la jeunesse, qui vise à offrir à tous les jeunes de moins de 25 ans une offre d'emploi de qualité, une formation continue, un apprentissage ou un stage dans les quatre mois suivant leur sortie de l'enseignement formel ou la perte de leur emploi. Parallèlement, le FSE alloue une enveloppe importante aux réformes structurelles à long terme et investit massivement dans l'avenir des jeunes et dans l'économie.