chevron-down chevron-left chevron-right chevron-up home circle comment double-caret-left double-caret-right like like2 twitter epale-arrow-up text-bubble cloud stop caret-down caret-up caret-left caret-right file-text

EPALE

Electronic Platform for Adult Learning in Europe

 
 

Blog

Éducation&Formation 2020 - Fédération Wallonie-Bruxelles

24/03/2017
by Michèle Mombeek
Language: FR

La Belgique Francophone face aux enjeux européens d'éducation et de formation tout au long de la vie (ET2020):état des lieux, priorités, défis.

De l'élève à l'apprenant adulte, l'accent mis sur le bénéficiaire?

 

Note conceptuelle par Etienne Gilliard, Directeur des relations internationales à la Fédération Wallonie-Bruxelles

1. Objectifs de la conférence

Depuis 2003, le Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles organise tous les 4-5 ans une conférence de suivi des travaux de l’Union européenne en matière d’éducation et de formation. Il s’agit d’informer un public composé de représentants du monde de l’éducation, enseignement supérieur compris et de la formation professionnelle, des défis actuels sur le plan européen et la manière dont la Belgique francophone s’inscrit dans cette dynamique.

A travers l’organisation d’ateliers, c’est également l’occasion d’avoir un retour des acteurs concernés sur la prise en compte de ces initiatives européennes et sur l’opinion qu’ils en ont. Pour élargir la réflexion, des expériences d’autres systèmes en Europe sont présentées, permettant ainsi de mettre en perspective les pratiques menées en Belgique francophone. Les thèmes des ateliers sont choisis en fonction des priorités européennes et des entités communautaire et régionales concernées.

Dans le cas présent, la thématique transversale concernera les compétences.

Les quatre ateliers porteront sur :

- les compétences de base/compétences clés ;

- les compétences numériques ;

- les compétences citoyennes ;

- la validation et la valorisation des compétences.

Troisième temps traditionnel de ces rencontres, une table ronde composée des ministres concernés sur le plan communautaire et régional aura pour objectifs d’aborder la question de la prise en compte des engagements européens dans les politiques menées et de recueillir l’avis des ministres sur les défis à relever dans ce domaine. Les principaux constats résultant des ateliers seront intégrés aux questions posées. La conférence se clôturera par un exposé sur les compétences attendues à l’horizon 2030 pour faire face à la mutation en cours de la société d’une manière générale, et du monde du travail en particulier.

2. Contexte européen 

2.1 Quelques balises historiques 

Le 24 mars 2000, lors du Sommet de Lisbonne, les Chefs d’Etat et de Gouvernement, décidaient de faire de l’Union européenne « l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde d'ici à 2010, capable d’une croissance économique durable accompagnée d’une amélioration quantitative et qualitative de l’emploi et d’une plus grande cohésion sociale ». Pour ce faire, Le Conseil européen décidait pour la première fois à ce niveau, de mettre l’éducation et la formation au cœur des priorités. Il chargea le Conseil "Éducation" d'entreprendre une réflexion générale sur les objectifs concrets futurs des systèmes d'enseignement et de présenter un rapport plus complet au Conseil européen au printemps 2001. 

Le Sommet de Lisbonne est le point de départ de toutes les actions entreprises actuellement en matière d’éducation et de formation au sein de l’Union européenne, et de la méthode utilisée (méthode ouverte de coordination qui vise à avancer ensemble, de manière volontaire, à se fixer des cibles à atteindre et à évaluer les progrès accomplis). Il est d’ailleurs frappant de constater que toute une série de priorités actuelles étaient déjà mentionnées à cette époque (accent mis sur les compétences clés, adaptation à la révolution numérique, développement de systèmes d’éducation et de formation tout au long de la vie…). 

Deux processus, l’un visant l’enseignement supérieur (processus de Bologne lancé en 1999) et l’autre l’éducation et la formation professionnels (processus de Bruges-Copenhague lancé en 2002), bien que dépassant le cadre géographique de l’Union européenne, sont étroitement associés à la poursuite des objectifs européens découlant du Sommet de Lisbonne (programme de travail « Education et Formation 2010 », et par après cadre stratégique « Education et Formation 2020 »). 

2.2. Cadre actuel 
2.2.1. La stratégie Europe 2020 

La Stratégie Europe 2020, héritière du Sommet de Lisbonne, adoptée par le Conseil européen le 26 mars 2010 vise à faire en sorte que la reprise économique de l’Union européenne à la suite de la crise économique et financière s’accompagne d’une série de réformes afin de bâtir des fondations solides pour la croissance et la création d'emplois d'ici à 2020. La stratégie Europe 2020 doit permettre à l’Union européenne d’atteindre une croissance :

- intelligente, à travers le développement des connaissances et de l’innovation;

- durable, fondée sur une économie plus verte, plus efficace dans la gestion des ressources et plus compétitive;

- inclusive, visant à renforcer l’emploi et la cohésion sociale et territoriale. 

Afin d'atteindre cette ambition, l'Union européenne s'est fixé cinq grands objectifs à atteindre en 2020 au plus tard: 

- porter à 75 % au moins le taux d’emploi de la population âgée de 20 à 64 ans;

- investir 3 % du produit intérieur brut dans la recherche et le développement;

- réduire d'au moins 20 % les émissions de gaz à effet de serre, porter à 20 % la part des énergies renouvelables et accroître de 20 % l’efficacité énergétique;

- réduire le taux d’abandon scolaire à moins de 10 % et augmenter à 40 % au moins le taux de diplômés de l’enseignement supérieur;

- réduire de 20 millions le nombre de personnes menacées par la pauvreté ou l'exclusion sociale. 

Les objectifs de la stratégie Europe 2020 sont également soutenus par sept initiatives phares au niveau européen et dans les pays de l’Union européenne: l’Union pour l’innovation; Jeunesse en mouvement; la stratégie numérique pour l’Europe; une Europe efficace dans l’utilisation des ressources; une politique industrielle à l’ère de la mondialisation; la stratégie pour les nouvelles compétences et les nouveaux emplois; et la Plateforme européenne contre la pauvreté. 

2.2.2. Le cadre stratégique « Education et Formation 2020 » 

Le cadre stratégique actuel a été adopté par le Conseil le 12 mai 2009. Il contribue à atteindre les objectifs de la Stratégie Europe 2020, mais a des objectifs propres liés au rôle plus large de l’éducation et de la formation. Il prévoit quatre objectifs principaux :

- faire en sorte que l'éducation et la formation tout au long de la vie et la mobilité deviennent une réalité ;

- améliorer la qualité et l'efficacité de l'éducation et de la formation ;

- favoriser l'équité, la cohésion sociale et la citoyenneté active ;

- encourager la créativité et l'innovation, y compris l'esprit d'entreprise, à tous les niveaux de l'éducation et de la formation. 

Pour assurer la mise en œuvre du cadre, des groupes de travail européens ont été mis en place. Actuellement, il y a six groupes de travail : groupe sur l’enseignement obligatoire, sur la modernisation de l’enseignement supérieur, sur l’éducation et la formation professionnels, sur l’éducation et la formation des adultes, sur les compétences numériques, et sur la promotion de la citoyenneté. Ces groupes sont composés notamment d’experts désignés par les Etats membres. Les critères de référence (benchmarks) ci-dessous ont été fixés pour 2020 en matière d’éducation et de formation :

- au moins 95 % des enfants ayant entre quatre ans et l'âge de la scolarité obligatoire devraient participer à l'enseignement préscolaire;

- la proportion de jeunes de 15 ans ayant une maîtrise insuffisante de la lecture, des mathématiques et des sciences devrait être inférieure à 15 %;

 - le taux de jeunes de 18 à 24 ans ayant quitté prématurément le système d’éducation et de formation devrait être inférieur à 10 %;

- au moins 40 % des personnes âgées de 30 à 34 ans devraient être diplômées de l'enseignement supérieur;

- au moins 15 % des adultes devraient participer à des activités d'apprentissage tout au long de la vie;

- au moins 20 % des diplômés de l'enseignement supérieur et 6 % des 18-34 ans disposant d'une qualification professionnelle initiale devraient avoir effectué une partie de leurs études ou de leur formation à l'étranger (pas encore mis en œuvre) ;

- le taux d'emploi des diplômés (les personnes entre 20 et 34 ans ayant au minimum un niveau d'enseignement secondaire de deuxième cycle et ayant terminé leurs études depuis moins de trois ans) devrait atteindre au moins 82 %

Un suivi annuel des résultats est effectué par la Commission par sa publication : Moniteur de l’éducation et de la formation -2016. 

Parmi les initiatives récentes qui conditionnent les travaux actuels, il convient de mentionner la « nouvelle stratégie en matière de compétences pour l’Europe ». Dans cette nouvelle stratégie de compétences, la Commission propose une série d’actions à lancer dans les prochaines années pour faire face aux défis liés à l’employabilité, la compétitivité et la croissance en Europe. L’évolution actuelle au sein de la Commission a fait passer la formation professionnelle à la Direction générale de l’emploi, des affaires sociales et de l’inclusion, ce qui tend à mettre davantage l’accent sur le lien « éducation, formation, emploi » que par le passé. 

Parmi les actions citées dans la Communication portant sur cette nouvelle stratégie de compétences, celles qui suivent sont directement en liens avec le programme de la présidence européenne actuelle (Malte) et des suivantes (Estonie, Bulgarie):

- Une révision du cadre européen des certifications pour améliorer la compréhension des qualifications et conduire à une meilleure utilisation de toutes les compétences disponibles sur le marché du travail européen ;

- Une révision du cadre Europass offrant aux personnes des outils de meilleure qualité et plus faciles à utiliser pour présenter leurs compétences et obtenir en temps réel des informations pratiques sur les besoins et les tendances en matière de compétences, qui pourront leur être utiles pour faire un choix de carrière et d’apprentissage ;

- Une révision de la recommandation sur les compétences clés pour aider un plus grand nombre de personnes à acquérir le socle de compétences nécessaire pour vivre et travailler au 21e siècle, en mettant particulièrement l’accent sur la promotion des compétences et de l’esprit d’entreprise et d’innovation. 

2.2.3. Le processus de Bruges-Copenhague 

Le processus de Bruges-Copenhague fait partie intégrante du cadre stratégique « Éducation et Formation 2020 » (ET2020) et vise à contribuer à la réalisation des objectifs de la stratégie Europe 2020 en matière d’éducation. Sous présidence belge, le Communiqué de Bruges de 2010 a fixé des objectifsstratégiques à long terme concernant la coopération européenne en matière d’éducation et de formation professionnels (EFP) pour la période 2011-2020

Plus récemment, sous présidence lettonne, les conclusions de Riga (2015-2020) présentent cinq priorités à moyen terme pour renforcer les objectifs du Communiqué de Bruges axées sur :

- la formation en milieu professionnel et les contrats d’apprentissage ;

- l’assurance de qualité dans l’EFP ;

- l’assouplissement des conditions d’accès à la formation et aux qualifications ;

- l’encouragement des compétences clés dans les programmes d’EFP ;

- l’amélioration de la formation initiale et de la formation continue des enseignants, formateurs et tuteurs pédagogiques de l’EFP.

2.2.4. Le processus de Bologne (création de l’espace européen de l’enseignement supérieur)

Le processus de Bologne, lancé par la Déclaration de Bologne (1999) et évalué tous les trois ans lors des conférences ministérielles, vise à mettre en place un système d’enseignementsupérieur européen plusfacilement comparable, compatible et cohérent. Bien qu’étant un processus extracommunautaire et intergouvernemental, le processus de Bologne s’inscrit dans les objectifs du cadre stratégique « Education et Formation 2020 ».

Quelques éléments clés repris sur le site de la Commission :

- le but du processus de Bologne est d’introduire un système de diplômes universitaires facilement reconnaissable et comparable, de promouvoir la mobilité des étudiants, des enseignants et des chercheurs et de garantir un enseignement et un apprentissage de grande qualité ;

- l’un des principaux objectifs visés durant les dix premières années d’existence du processus a été la mise en place de l’espace européen de l’enseignement supérieur, lancé en 2010 par la déclaration de Budapest-Vienne. Pour la prochaine décennie, les objectifss’articulent autour de la consolidation de l’espace européen de l’enseignement supérieur ;

- le processus est actuellement mis en œuvre dans 48 pays, qui sont, avec la Commission européenne, les membres du processus de Bologne ;

- le processus n’est pas imposé aux gouvernements nationaux ni aux universités. Il s’agit au contraire d’un engagement volontaire intergouvernemental par lequel chaque pays signataire s’engage à réformer son propre système d’enseignement ;

- la dernière conférence ministérielle en date s’est tenue à Erevan, en Arménie, les 14 et 15 mai 2015.

La prochaine conférence aura lieu en France en 2018.

Le Communiqué d’Erevan mentionne les engagements suivants : - renforcer la qualité et la pertinence de l’apprentissage et de l’enseignement ; - favoriser l’employabilité des diplômés tout au long de leur vie professionnelle ; - rendre nos systèmes plus inclusifs ; - mettre en œuvre les réformes structurelles acceptées.

 

Les notes de cadrage des quatre ateliers permettent une vision globale de l'orientation de chaque séminaire.

Chaque note est accompagnée de questions auxquelles les participants aux séminaires tenteront de répondre.

N'hésitez pas à apporter vos commentaires, réponses ou témoignages.

Atelier 1: note de cadrage les compétences de base/compétences clés

Atelier 2 : note de cadrage compétences numériques

Atelier 3: note de cadrage compétences citoyennes

Atelier 4: note de cadrage validation et valorisation des compétences

http://www.et2020.cfwb.be/

 

 

 

Share on Facebook Share on Twitter Share on Google+ Share on LinkedIn