• Version imprimable

En Hongrie : le lancement de la première stratégie pour l’éco-innovation

28/01/2013

  • Hongrie

Le gouvernement hongrois a adopté sa Stratégie Nationale d’Innovation pour les Technologies Environnementales (NETIS) fin 2011, qui doit servir de cadre pour l’éco-innovation au sein du Programme national de réforme hongrois. Ce Programme national de réforme est la contribution hongroise à Europe 2020, le programme global de l’Union européenne pour une croissance économique intelligente, durable et inclusive.

La NETIS fait partie de la Mesure 18 du Programme national de réforme hongrois, qui prévoit le renouvellement et la mise en œuvre du programme de recherche, développement et d’innovation du pays. L’idée du gouvernement est d’encourager les technologies et industries environnementales, de se focaliser sur l’innovation environnementale, de réduire l’utilisation de matières premières, d’encourager la réutilisation et le recyclage, et d’assurer un changement de paradigme, en passant d’une approche des problématiques environnementales « en bout de chaîne » à une approche préventive.

La Hongrie s’est fixé des buts précis : elle a adopté pas moins de 17 objectifs à atteindre d’ici 2020. Ils sont exprimés en pourcentage des taux actuels. Par exemple, les matériaux, l’énergie et l’eau utilisés par point de PIB devront être réduits à 80 % du niveau actuel ; la part de l’électricité issue de sources renouvelables devra augmenter de 275 % ; la production de déchets municipaux devra baisser de 30 % ; et l’emploi dans les industries environnementales devra doubler par rapport à son niveau actuel.

Pour financer ces mesures, le gouvernement hongrois envisage de faire appel à plusieurs sources : les fonds européens pour la recherche, les fonds structurels et agricoles, les fonds de cohésion, et le Mécanisme Financier Norvégien, qui est disponible grâce à l’appartenance de la Norvège à l’Espace Economique Européen (EEE) et qui prévoit, pour la Hongrie, d’encourager l’adoption des technologies environnementales.

Le Ministère hongrois du développement rural, qui met en œuvre la NETIS, a répondu à nos questions sur cette stratégie:

Dans le résumé de la NETIS, il est indiqué  que la Hongrie importe de l’énergie et des matériaux. Le pays a-t-il des objectifs de réduction de ses importations, ou des objectifs d’efficacité des ressources ? Quel rôle peut jouer l’éco-innovation pour atteindre ces objectifs?

Oui, la Hongrie a des objectifs spécifiques concernant la réduction de la dépendance aux importations. Comme indiqué dans la NETIS, notre but est de réduire l’intensité énergétique et en matériaux (tonnes d’équivalent pétrole/PIB, consommation domestique de matériaux/PIB) de 20 % d’ici 2020 (année de référence : 2007). La NETIS est destinée à être le catalyseur de solutions intelligentes pour atteindre nos objectifs ambitieux en proposant des politiques de soutien globales.

L’éco-innovation en Hongrie est-elle seulement liée aux technologies environnementales, ou est-ce que l’approche de la NETIS inclut aussi des changements systémiques et de comportement pour réduire les impacts environnementaux?

Evidemment, la NETIS ne s’intéresse pas seulement aux problématiques « techniques ». Pour la NETIS, une technologie environnementale ce n’est pas seulement une technologie en soi, mais un système avec un savoir-faire, des procédures, des biens et services, des équipements, et aussi des procédures organisationnelles et managériales. Les technologies environnementales ne protègent pas seulement l’environnement, elles sont aussi moins polluantes, utilisent les ressources d’une façon plus durable, permettent de recycler davantage leurs déchets et produits, et de gérer les déchets résiduels d’une manière plus acceptable que les technologies qu’elles ont remplacées. Comme le montre le graphique ci-dessous, il y a un large champ d’actions et d’innovations possibles en matière de technologies environnementales.

Types d’innovations pour les technologies environnementales:

Types of environmental technology innovations: product innovation, Process innovation, organizational innovation, cleaner production technologies, end-of-pipe technologies 

Quelles sont les principales priorités de la Hongrie en ce qui concerne l’éco-innovation ? Pourquoi avoir choisi ces priorités ?

La NETIS a regroupé ses objectifs et ses axes de développement autour des huit thèmes suivants : 1) déchets 2) eau 3) air 4) bruit et vibrations 5) agriculture et protection des sols 6) dépollution 7) énergies renouvelables 8) industrie de la construction. La raison de ce choix est qu’ils ont une caractéristique commune : pour chaque thème, il est possible d’améliorer fortement l’état actuel [niveau d’impact environnemental] par divers moyens. Pour chacune des priorités, des changements positifs considérables peuvent être faits.

La NETIS a-t-elle terminé l’examen de la situation de l’industrie environnementale dans le pays et des mesures de soutien ? Quelles en ont été les principales conclusions?

Oui, la NETIS a été rédigée grâce à des investigations approfondies sur la situation de l’industrie environnementale, à la fois au niveau national et européen. Nous avons également passé en revue certaines politiques portant sur des questions similaires dans d’autres pays. Notre objectif était d’avoir une vision globale de la question et d’apprendre de ‘bonnes pratiques’ utilisées à travers le monde.

Dans le pays, plus de 400 entreprises ont participé à l’enquête d’où sont tirées nos conclusions. Au delà du secteur privé, le monde universitaire, les associations et chambres professionnelles et les administrations publiques ont également été consultés. Cet exercice nous a permis d’identifier les enjeux les plus pressants, tels que la trop longue période de retour sur investissement, les exigences légales (nationales et européennes) qui sont complexes, en constante augmentation et en permanente évolution, ainsi que le désavantage compétitif auquel les petites et moyennes entreprises doivent faire face à l’heure des fusions de sociétés.

La NETIS a déjà été intégrée dans plusieurs documents stratégiques (le Plan de développement national, le Cadre financier pluriannuel européen, le Livre blanc sur la R&D&I) : ce que nous considérons comme des succès, garants de sa mise en œuvre. La dimension innovante de la Stratégie est donnée par son titre : c’est en effet la toute première stratégie nationale qui porte sur les technologies environnementales. Auparavant, il n’y avait pas d’outil public pour ce secteur.

Y a-t-il déjà des premiers résultats de la NETIS?

Oui, grâce à la vaste implication de toutes les parties prenantes à la consultation sur la NETIS, le concept d’économie verte a été largement disséminé auprès des décideurs. La compréhension de la nécessité de découpler la croissance du PIB et la charge environnementale s’est aussi grandement accrue dans le pays. Les ‘graines’ de l’économie verte ont ainsi été plantées avec succès. Comme nous connaissons tous le pouvoir créatif de la pensée, nous croyons que cela donnera lieu à un vrai changement de paradigme.

Y a-t-il déjà des exemples de réussite en matière d’éco-innovation en Hongrie?

En 2011, Le 20ème Grand Prix hongrois de l’innovation a été attribué à l’usine centrale de traitement des eaux usées de Budapest (UCTEB). Le Grand Prix est décerné par la Fondation hongroise pour l’innovation, avec l’Association hongroise de l’innovation, le Ministère de l’économie, le Ministère du développement rural, l’Office hongrois de la propriété intellectuelle et la Fondation publique pour le développement de l’industrie.

Les activités de R&D et d’innovation de l’UCTEB ont permis l’amélioration de l’efficacité énergétique de la plus grande usine de traitement des eaux usées de Hongrie, avec une économie nette de consommation électrique d’une valeur de 604 millions de forints hongrois (2,05 millions d’euros). Cette baisse de la consommation a été permise par une nouvelle solution d’optimisation de l’énergie, couplée avec la combustion de bio gaz dérivé de boues d’épuration.

En quoi la participation de la Hongrie au Plan d’action en faveur de l’éco-innovation européen (notamment dans le Groupe de travail de haut niveau) peut-elle encourager les évolutions dans le pays?

Le forum mis en place pour la consultation de l’EcoAP a été une grande opportunité pour la Hongrie et nous a donné la chance d’établir de plus en plus de coopérations internationales dans ce domaine. Cela nous a aussi permis de connaître des exemples de cas concrets et de bonnes pratiques d’autres Etats membres. Nous avons ainsi pu nous constituer un réseau professionnel adéquat et utile.