• Version imprimable

Proposition de nouvelles étiquettes énergétiques pour les produits ménagers

28/07/2011

  • Eu
615_fr.html

La Commission a proposé d’introduire les toutes premières étiquettes énergétiques pour les téléviseurs et de mettre à jour celles des réfrigérateurs, congélateurs, lave-vaisselle et lave-linge afin de refléter les progrès techniques.

L’étiquetage aide les consommateurs à choisir les produits ménagers les moins énergivores et, donc, les plus rentables, tout en encourageant le secteur industriel à développer et à investir dans la conception de produits efficaces en énergie.

Les téléviseurs représentent un dixième de la facture d’électricité moyenne des ménages et, pour la première fois, les fabricants devront afficher leur efficacité énergétique sur une échelle de A à G, utilisée pour la première fois pour des appareils électroménagers dix ans plus tôt. Si ces propositions sont adoptées en 2011, après avoir obtenu le feu vert des États membres de l’Union européenne et du Parlement européen, l’étiquetage des téléviseurs entrera en application à partir de 2012 et comprendra trois nouvelles classes d’efficacité: A+, A++ et A+++, lesquelles seront respectivement ajoutées en 2014, 2017 et 2020. Les fabricants peuvent volontairement utiliser ces classes avant cette date, à condition que leurs produits y soient conformes. Cependant, la Commission estime que le secteur industriel démarrera avec une cotation moyenne de «C».

Dans le cas des téléviseurs, la proposition a été soumise après le refus d’une idée précédente en 2009, laquelle aurait adopté un format différent pour identifier les produits performants. Par exemple, «A-20%» pour indiquer un produit plus efficace de 20 % qu’un produit de la classe «A». Les députés et groupes de consommateurs ont estimé que ce type d’étiquetage sèmerait le trouble parmi les consommateurs.

Pour les réfrigérateurs, congélateurs, lave-vaisselle et lave-linge, le problème concernait l’obsolescence des étiquettes existantes. Environ 90 % de ce genre d’appareils électroménagers vendus dans l’Union européenne aujourd’hui sont répertoriés dans la classe «A» grâce aux améliorations technologiques engendrées par l’étiquetage. Il existe cependant de nouvelles technologies qui seraient en mesure de réduire de moitié la consommation d’un produit de classe A. Les nouvelles catégories A+, A++ et A+++ seront donc introduites pour classer ces produits. A+++ n’est pas loin de la limite de ce qui est technologiquement possible à l’heure actuelle.

Les économies réelles dépendent du produit. Un réfrigérateur A+++ consommera généralement 60 % d’électricité en moins qu’un réfrigérateur de classe A et, pour un lave-vaisselle ou un lave-linge, cette réduction correspondra approximativement à la moitié de ce pourcentage.

L’ensemble des produits concernés par les propositions constitue le tiers des factures d’électricité des ménages et représente donc un potentiel considérable d’économie d’énergie si ces propositions devaient être approuvées et appliquées.

Le Conseil européen de la construction d’appareils domestiques (CECED) a expliqué à maintes reprises que les améliorations du côté de l’offre ne constituent que la moitié de la solution pour arriver à de plus grandes économies d’énergie en Europe: il faut aussi encourager les consommateurs financièrement à acheter ces produits plus efficaces. Leur coût apparent plus élevé peut détourner les consommateurs, même s’ils savent que ces appareils peuvent réduire leurs factures d’énergie à long terme.

Les étiquettes d’énergie, comme les exigences d’écoconception, sont obligatoires pour les produits européens. Par contre, les écolabels sont des indications volontaires qui concernent la plupart des produits respectueux de l’environnement au sein d’un secteur.

Pour en savoir plus