• Version imprimable

Renforcer les capacités de transfert technologique dans l’éco-innovation

28/07/2011

399_fr.html

Le 6e forum européen sur l’éco-innovation, qui s’est tenu à Berlin les 2 et 3 avril 2009, veut trouver des moyens de renforcer les capacités de transfert technologique, notamment au sein des PME et dans les pays en développement.

Près de 200 acteurs de haut niveau, parmi lesquels des chefs d’entreprise, des représentants du secteur de la R&D, des décideurs et des ONG, se sont réunis à Berlin pour identifier les difficultés rencontrées lorsqu’il s’agit de mettre sur le marché des produits et services environnementaux issus de la recherche, d’améliorer les conditions du marché et d’apporter des réponses éco-innovantes aux besoins spécifiques des pays en développement.

«L’éco-innovation est plus nécessaire que jamais – elle fait partie de la solution et non du problème dans la lutte contre les changements climatiques», affirme Astrid Klug, secrétaire d’État parlementaire au ministère fédéral allemand de l’environnement, de la conservation de la nature et de la sécurité nucléaire, qui a organisé le forum en collaboration avec la Commission européenne. «Elle va contribuer à venir à bout de la crise étant donné que les solutions à court terme, non durables, devront se payer tôt ou tard – et au prix fort. Il est essentiel d’investir dans des produits, des comportements et des accords internationaux pour donner à l’Europe un avantage sur les autres régions.»

«Il y a différents points de vue lorsque l’on considère les pays en développement; on observe un gouffre entre les riches et les pauvres, ainsi qu’entre les populations urbaines et rurales, même au sein d’un même pays», indique Steven Hunt, expert-conseil dans le secteur de l’énergie et chef de projet international chez Practical Action Consulting et PISCES. «La réduction des émissions de CO2 est notre responsabilité et nous ne pouvons pas nous contenter de la passer aux pays en développement. Des technologies d’atténuation et d’adaptation s’imposent dans ces pays et ETAP doit s’intéresser à ces deux aspects.»

«Le principal défi consiste à expliquer pourquoi il n’est pas possible de transférer nos solutions industrielles européennes de haute technologie aux pays pauvres, ajoute Hans G. Huber, PDG de Hans Huber AG. Nous devons convaincre les autorités de la nécessité de concevoir des technologies adaptées, qui soient abordables, faciles à mettre en Ĺ“uvre et rapides à appliquer. Nous devons travailler ensemble si nous voulons nous donner la chance de produire ces solutions adaptées.»

«Le défi consiste à renforcer nos activités de transfert technologique en Europe, en nous appuyant sur nos réalisations dans le domaine des changements climatiques, conclue Timo Mäkelä, directeur du développement durable à la DG Environnement de la Commission européenne. Nous devons associer ceux qui travaillent déjà dans ce domaine et qui le font bien. Et aussi complexes soient les processus, nous devons les rendre suffisamment simples et compréhensibles pour les PME.»

Pour en savoir plus

  • «Technology transfer: Creating Partnerships for Stimulating Economic Renewal», forum ETAP, Berlin, les 2 et 3 avril 2009:
    http://ec.europa.eu/environment/archives/ecoinnovation2009/1st_forum/ English

Principales recommandations

  • Adapter les technologies aux besoins des pays en développement;
  • Établir la confiance avec les partenaires locaux;
  • Évaluer les impacts à long terme;
  • Simplifier la réglementation;
  • Assurer une utilisation efficace des financements publics et privés;
  • Réduire le risque de crédit pour les PME au début du transfert;
  • Pour les gouvernements des pays en développement, stimuler la demande;
  • Associer les gouvernements des pays bénéficiaires au financement;
  • Octroyer un financement communautaire aux projets à petite échelle dans les pays développés et du tiers monde;
  • Fournir aux PME le soutien des réseaux dans les pays en développement;
  • Créer un forum ETAP rassemblant les parties prenantes de l’UE et des pays en développement.