• Version imprimable

Encourager chacun à réaliser de meilleures performances environnementales

28/07/2011

  • Eu
338_fr.html

Le plan d’action de l’UE sur la production et la consommation durables vise à aider les citoyens à adopter des comportements plus écologiques en vue d’une amélioration de leurs performances environnementales personnelles.

La Commission européenne s’efforce d’influer sur le comportement des consommateurs afin d’améliorer leurs performances environnementales personnelles. Les habitudes des consommateurs constituent l'un des piliers essentiels du plan d’action de l’Union européenne sur la production et la consommation durables annoncé en juillet 2008. Cette initiative repose sur plusieurs directives et programmes visant à aider les citoyens à améliorer leur consommation d’énergie et leurs performances environnementales.

La prédominance de références au comportement environnemental et à la consommation des citoyens dans les récents programmes et initiatives de l'UE témoigne de l’intérêt majeur de ce thème dans les années à venir. D’ailleurs, le forum ETAP sur les technologies émergentes d’octobre 2008 gravitait également autour de cette question.

Les citoyens et les producteurs en point de mire

Meglena Kuneva, commissaire européenne en charge de la protection des consommateurs, a donné un aperçu du nouveau plan d’action lors du symposium européen «L’étiquetage carbone peut-il aider les Européens à adopter un mode de vie durable?» qui s’est tenu dans la ville anglaise de Manchester en octobre 2008. Elle a ainsi expliqué pourquoi ce plan signifiait une augmentation des performances environnementales des citoyens et des producteurs. À l’instar des autres facettes de la société européenne, la politique des consommateurs a pour vocation de régler la question du changement climatique, souligne-t-elle. À l’image des changements comportementaux générés dans l’industrie et le commerce par cette question, les modèles de consommation doivent progresser afin de garantir un avenir durable.

Le plan d’action de l’UE en faveur d’une production et d’une consommation durables est une initiative révolutionnaire qui place la durabilité au centre de la politique européenne. Il s’agit d’une tentative visant à stimuler une politique des consommateurs garante d’un avenir durable pour tous. L’alimentation et les boissons, ainsi que le logement et le transport privé, représentent non moins de 70 à 80 % de l’ensemble des pressions exercées sur l'environnement. Pour cette raison, un changement des modèles de consommation s’avère nécessaire afin de mettre un terme à l’appauvrissement des ressources et à l’accroissement des effets néfastes sur l’environnement.

Le plan d’action a pour but d’instaurer un changement comportemental majeur auprès des consommateurs, des producteurs et des marchés. L’amélioration générale des informations afin de faciliter la prise de décisions est considérée comme un premier pas dans la bonne direction en vue de modifier les habitudes sociales des citoyens et d’améliorer ainsi leurs performances environnementales.

Au-delà de l’autonomisation des citoyens par une amélioration sur le plan de l'information et de l’éducation, la Commission a souligné deux autres lignes d’action essentielles en rapport avec la politique des consommateurs. Elle aspire d'abord à l’augmentation du bien-être du consommateur par la promotion de l’élaboration de produits de meilleure qualité, puis à la mise sur pied de partenariats de travail entre consommateurs et producteurs.

Une amélioration de l’information et de l’éducation

L’autonomisation des consommateurs constitue l’une des priorités de la stratégie de l’UE pour la politique des consommateurs 2007-2013. La Commission reconnaît que la manière la plus directe d’améliorer les choix pris par les consommateurs, et donc leurs performances environnementales, réside dans une amélioration de l’étiquetage et de la publicité en relation avec la consommation énergétique et les performances environnementales des produits.

La directive étiquetage énergétique de l’Union européenne a rencontré un réel succès depuis ses débuts, atteignant 85 à 90 % de sensibilisation du public dans les États membres. Les étiquettes obligatoires A à G informent les consommateurs sur les taux d’efficacité et de consommation énergétique des appareils ménagers, en particulier les produits blancs. Ce système invite les citoyens à prendre davantage conscience des performances environnementales et énergétiques de leurs appareils ménagers, ce que le plan d’action souhaite utiliser comme un tremplin.

Le plan propose d’étendre la gamme de produits soumis au régime d’étiquetage obligatoire, et même d’inclure également les produits qui exercent une influence indirecte sur la consommation énergétique. Même s’ils ne requièrent aucune énergie directe, les dispositifs à eau et les fenêtres contribuent au gaspillage d’énergie. À cet égard, l’indication obligatoire des taux d’isolation des fenêtres en termes de perte d’énergie pourrait aider les consommateurs à restreindre la consommation excessive et à réduire leurs factures énergétiques.

L’évolution des repères, un gage de prévisibilité pour les entreprises

En outre, le plan d’action appelle au renforcement de l’écolabel de l’UE ou logo «à fleur», le sceau d’excellence apposé sur les produits respectueux de l’environnement. Étendre ce système à davantage de produits élargirait en définitive la palette de choix pour les consommateurs. De même, la Commission estime qu’en augmentant le nombre de produits couverts et en diminuant les coûts du système, davantage de fabricants seraient incités à dépasser les normes minimales en matière de performances environnementales. Grâce à l’élargissement de la portée de l’écolabel, le plan d’action permettra aux consommateurs de réaliser des choix plus écologiques.

Dès lors que les produits de consommation courants ont une incidence considérable sur l’environnement, une amélioration de leurs performances écologiques génèrerait d’énormes bénéfices. La directive sur l’écoconception a établi des normes contraignantes en matière d’efficacité énergétique et des ressources pour les produits consommateurs d’énergie. Comme pour les labels énergétiques, le plan d'action propose que la portée de la directive sur l'écoconception soit étendue aux produits liés à l’énergie.

En outre, en encourageant l’engagement des États membres et des institutions de l’UE à suivre une politique de passation des marchés publics «verts», le changement consécutif dans la nature du marché des biens et services pourrait inciter les consommateurs à leur emboîter le pas.

Partenariat avec des entreprises

De meilleures informations et des marchandises de qualité accrue pourraient aider les consommateurs à améliorer leurs performances environnementales personnelles, mais la probabilité d’une évolution en ce sens serait grandement augmentée grâce à des partenariats consommateurs-détaillants renforcés. Le plan d’action affirme qu’en proposant des choix intelligents aux consommateurs, les détaillants peuvent favoriser un changement immédiat dans leur comportement.

Le plan d’action propose la création d’un forum des détaillants en vue d’inciter ces derniers à accroître les performances environnementales de leurs chaînes logistiques et de leurs systèmes de production. Les améliorations environnementales de la chaîne logistique pourraient ensuite être transmises au consommateur, élargissant ainsi ses choix verts. Le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC) a fait de la durabilité son cheval de bataille. Selon lui, la collaboration avec un forum de détaillants pourrait entraîner de meilleures performances environnementales à tous les niveaux.

Il apparaît que l’amélioration des performances environnementales des citoyens européens est une question qui demeurera une priorité essentielle dans un avenir prévisible. Le plan d’action de l’UE et les directives sur lesquelles il entend s’appuyer constituent une faible indication de l’engagement envers cette cause. Si les initiatives précédentes étaient centrées sur les responsabilités des entreprises et des autorités publiques, des démarches supplémentaires sont entreprises afin d’encourager un changement sociétal en termes de performances environnementales. Le gouvernement suédois a affirmé que sa présidence de l’Union, au second semestre 2009, fera de la promotion de la consommation durable l’une de ses principales priorités.

Pour en savoir plus

Informations connexes sur le site d’EcoAP