• Version imprimable

Une analyse «émergétique» pour mesurer la durabilité d’un éco-village

28/07/2011

243_fr.html

D’après une étude visant à mesurer le potentiel de durabilité d’un éco-village en Sicile, l’analyse «émergétique» permettrait d’obtenir des résultats plus complets qu’une analyse du cycle de vie ou que toute autre méthode d’analyse.

Tandis que les communautés s’efforcent de relever le défi de l’efficacité énergétique, la nécessité de calculer avec précision leur potentiel de durabilité n’en devient que plus importante encore. Or, la diversité des facteurs contribuant à cette durabilité fait qu’il est difficile de mesurer et quantifier cette dernière avec précision. Le département de méthodologie physique et chimique pour l’ingénierie (DMFCI) de l’Université de Catane a réussi à apporter la réponse à cette question grâce à une étude réalisée dans un éco-village situé dans le sud-est de la Sicile. Son application de la méthode d’analyse reposant sur ce que l’on appelle l’«émergie» – voir encadré – prouve que, même s’il ne s’agit pas d’une science reconnue, cette approche pourrait être la clé permettant de mesurer avec prévision le potentiel de durabilité.

Une analyse émergétique a été utilisée pour quantifier la durabilité de cet éco-village, situé dans une exploitation de 88 ha, dont 51 sont consacrés à l’agriculture tandis que les 37 ha restants se composent de surfaces boisées, d’arbres fruitiers et de zones de pâturage. D’une manière générale, il s’agit d’une communauté visant à protéger, préserver et restaurer le milieu naturel. C’est pour cette raison que les chercheurs souhaitaient appliquer une analyse émergétique pour mesurer avec précision le potentiel de durabilité d’un tel village.

L’émergie peut être définie comme la somme de tous les apports d’énergie requis de manière directe ou indirecte par un processus en vue de fabriquer un produit donné, lorsque tous les apports sont exprimés sous la même forme ou le même type d’énergie, habituellement l’énergie solaire. L’étude italienne distingue trois types d’apports énergétiques: l’énergie locale renouvelable, l’énergie locale non renouvelable et les flux achetés ou importés. En divisant ainsi les apports énergétiques de la communauté, plusieurs calculs éclairants ont pu être effectués: le coefficient de charge environnementale de la ville, son coefficient de rendement émergétique et, plus important encore, son indice de durabilité. Les chercheurs ont ensuite pu appliquer ces indices pour évaluer la production d’énergie, le système de traitement des eaux usées et les pratiques agricoles appliquées dans l’éco-village.

L’étude a révélé que l’énergie renouvelable locale représentait 67 % de la production totale du village et que l’indice de durabilité (ID) s’élevait à 6,68. Un ID faible – inférieur à 1 – est révélateur d’une économie axée sur la consommation fortement développée, tandis qu’un ID élevé – supérieur à 10 – est révélateur d’une économie que l’on pourrait qualifier de «non développée». L’ID national moyen en Italie s’élève à 0,17, ce qui démontre une utilisation massive d’énergies non renouvelables, de nombreuses importations d’énergie et de matériaux achetés et une forte agression de l’environnement. La valeur relativement élevée de l’indice de l’éco-village semble donc indiquer que son économie constitue un exemple à suivre en vue de parvenir à un développement plus durable.

 

Pour en savoir plus:

Qu’est-ce que l’analyse émergétique?

L’analyse émergétique est le fruit des travaux de l’écologiste Howard T. Odum et du mathématicien David M. Scienceman. L’émergie a été définie comme la quantité totale d’énergie disponible sous une seule forme, exprimée en énergie solaire équivalente, ayant été utilisée de manière directe ou indirecte dans le cadre de la création d’un produit ou d’un service. Howard T. Odum a choisi l’énergie solaire car cette dernière représente la source énergétique par excellence et permet de comparer directement des produits et services très différents. Tous les systèmes sont considérés comme des réseaux au sein desquels circulent des flux d’énergie. L’analyse émergétique vise à déterminer la valeur émergétique des flux et des systèmes concernés. Les apports énergétiques pris en considération peuvent être à la fois actuels et historiques, tout comme ils peuvent être directs ou indirects. Cette méthode a parfois fait l’objet de critiques, la désignant comme simpliste, contradictoire, trompeuse et inexacte. Cependant, la plupart de ces critiques s’appliquent également à d’autres méthodes visant à analyser les systèmes industriels et environnementaux, parmi lesquelles l’évaluation du cycle de vie, l’analyse exergétique cumulative, l’analyse de cycle de vie exergétique, l’analyse des flux de matériel et l’évaluation des empreintes écologiques.

Pour en savoir plus:

«Promise and Problems of Emergy Analysis» [Promesses et problèmes de l’analyse émergétique]:

http://www.che.eng.ohio-state.edu/~bakshi/EcolModel3.pdf pdf [134 KB] Deutsch