• Version imprimable

Comprendre l’impact des éco-innovations sur l’ensemble du système

14/05/2013

  • Agriculture,
  • Biodiversité,
  • Déchets,
  • Technologies,
  • Utilisation rationnelle des ressources
  • Eu

Il est difficile d’avoir une vision globale des impacts positifs ou négatifs des innovations environnementales, à la fois sur l’environnement et sur l’économie. C’est la raison pour laquelle le projet de recherche EMInInn (macro indicateurs environnementaux d’innovation) s’est fixé pour objectif de mettre de nouveaux indicateurs à disposition des responsables politiques européens.

Pour le Dr Philipp Schepelmann, chef de projet d’EMInInn, cette démarche répond à une problématique actuelle : « certaines innovations, comme l’introduction des biocarburants ou les moteurs de voitures au diesel plus efficaces, peuvent être considérées comme des progrès, alors qu’elles peuvent aussi avoir un impact négatif sur l’environnement, en Europe ou dans d’autres pays.

Les biocarburants, par exemple, apparaissent comme l’une des solutions possibles pour réduire les émissions des véhicules, mais les politiques en faveur des biocarburants ont été critiquées car elles déplaçaient les cultures alimentaires et encourageaient la déforestation, lorsque les terrains sont défrichés pour faire pousser des céréales destinées aux biocarburants. De leur côté, les moteurs diesel réduisent les émissions de dioxyde de carbone des véhicules, mais augmentent les rejets d’autres polluants, notamment les particules fines.

Afin d’anticiper les conséquences imprévues de ces innovations, le projet va rassembler toutes les données disponibles permettant de mesurer leur impact environnemental et va essayer de mettre au point des définitions et des méthodologies communes. Les porteurs du projet seront alors en mesure de faire des évaluations et des modélisations des effets environnementaux des innovations.

En collaboration avec des experts, des responsables politiques, et d’autres parties prenantes, EMInInn pourra alors étudier de quelle manière ces indicateurs et méthodologies peuvent être appliqués aux politiques européennes, dans trois domaines clés : les ressources et les déchets, l’énergie et le climat, l’utilisation des sols et la biodiversité.

Pour le Dr Schepelmann, avec un tel éventail d’indicateurs, « la Commission européenne et les gouvernements européens seront à même de savoir où ils vont lorsqu’ils soutiennent des innovations. » EMInInn devrait accélérer le développement de l’éco-innovation en apportant des renseignements précis sur l’impact que ces initiatives peuvent avoir sur l’ensemble du système. Mi-2013, les partenaires du projet feront un état des lieux de l’avancement d’EMInInn.

Projet EMInInn

Durée : Décembre 2011 - May 2015

Partenaires : Institut Wuppertal pour le Climat, l’Environnement et l’Energie (Allemagne), Institut de l’Energie d’UCL (University College London, R.U.), Institut pour les Sciences Environnementales de l’Université de Leiden (Pays-Bas), Organisation pour la recherche scientifique appliquée des Pays-Bas, Institut pour la recherche économique sur la croissance et les entreprises (Italie), Institut suédois de recherche environnemental, et Centre de recherche économique et sociale et de formation sur l’innovation et la technologie de l’Université de Maastricht (Pays-Bas).

Coûts du projet : 3 137 656€, dont 2 454 237€ du 7ème Programme-Cadre européen.

Site web : http://www.emininn.eu italiano