• Version imprimable

Le forum ETAP se penche sur le marché mondial de l'écotechnologie

25/07/2008

  • Eu
141_fr.html

Le 4e forum européen sur l’éco-innovation, qui s’est tenu les 31 janvier et 1er février 2008 à Vienne, a formulé des recommandations clés visant à permettre à l’UE de renforcer sa position sur le marché mondial de l’écotechnologie.

Organisé conjointement par les ministres autrichien et suédois de l’environnement et par la Commission européenne, le forum de Vienne a rassemblé des dirigeants d’entreprises, des décideurs politiques, des experts financiers et des universitaires expérimentés qui ont échangé leurs points de vue et discuté des perspectives pour les petites et les grandes entreprises. Les séances plénières ont alterné avec des petits groupes de travail, grâce auxquels les participants ont pu créer des liens et ont eu tout le loisir de discuter et d’échanger leurs expériences.

«Pour développer les marchés mondiaux, nous avons besoin d’un cadre d’action, d’un marché intérieur fort et d’un certain soutien gouvernemental», a souligné Timo Makela, le directeur chargé du développement durable à la DG Environnement. «Plusieurs actions sont déjà en cours. En effet, nous devons changer et nous devons le faire maintenant.»

Une pierre angulaire de la stratégie européenne

L’éco-innovation est une pierre angulaire de la stratégie européenne. Elle a été largement soutenue par les présidences successives et représente une occasion importante pour l’économie de l’UE. L’Europe est déjà un acteur mondial majeur en matière d’éco-industries, puisqu’elle représente environ 30 % du chiffre d’affaires mondial dans ce secteur et plus de 50 % dans la gestion de l’eau et des déchets.

Cependant, il est fortement nécessaire de continuer à améliorer la position de l’Europe, puisque le marché mondial de l’écotechnologie devrait doubler pour atteindre un chiffre d’affaires d’environ 2 300 milliards d’euros d’ici à 2020. À l’heure actuelle, le chiffre d’affaires de l’UE dans ce secteur s’élève à 227 milliards d’euros, ce qui représente 2,2 % de son PIB et génère 3,4 millions d’emplois. L’UE défend l’éco-innovation dans le secteur de la construction, dans l’industrie agro-alimentaire, dans les transports privés et dans le secteur du recyclage.

Les recommandations formulées par les principales parties prenantes européennes ayant participé au forum de Vienne couvrent la législation, la commercialisation et le financement, en se concentrant tout particulièrement sur le développement des perspectives pour les petites et grandes entreprises. Elles recommandent notamment de:

  • Contribuer au renforcement des connaissances des entreprises actives dans le secteur de l’écotechnologie;
  • encourager la coopération et l’établissement de partenariats plus efficaces en matière d’écotechnologie;
  • stimuler la demande locale/mondiale de produits et services dans le domaine de l’écotechnologie;
  • offrir des incitations fiscales afin d’encourager la création d’entreprises dans le secteur de l’écotechnologie;
  • fixer un objectif plus ambitieux pour la politique environnementale de l’UE;
  • améliorer certains aspects de la réglementation communautaire afin d’aider les entreprises actives dans le secteur de l’écotechnologie;
  • encourager l’élaboration/la mise en Ĺ“uvre d’une politique environnementale mondiale, sous l’impulsion de l’UE;
  • promouvoir  dans le monde les entreprises du secteur de l’écotechnologie comme un «produit haut de gamme» de l’UE; et
  • renforcer l’intégration de la politique au niveau de l’UE.

Ces recommandations ont été transmises pour examen aux décideurs politiques européens et nationaux.

Pour plus d'information:

http://ec.europa.eu/environment/archives/ecoinnovation2008/1st_forum/index_en.htm English