• Version imprimable

Le forum de Copenhague sur l’adaptation au climat en appelle à l’innovation dans la réflexion et la technologie

28/07/2011

  • Danemark
463_fr.html

Le 7e forum européen sur l’éco-innovation a recommandé l’élimination de différents obstacles sur la voie de l’adaptation au changement climatique, comme étape essentielle à l’atténuation des effets.

Le forum, une initiative conjointe du ministère danois de l’Environnement et de la Commission européenne, a rassemblé les parties prenantes du monde des entreprises, de la R&D, des décideurs politiques et des ONG les 23 et 24 novembre 2009 à Copenhague.

«Le changement climatique n’est plus une théorie, c’est une réalité», insistait Troels Lund Poulsen, le ministre danois de l’Environnement. «Des partenariats entre le secteur public, le secteur privé et les détenteurs de savoirs doivent permettre l’émergence de connaissances et d’idées nouvelles pour clarifier les besoins et surmonter les contraintes.»

L’adaptation au changement climatique est essentielle pour réagir aux modifications qui se sont opérées au cours des 50 dernières années. Des mesures sont nécessaires au niveau mondial, national, régional et local pour utiliser nos faibles ressources en eau de façon plus efficace, mieux planifier l’espace afin d’atténuer les conséquences du changement climatique et garantir que la nature soit dans la meilleure posture possible pour survivre. L’adaptation prendra du temps, mais il faut agir immédiatement, comme le souligne un livre blanc de la Commission européenne.

Principales recommandations

Le forum a insisté sur le besoin d’élaborer de nouvelles technologies, mais aussi de supprimer les obstacles à l’exploitation des technologies existantes. Les participants ont clairement exprimé la nécessité de prendre des décisions politiques à plus long terme, le changement climatique étant un processus éminemment politique, dont les conséquences se manifestent à la fois en termes de coûts financiers et d’opportunités. Il est également nécessaire de revoir les contraintes juridiques grâce à une meilleure communication et davantage de coordination entre les différentes sphères politiques.

Les gouvernements doivent envoyer clairement des signaux de marché pour promouvoir l’investissement privé, et inciter à l’adaptation aux accords sur le climat mondial, en assurant suffisamment de financements publics et privés. Il est avant tout nécessaire de construire des passerelles entre la recherche et le développement d’une part et le déploiement des technologies d’autre part, par le biais de soutiens publics aux projets de démonstration et aux mécanismes financiers innovants.

Le secteur public a également besoin d’envoyer des signaux de marché clairs afin de gagner l’engagement des entreprises et de permettre au changement d’avoir lieu. L’approvisionnement public doit se penser en objectifs de partenariat par le biais de chaînes de valeur, plutôt qu’en termes d’unités. Pour qu’une évolution vers une société respectueuse du climat soit possible, il faut que tous les niveaux des gouvernements et de l’industrie se partagent la responsabilité de la mise en œuvre de projets spécifiques.

Des aides financières sont aussi nécessaires pour parvenir à modifier les comportements à tous les niveaux, y compris chez les citoyens. Il faudra stimuler les marchés et l’intérêt de la communauté pour l’adaptation, par le biais de projets pilotes pratiques et le partage d’exemples d’utilisation communautaire.

«L’innovation est nécessaire pour les produits, les systèmes et les modèles commerciaux», concluait Timo Mäkelä, directeur du Développement durable à la DG Environnement de la Commission européenne. «Nous devons encourager la diffusion des résultats de la R&D, garantir un financement durable et encourager le secteur public à jouer son rôle en mobilisant le secteur privé par la réduction des obstacles réglementaires et l’ouverture de nouveaux marchés.»

Pour en savoir plus