• Version imprimable

Un plan de transport vert danois destiné à remettre l’environnement sur les rails

28/07/2011

  • Danemark

Au Danemark, un plan de transport vert vise à réduire radicalement les émissions de CO2, à soulager l’encombrement de la circulation et à réduire la pollution. Des investissements sont également consentis pour créer un nouveau réseau ferroviaire à grande vitesse.

Le gouvernement danois a dévoilé un plan de transport révolutionnaire doté d’un budget de 20 milliards d’euros au cours des quatre prochaines années afin de repeindre en vert le secteur des transports à l'échelle nationale. Annoncé en décembre 2008, ce plan vise une totale réévaluation des industries de transport national et de fret au Danemark.

Le Danemark est particulièrement tributaire des transports routiers. De fait, ce secteur génère cinq tonnes de CO2 par habitant, contre 1,99 tonne en moyenne au sein de l’UE-27. Au total, le Danemark émet 10,6 tonnes de CO2 par habitant, contre 7,88 tonnes en moyenne pour l’UE-27.

Le gouvernement danois a mis en évidence cinq actions clefs:

  1. taxes vertes sur les automobiles;
  2. financement de la recherche publique en faveur des nouvelles technologies de transport vertes;
  3. investissement significatif dans les transports publics;
  4. systèmes intelligents de régulation du trafic; et
  5. nouvelle stratégie des axes routiers.

Les taxes vertes sur les automobiles visent à inciter les citoyens à prendre en considération les émissions de CO2 et l’efficacité énergétique lors de l’achat d’un véhicule. La taxe à l’immatriculation correspond au niveau d’émissions du véhicule acheté. L’association d’une telle mesure à la tarification et aux redevances routières intelligentes diminuera considérablement l’encombrement, les nuisances sonores et la pollution.

Cette approche se traduira également par une augmentation de la demande de voitures hybrides et électriques à rendement énergétique élevé, un domaine qui bénéficiera du financement du nouveau plan. Le gouvernement danois a exempté de taxes les voitures électriques au moins jusque 2012, de sorte à inciter les constructeurs à fabriquer des voitures électriques pour le marché danois.

Concernant les transports publics, le plan accorde une certaine priorité au rail. Deux tiers des investissements publics seront en effet consacrés à un réseau interurbain efficace à grande vitesse. La préférence du rail par rapport à la route portera ses fruits à long terme sur le plan environnemental, comme l’a indiqué le projet QUANTIFY sur l’impact climatique des transports, financé par le sixième programme-cadre de l’UE (PC6).

Ce réseau s’inscrira dans le cadre d’un système de transport plus vaste, conformément au concept d’intermodalité cher au programme européen Marco Polo, destiné aux projets qui encouragent le transfert du fret routier vers le transport maritime, le transport ferroviaire et la navigation intérieure.

Le ministère danois des transports crée un centre pour les transports verts

Dans le cadre du nouveau plan pour les transports verts (Green Transport Plan) du Danemark, le ministère des transports a mis sur pied le premier centre pour les transports verts du pays, doté d’un financement de 38,1 millions d’euros au cours des quatre prochaines années. Ce nouvel organisme Ĺ“uvrera sous l’égide de l’Agence de la sécurité routière et des transports (Road Safety and Transport Agency) déjà existante, mais se centrera essentiellement sur les initiatives en faveur de l’environnement. Il soutiendra les programmes et technologies qui contribuent à la réduction des émissions de CO2 du secteur danois des transports. En particulier, ce centre épaulera les projets relatifs aux besoins énergétiques des taxis, à l’indication du rendement énergétique des fourgons et à l’optimisation de l’aérodynamique des camions et poids lourds.

Pour en savoir plus