• Version imprimable

Inciter au recyclage

13/11/2012

  • Consommation et production durables,
  • Nouveaux services / modèles économiques,
  • Recyclage,
  • Utilisation rationnelle des ressources
  • Royaume-Uni

Une PME britannique développe un modèle commercial innovant qui encourage le recyclage et la réutilisation d’appareils électro-ménagers, frigidaires ou machines à laver. Les appareils sont échangés contre des points de fidélité qui peuvent être utilisés dans près de 300 boutiques en ligne.

EEESafe, une société basée à Swansea, au Pays de Galles, a mis en place un programme de certification pour les ingénieurs en électro-ménager et les Centres EEESafe. Les personnes qui souhaitent donner leur appareil recyclable pourront informer le Centre EEESafe le plus proche de chez eux par téléphone ou Internet, et le Centre se chargera de venir le chercher. Les appareils pourront alors être réparés, revendus, ou utilisés pour leurs pièces détachées. Ceux qui ne peuvent pas être réparés peuvent en effet toujours contenir des matières premières de valeur, telles que le cuivre ou l’or.

Pour EEESafe, l’objectif est de réduire les montagnes de déchets électriques et électroniques produits chaque année au Royaume-Uni. L’idée est aussi de faire baisser la demande de nouveaux appareils. « Le Royaume-Uni est une île, avec des matières premières limitées. Nous devons nous assurer qu’elles proviennent de notre territoire, plutôt que de les importer de pays qui sont aussi en train d’épuiser leurs ressources » explique EEESafe. Cette approche profite également à toute la société : les personnes disposant de petits budgets pourront obtenir des appareils électro-ménagers remis à neuf à bas prix, au lieu de devoir en acheter des neufs.

La clé de EEESafe est la combinaison de l’offre de certification et des points de fidélité. Les ingénieurs obtiendront le diplôme EEESafe et pourront ouvrir un Centre EEESafe. Les Centres vendront des appareils remis en état, ainsi que des pièces détachées, certifiées EEESafe. D’après le fondateur d’EEESafe, Robert Alexander, « les points de fidélité seront l’investissement marketing des Centres : ils décideront s’ils veulent en offrir à leurs clients, et quelle sera leur valeur ». Pour les clients, les points peuvent être échangés sur les boutiques en ligne d’Amazon ou de Tesco par exemple.

Les frais d’inscription des ingénieurs pour obtenir le diplôme devraient couvrir largement la mise en place de ce système. La certification permettra à ces ingénieurs d’ouvrir des magasins et de démarrer un projet viable. Une plateforme Internet commune aux Centres EEESafe permettra la circulation des pièces détachées vers les lieux où il y a un besoin.

« EEESafe incitera au recyclage et à la réutilisation des déchets et sera ainsi en accord avec la législation européenne et notamment la Directive DEEE (Déchets d'équipements électriques et électroniques, 2012/19/EU), précise M. Alexander.

EEESafe en est à sa phase de lancement. Selon M. Alexander, le projet sera pleinement opérationnel dans un an. Il a déjà attiré l’attention d’organismes commerciaux, de l’institut britannique de normalisation et du gouvernement gallois. Pour M. Alexander, ce modèle pourrait être appliqué dans toute l’Europe : « nous voudrions le promouvoir et passer des accords avec d’autres Etats Membres » indique-t-il.

Pour en savoir plus