• Version imprimable

Réduire les boues résiduelles dans le traitement des eaux usées

19/09/2011

744_fr.html

Le projet WASTEred financé par l’UE a contribué au succès du lancement d’un produit écologique innovant qui réduit les boues d’épuration générées pendant le traitement des eaux usées dans le secteur alimentaire.

Le traitement des eaux usées dans les secteurs de la viande et des produits laitiers génère chaque année plus de 25 millions de tonnes de boues en Europe. Cet aspect fait non seulement peser une menace sur l’environnement, mais il augmente aussi considérablement les coûts de traitement des activités en question.

Sensible à cette question, la société espagnole BIOAZUL s’est associée à d’autres acteurs européens pour mener à bien le projet WASTEred et effectuer des essais du produit LODOred. Ce produit écologique innovant a été élaboré pour les stations de traitement aérobie des eaux usées. Il optimise l’efficacité du métabolisme microbiologique et réduit ainsi le volume de boues produit, voir ENCADRÉ.

Ce projet de deux ans, partiellement financé par le programme communautaire CIP Eco-Innovation, a comporté 11 études expérimentales dans des établissements de production de viande et de produits laitiers en Allemagne, en Pologne et en Espagne. Au cours de ces études, les boues ont été réduites en moyenne de 10 % à 50 %.

Les établissements en ont bénéficié économiquement. Les coûts d’élimination des boues ont baissé de 30 % en moyenne et la facture énergétique de près de 25 %. Des économies supplémentaires ont été réalisées sur les frais liés à la pollution et au coût des polymères de déshydratation des boues. «Les stations utilisant LODOred économisent entre deux et trois euros par euro dépensé pour le produit», explique Antonia Lorenzo, coordinatrice du projet. «Cela représente une économie significative, qui se cumule aux avantages environnementaux.»

LODOred contribue à réduire l’empreinte écologique de tout le procédé de traitement des eaux usées. La diminution du volume de boues généré améliore la qualité des plans d’eau récepteurs, comme les lacs et les rivières. On estime à 20 % la réduction de la pollution en phosphates et en azote provenant des stations.

Cela contribue également à réduire la pollution de l’air, en diminuant les besoins de transport, les émissions de CO2 et le volume des boues d’épuration traitées par incinération (baisse des oxydes d’azote). En moyenne, la baisse d’utilisation des polymères chimiques atteint 25 %.

Le projet WASTEred prend fin en octobre 2011. Des résultats exhaustifs seront alors disponibles.

Pour en savoir plus

  • WASTEred:
    http://www.wastered.eu/wastered_fr/ English

    BIOAZUL:
    http://www.bioazul.com English

Informations connexes sur le site d’EcoAP

Bioréacteurs à micromembrane

Intégré dans un procédé de traitement biologique, LODOred agglomère les microorganismes formant une floculation de boues activées compactes. Ces flocs sont enrobés d’une membrane extrêmement sélective qui permet de manipuler le métabolisme contenu. LODOred induit un changement du métabolisme microbien, notamment dans l’équilibre catabolique/anabolique: la dégradation de matière organique, ou catabolisme, est favorisée par un mélange de vitamines et de stabilisateurs d’enzymes, alors que la biosynthèse, ou anabolisme, des nouvelles cellules est ralentie par d’autres substances. Les bactéries gagnent donc en efficacité et détruisent davantage le volume de DBO entrant. La production de biomasse est réduite, puisque moins de bactéries sont nécessaires pour éliminer un volume équivalent de DBO.