• Version imprimable

Lancement de la stratégie européenne pour des véhicules propres

21/10/2010

573_fr.html

La Commission européenne a présenté une nouvelle stratégie visant à lutter contre la dépendance européenne aux combustibles fossiles, à accélérer le développement de technologies automobiles propres et à encourager leur utilisation à grande échelle.

Annoncée en avril 2010, la stratégie s’inscrit dans le prolongement de l'initiative européenne en faveur de la voiture verte, l’un des trois partenariats privé-public du plan de relance européen, et vise à développer les options de mobilité durable. Elle est destinée à améliorer la durabilité et la compétitivité globale des constructeurs automobiles européens tout en répondant à la demande des consommateurs, qui souhaitent des véhicules plus écologiques.

Le moteur à combustion interne restera probablement la référence à court et à moyen terme. Toutefois, la Commission est convaincue que les combustibles et les technologies de propulsion alternatifs seront de plus en plus utilisés. Les véhicules verts, y compris ceux utilisant l’électricité, l’hydrogène, le biogaz et les biocarburants liquides, devraient contribuer de façon significative aux priorités de la stratégie Europe 2020, qui sont d’aboutir à une croissance intelligente et durable.

Au cours de l’année 2009, quelque 14 millions de voitures ont été produites en Europe, soit environ 30 % de la production mondiale. L’UE importe 2,2 millions de voitures chaque année et en exporte 3,4 millions. Alors que la production automobile totale de l’UE en 2009 a diminué de 17,3 % par rapport à 2008, le secteur des véhicules à faible émission (moins de 120g de CO2 /km) a continué de progresser. La demande a atteint 3,2 millions d’unités, soit un quart du marché. Tous les constructeurs sont concernés puisque ceux-ci s’efforcent de se conformer à la législation européenne très stricte en matière d’efficience énergétique par le biais de la recherche coopérative. Une législation similaire a été introduite au Japon et en Corée du Sud.

Compte tenu du doublement annoncé de la flotte automobile mondiale d’ici la prochaine décennie, de nombreux nouveaux véhicules devront trouver des sources d’énergie alternatives, telles que l’électricité, l’hydrogène et les biocarburants, ou du moins consommer moins d’énergie et de ressources. La nouvelle initiative soutiendra l’utilisation de véhicules propres en encourageant la recherche et l’innovation dans le domaine des technologies vertes, en fixant des normes communes, en développant l’infrastructure nécessaire et en normalisant les interfaces de recharge.

Parmi les objectifs, citons une transformation plus efficace et un meilleur stockage de l'énergie, un usage optimal des matériaux et une amélioration au niveau de la conception, de la simulation, de la création de prototypes et des essais des véhicules, pièces de rechange et processus de production. Des efforts seront également mis en œuvre dans le but de sensibiliser le consommateur, de créer des marchés automobiles plus ouverts sur le monde, de résoudre les problèmes d’emploi découlant de la restructuration de l’industrie automobile ainsi que de requalifier la main d’œuvre.

Pour en savoir plus

Approche à travers l’industrie

D’après le tableau de bord européen sur les investissements industriels 2009, l’industrie automobile européenne est, avec 32,8 milliards d'euros en 2008, l’investisseur privé le plus important en matière de R&D. Le Conseil européen pour la recherche et le développement de l’industrie automobile (EUCAR), qui réunit les constructeurs automobiles européens les plus influents, est à l’origine d’une grande partie des activités coopératives de recherche et de développement. La réduction des émissions de CO2 est un défi complexe qui nécessite une amélioration des véhicules à tous les niveaux, pas uniquement au niveau du moteur. Les priorités d’EUCAR sont: carburants alternatifs et électrification, processus de fabrication écologiques et efficients.

Pour de plus amples informations:
http://www.eucar.be/ English