• Version imprimable

SPIRE : une source d’inspiration pour l’efficacité énergétique et des ressources    

11/02/2013

 

SPIRE, un vaste partenariat trans-sectoriel, prévoit d’investir 1,4 milliard d’euros dans la recherche privée pour l’efficacité énergétique et des ressources des industries européennes de transformation. Les secteurs visés sont le métal ou le ciment, qui transforment des matières premières en des produits qui sous-tendent toutes les économies modernes.

Le partenariat SPIRE (Une industrie de transformation durable grâce à l’efficacité énergétique et des ressources) servira de cadre pour huit secteurs : l’acier, les produits chimiques, les minéraux, l’eau, les métaux non ferreux, l’ingénierie, le ciment et les céramiques. Il coordonnera leurs efforts de recherche, en les dirigeant vers deux objectifs, à atteindre en 2030 : une réduction de 30 % de l’intensité en énergie fossile par rapport au niveau actuel, et une réduction d’un cinquième de l’intensité en matière première non renouvelable. L’intensité énergétique et en ressources correspond à la quantité d’énergie et de ressources utilisée par unité de produit fini.

La stratégie d’innovation et de recherche des partenaires est de comprendre comment l’usage des matières premières peut être optimisé, comment les procédés et les applications peuvent être rendus plus efficaces, comment les déchets peuvent être transformés en ressources, et comment les bonnes pratiques peuvent être échangées et diffusées d’un secteur industriel à l’autre. SPIRE a publié un plan de mise en Ĺ“uvre qui détaille les nombreuses mesures prévues. Par exemple, sur l’usage des déchets comme matières premières, SPIRE a prévu un certain nombre d’initiatives, par exemple sur la façon dont les scories de ferraille, les poussières et les boues de déchets issus de la transformation du métal peuvent être réintégrés dans le processus de production. Le partenariat étudie également la façon dont les gaz émis par les procédés industriels (tels que le dioxyde de carbone, l’hydrogène ou le monoxyde de carbone) peuvent être capturés et transformés en carburant ou produits chimiques, au lieu d’être rejetés dans l’environnement.

Le président de SPIRE, Klaus Sommer, qui représente Bayer, l’une des entreprises membre, indique que les industries de transformation couvertes par cette initiative représentent 20% de l’économie européenne. Le partenariat rassemble 60 membres, y compris des grandes entreprises, des instituts de recherche et des associations d’industriels. Le budget prévisionnel pour la recherche, 1,4 milliard d’euros, sera dépensé d’ici 2020. Les représentants de SPIRE déclarent qu’ils « recherchent des co-financements, dans le cadre du programme-cadre Horizon 2020 », le programme de recherche de l’UE qui se déroulera sur la période 2014-2020.

Pour M. Sommer, l’un des enjeux majeurs de SPIRE est de « découvrir des synergies   inconnues entre des secteurs industriels qui ont plus en commun que ce que l’on pense ». Par exemple, les améliorations de l’efficacité énergétique et des ressources qui ont été réalisées dans les secteurs du fer ou du ciment n’ont pas été diffusées à d’autres secteurs, alors même qu’ils utilisent des systèmes et des procédés communs à d’autres industries. SPIRE s’attachera à faire connaître des innovations qui sont utilisées dans un secteur, et à les transférer à d’autres.

M. Sommer ajoute que les objectifs de SPIRE, c’est-à-dire la réduction de 30 % de l’intensité énergétique et la réduction de 20 % de l’intensité en matières premières, sont « basés sur une bonne analyse de ce qui peut être fait raisonnablement. Nous ne promettons pas trop, mais [atteindre ces objectifs] ferait une vraie différence, car ils concernent tous les secteurs industriels ». SPIRE a aussi été mis en place en considérant la nécessité de rendre plus durables les industries de transformation européennes, face à la concurrence internationale. « Nous voulons distancer les autres régions, les autres continents », déclare M. Sommer.

SPIRE a pour objectif de devenir un Partenariat Public Privé Européen, c’est-à-dire un partenariat où les objectifs de recherche publics et privés sont coordonnés. L’UE soutiendra le projet dans sa phase de recherche industrielle et de développement des technologies industrielles.

Pour en savoir plus

    • http://www.spire2030.eu English