• Version imprimable

Laver plus blanc que blanc sans eau

28/01/2013

  • Eau,
  • Rendement énergétique,
  • Technologies,
  • Utilisation rationnelle des ressources
  • Eu

Des billes de plastique pour remplacer l’eau : tel pourrait être l’avenir du lavage en machine. C’est en tout cas l’avis de Xeros, une petite entreprise basée à Rotherham, une ville du nord de l’Angleterre.

Cette technologie de billes lavantes a été développée à l’Université de Leeds, et Xeros travaille actuellement à sa commercialisation. Selon l’entreprise, ces billes en polymère, utilisées à la place de l’eau dans les machines à laver le linge, peuvent « agiter, attirer et déplacer les tâches et salissures des surfaces textiles ». Les billes absorbent la saleté dans leur structure moléculaire.

L’idée des billes lavantes vient au départ d’études sur la manière de réduire la consommation d’eau des entreprises de teinturerie, indique le président directeur général de Xeros, Bill Westwater. En mettant au point le procédé, les ingénieurs ont aussi commencé à s’intéresser au lavage domestique et commercial du linge. « Nous avons pensé que nous pouvions créer un modèle économique qui fonctionnait ».

Les billes tournent dans la machine à laver avec les vêtements sales, et réduisent très sensiblement les besoins en eau, jusqu’à 90 %. Elles sont réutilisables et recyclables. Selon  Xeros, elles peuvent servir pendant des « centaines de lavages avant d’atteindre leur fin de vie ». Elles se sont montrées aussi efficaces que les lavages classiques à l’eau, en particulier pour enlever la graisse et l’huile. La lessive est encore nécessaire, mais en quantité réduite : le procédé de Xeros consomme seulement la moitié des produits chimiques utilisés lors d’un lavage normal. L’entreprise affirme que le lavage à billes est la « première véritable innovation » pour le lavage du linge depuis 60 ans.

Cependant, les billes Xeros ne peuvent pas être utilisées dans les machines conçues pour laver à l’eau. Pour passer à cette technologie, il faudra des machines à laver à billes, qui, selon M. Westwater, ne devraient pas être plus chères que les machines actuelles.

Xeros fait actuellement la promotion des billes lavantes auprès des blanchisseries. Des machines à billes ont été installées pour des projets pilotes, dans des blanchisseries, au Royaume-Uni. L’entreprise cherche aussi à faire entrer sa technologie aux Etats-Unis, et a installé des machines à laver à billes dans deux sociétés : une blanchisserie dans le New Hampshire et un hôtel de 518 chambres en Virginie. Ces installations permettent de mesurer les bénéfices environnementaux et financiers du lavage à billes.

M. Westwater pense que l’utilisation commerciale de cette technologie dans des entreprises permettra à Xeros d’être estampillée « approuvée par des professionnels », ce qui sera un avantage pour promouvoir les billes lavantes auprès des consommateurs. Cependant, l’adoption par le grand public va prendre du temps, admet M. Westwater, même s’il indique que les résultats des études de consommateurs sont positifs. « Je craignais que l’inertie soit le plus gros frein à l’adoption de cette solution par les consommateurs, mais ce n’est pas ce que montrent nos recherches. Les conclusions indiquent même que la technologie Xeros est perçue comme « sans compromis sur la propreté ». En plus, les machines à laver à billes vont être compétitives par rapport aux machines à laver standards ; et c’est la première préoccupation des consommateurs », remarque M. Weswater.

Pour en savoir plus

    • http://www.xeroscleaning.com English