• Version imprimable

Le déploiement des bioplastiques en Europe

19/03/2011

  • Entretiens avec des experts
671_fr.html

European Bioplastics est une association professionnelle établie en vue de promouvoir le déploiement de ces matériaux éco-innovants et économes en ressources. Son directeur général, Hasso von Pogrell, nous explique les objectifs de l’association.

Les plastiques sont les plus grands consommateurs de combustibles fossiles, après l’énergie et le transport. Les bioplastiques sont des matériaux relativement nouveaux, dont la production fait de plus en plus appel à des ressources renouvelables et qui offrent à la fois l’avantage d’être biodégradables et compostables. Il n’existe pas de définition unique et simple des bioplastiques. Ce terme peut aussi bien renvoyer à des plastiques fabriqués à partir de matériaux d’origine végétale – ou biologique – qu’à des plastiques biodégradables. Ces deux aspects ne vont pas nécessairement de pair. Un bioplastique peut très bien être fabriqué à partir de combustibles fossiles et malgré tout pouvoir être composté. À l’inverse, un bioplastique fabriqué à partir de matériaux végétaux peut néanmoins résister à la dégradation. Tout dépend de l’utilisation à laquelle on le destine.

Quelle partie de votre secteur présente aujourd’hui le plus grand potentiel d’innovation?

D’une manière générale, nous constatons, sur le marché des bioplastiques, un intérêt croissant pour les bioplastiques d’origine biologique – qui utilisent des matières premières renouvelables – alors qu’auparavant, l’accent était davantage placé sur leur caractère biodégradable. Les questions de durabilité, notamment dans le contexte de la lutte contre le changement climatique, ainsi que la diminution des réserves fossiles contribuent à rendre plus attrayants les efforts visant à remplacer les plastiques fabriqués à partir de combustibles fossiles par d’autres fabriqués à partir de matières renouvelables. Nous devrions voir apparaître sur le marché de nouvelles applications plus durables, mettant l’accent sur le réemploi et le potentiel de recyclage.

On peut s’attendre à ce que les matériaux biodégradables se développent et améliorent les performances dans des secteurs où la biodégradabilité présente un avantage tangible et substantiel, par exemple les films de paillage dans l’agriculture. Le secteur s’efforce de développer des produits adaptés aux besoins spécifiques des clients. Par exemple: des mélanges de bioplastiques, de plastiques conventionnels et de différents matériaux de remplissage pour des applications réfractaires dans le secteur automobile.

Quelles sont les conditions qui doivent être réunies pour permettre une commercialisation à grande échelle des bioplastiques en Europe?

La Commission européenne a élaboré, en coopération avec des acteurs de l’industrie, un ensemble de recommandations politiques dans le cadre de l’initiative en faveur des marchés porteurs.

La réalisation d’au moins une partie de ces conditions-cadres permettrait de donner un véritable coup de fouet à notre industrie:

  • déduire le carbone d’origine biologique contenu dans les produits de leur empreinte carbone totale;
  • fixer des objectifs indicatifs ou contraignants pour certains produits d’origine biologique, tels que les biocarburants;
  • permettre aux États membres de réduire les taxes sur les produits durables d’origine biologique;
  • permettre au plastique d’origine biologique de pénétrer dans tous les systèmes de collecte et de valorisation des déchets;
  • encourager les autorités publiques à privilégier les produits d’origine biologique dans le cadre des marchés publics;
  • entamer un processus de réflexion avec les parties prenantes concernant l’étiquetage et les informations fournies aux consommateurs.

Quelle est d’après vous la législation européenne qui aide le plus votre industrie?

Il n’existe pour l’heure aucune législation spécifique au niveau européen qui aide l’industrie des bioplastiques. Plusieurs initiatives politiques telles que la stratégie Europe 2020, les stratégies soutenant la bioéconomie et l’initiative en faveur des marchés porteurs appellent directement ou indirectement des mesures de soutien pour aider l’industrie des bioplastiques. Il reste néanmoins à savoir si ces propositions se traduiront par une aide concrète.

Au niveau des États membres, plusieurs pays ont établi des mécanismes de soutien spécifiques pour les emballages en bioplastique. Par exemple, la Lettonie et les Pays-Bas ont réduit de façon spectaculaire les taxes sur ce type d’emballages, tandis que l’Allemagne a instauré des dérogations aux obligations de gestion des déchets.

Quel est le rôle des bioplastiques dans les actions en faveur du climat et de l’utilisation efficace des ressources?

La substitution du carbone fossile par du carbone d’origine végétale pourrait avoir une incidence très positive sur l’environnement. Dans les applications plastiques de longue durée, le carbone d’origine biologique peut être retenu pendant plusieurs années. Non seulement cela réduit la quantité de CO2 présente dans l’atmosphère, mais cela crée également des produits de grande valeur, qui peuvent être exportés et aident les industries européennes à préserver leur avantage concurrentiel.

En utilisant des produits agricoles locaux, les bioplastiques réduisent la dépendance vis-à-vis des importations de combustibles fossiles et augmentent la demande de produits créés par l’agriculture européenne, contribuant par-là au développement des zones rurales.

Les bioplastiques permettent également d’envisager de nouvelles méthodes durables et efficaces pour l’élimination des plastiques en fin de vie. Ceux- ci peuvent être éliminés au moyen de différentes techniques, parmi lesquelles la valorisation énergétique, le recyclage mécanique, le compostage, la digestion anaérobie et le recyclage chimique.

Quels sont les principales perspectives et les plus grands défis qui attendent votre secteur aujourd’hui?

Selon nous, les principales perspectives sont:

  • un large soutien de la part des responsables politiques et de l’opinion publique;
  • l’introduction des bioplastiques par un nombre de plus en plus important de propriétaires de marques;
  • un accent de plus en plus fort sur la durabilité;
  • une croissance vertigineuse de la capacité de production; et
  • l’ouverture de nouveaux domaines d’utilisation grâce au progrès technique.

L’un des principaux défis sera de garantir la production durable de matières premières renouvelables et de trouver des solutions pour utiliser de manière efficace ces ressources limitées. Des systèmes de recyclage pourraient être installés pour valoriser les matériaux et l’énergie. Le recyclage des bioplastiques permet des utilisations en cascade et produit des matières premières secondaires. Leur traitement thermique génère également de l’énergie verte.

Le recours à des matières premières non alimentaires pourrait être de plus en plus fréquent à l’avenir. L’industrie des bioplastiques a déjà démontré, par la recherche et en partie par la pratique industrielle, que des processus de production spécifiques pouvaient être adaptés de manière à utiliser des déchets alimentaires ou d’autres sous-produits au lieu de cultures vivrières. Le concept du bioraffinage est également une solution prometteuse permettant de transformer de la biomasse cellulosique non alimentaire en différents produits chimiques tels que l’éthanol, qui peuvent ensuite être utilisés pour la production de bioplastiques.