• Version imprimable

Adopter une approche pratique du transfert technologique

03/10/2009

  • Entretiens avec des experts
437_fr.html

Selon Steven Hunt, chef de projet international chez Practical Action Consulting et au sein du consortium PISCES, il faut adapter les technologies aux besoins spécifiques de chaque pays en développement.

Anciennement connu sous le nom d’Intermediate Technology Development Group, Practical Action Consulting cherche depuis 40 ans à faciliter le transfert technologique vers les pays en développement. Le consortium de recherche PISCES (Policy Innovation Systems for Clean Energy Security), dont Practical Action est membre, est une initiative lancée il y a cinq ans et financée par le ministère britannique pour le développement international, qui œuvre à l’innovation et au transfert de connaissances pertinentes en matière de politique énergétique, afin d’induire de meilleures pratiques dans les pays en développement. PISCES coopère avec les autorités du Kenya, d’Inde, du Sri Lanka et de Tanzanie pour diffuser des informations et une expertise en matière de bioénergie. L’objectif est de fournir aux communautés pauvres un accès à l’énergie.

Quelles sont les missions de Practical Action Consulting?

Practical Action œuvre pour le développement international et s’intéresse plus particulièrement à la technologie. Nous employons 600 personnes, disséminées en Amérique latine, en Asie du Sud-Est et en Afrique de l’Est et du Sud. L’organisation coopère dans des projets liés à l’agriculture et à l’agroalimentaire, à la réduction des risques et des catastrophes naturelles, au développement de marchés, à l’eau et l’assainissement, ainsi qu’à l’énergie et la gestion des déchets. Nous travaillons avec des donateurs internationaux, des gouvernements, des organisations non gouvernementales (ONG) et des sociétés privées.

Pourquoi adapter les technologies aux besoins spécifiques de chaque pays?

Il faut comprendre qui est la cible de marché, quels sont les moyens en présence, ce que les gens préfèrent utiliser et ce qu’ils aspirent à utiliser. Dans chaque domaine, les contextes sont tout simplement différents. Par exemple au Mali, 10 % de la population seulement a accès à l’électricité et 95 % des gens utilisent des combustibles solides pour cuisiner. Les technologies les plus adaptées à un pays en particulier dépendent de ce type de facteurs. L’adaptation est importante parce que les gens et les endroits sont différents. Et si l’on considère que la technologie est davantage qu’un outil fourni en «kit», ceci est encore plus évident.

Les téléphones mobiles solaires peuvent aider les gens qui vivent sans électricité. Avez-vous eu connaissance d’autres technologies spécifiquement adaptées à ce marché?

Différents systèmes de purification d’eau ont été efficaces. Le groupe British Red Button Design a convaincu des investisseurs de soutenir son système d’assainissement par osmose inverse, ce qui indique que certains sont désireux d’investir dans ce domaine.

Des chercheurs travaillent aussi dans le domaine de la cuisson alimentaire. La société suédoise Dometic travaille avec Project Gaia en Éthiopie pour produire une cuisinière au bioéthanol.

Les lampes solaires sont aussi un autre développement intéressant. L’initiative Lighting Africa effectue un excellent travail dans ce domaine. De nouveaux produits voient le jour, comme des lampes solaires autonomes qui peuvent aussi recharger un téléphone mobile.

Selon vous, y a-t-il des domaines auxquels la technologie ne répond pas?

La cuisson alimentaire reste sous-développée. Environ 80 % des aliments doivent être cuits et tout le monde en Afrique ou en Amérique latine cuit de la nourriture au moins une fois par jour. Il existe des initiatives qui s’intéressent à des cuisinières efficaces et des combustibles alternatifs, mais je crois que c’est un domaine qu’il reste à explorer.

L’énergie hors-réseau ne reçoit pas encore suffisamment d’attention par rapport à l’énergie solaire. Selon moi, l’énergie hydraulique de petite échelle ou micro-hydraulique reste sous exploitée. Des travaux ont certes été menés dans ce domaine, mais il reste beaucoup à faire. C’est une source d’énergie propre et de qualité. Je crois qu’elle mériterait qu’on lui prête plus d’attention.

Quels sont les obstacles au transfert technologique?

En partie, l’idée que la technologie est une pièce d’équipement. La technologie, c’est bien plus que cela. Le produit doit s’insérer dans un système commercial. Des fournisseurs, des agents d’entretien et de suivi après-vente doivent accompagner l’introduction d’une technologie.

L’implication des ONG dans le processus est très intéressante à bien des égards. Leur expérience peut aider les développeurs de la technologie à comprendre le marché; elles peuvent jouer le rôle d’intermédiaires. On commence d’ailleurs à voir des exemples de cela, comme le projet Gaia et Dometic en Éthiopie.

Connaissez-vous des exemples de transfert technologique réussis?

Les systèmes micro-hydrauliques qui génèrent moins de 100 kW ont été une vraie réussite. En général un système 6 kW (suffisant pour entraîner un moulin électrique et fournir de l’électricité à une communauté de 500 personnes) coûte 5 350 €. Practical Action a installé dans les Andes péruviennes 50 systèmes micro-hydrauliques qui ont amené l’électricité pour la première fois à de nombreuses communautés. Des communautés hier en danger de migration économique sont aujourd’hui prospères. Outre les bénéfices financiers, les cliniques locales disposent aujourd’hui de réfrigérateurs pour stocker leurs vaccins et les écoles ont accès à Internet. La réussite globale des travaux de Practical Action a poussé le gouvernement péruvien à doubler le nombre de projets micro-hydrauliques dans la région.

Pour en savoir plus

  • Practical Action Consulting: http://practicalactionconsulting.org English(en anglais)

    PISCES: http://www.pisces.or.ke/ English(en anglais)

    Red Button Design: http://www.thisisredbutton.co.uk English(en anglais)

    Dometic AB: http://www.dometic.com/enie/International/Site/CleanCook English(en anglais)

    Project Gaia: http://www.projectgaia.com/ English(en anglais)

    Lighting Africa: http://www.lightingafrica.org/ English(en anglais)