Chemin de navigation

Matières premières

Conférence – Partenariat UE-Afrique - Bruxelles, le 26 janvier 2012

© EU Commission

Pour des richesses minérales au service du développement réel de l'Afrique

Cette conférence, qui a rassemblé environ 250 délégués du secteur public, de la société civile et de l'industrie, représentant 22 pays africains, portait sur les moyens de mettre en œuvre les dispositions du plan d'action 2011-2013 dans le cadre de la stratégie commune UE-Afrique relatives aux matières premières.  

Dans son discours d'ouverture, Antonio Tajani, commissaire chargé de l'industrie et de l'entrepreneuriat, a rappelé l'importance pour assurer une croissance durable et variée des ressources minérales pour l'Afrique - mais également pour offrir aux pays développés un approvisionnement régulier en matières premières.

Sinknesh Ejigu, ministre éthiopien des mines, a souligné que l'Afrique pourrait s'inspirer de l'expérience européenne afin de surmonter les principales difficultés de l'industrie minérale, qui présente des lacunes dans les domaines suivants:

  • informations géoscientifiques;
  • capacité de négociation, de gestion et de suivi des contrats miniers;
  • valeur ajoutée en amont ou en aval; 
  • relations économiques entre l'industrie minière et les secteurs durables;
  • investissements (l'industrie minérale nécessite d'importants capitaux);
  • capacité de soutien et de gestion de l'exploitation minière artisanale et à petite échelle;
  • prévention de la dégradation de l'environnement et d'autres effets négatifs sur les populations (locales).

Conclusions de la conférence

Les débats ont porté sur trois thèmes principaux du plan d'action Afrique-UE, fondés sur les recommandations formulées avant la conférence par des délégués réunis en groupes de travail. Les conclusions seront prises en compte pour la mise en œuvre du plan d'action 2011-2013 dans le cadre de la stratégie commune UE-Afrique .

1 – Gouvernance 

Pour améliorer la gouvernance, des efforts sont nécessaires dans les domaines suivants:

  • renforcement de la transparence, en particulier en ce qui concerne les paiements et les contrats;
  • capacité administrative des gouvernements et des parlements en matière de négociation de contrats;
  • participation de la société civile et du secteur privé.

2 – Investissement et infrastructure

L'Europe peut aider l'Afrique à:

  • améliorer le potentiel d'investissement des couloirs de développement minier;
  • améliorer les orientations stratégiques et la réglementation sur des questions telles que les répercussions de l'exploitation minière sur l'environnement;
  • transmettre ces types d'approches aux sociétés minières publiques (en s'inspirant de son expérience dans le domaine de la responsabilité sociale des entreprises);
  • s'appuyer sur les PME, minières ou autres, pour dynamiser l'économie locale et diversifier la chaîne d'approvisionnement minière.

3 – Connaissances et compétences géologiques

L'Union européenne et l'Union africaine doivent s'attacher à renforcer:

Pays d'Afrique représentés à la conférence

Éthiopie, Zambie, Ghana, Kenya, Niger, Nigeria, Burundi, Guinée, Tunisie, Gabon, République démocratique du Congo, Afrique du Sud, Tanzanie, Mauritanie, Djibouti, Tchad, Liberia, Madagascar, Burkina Faso, Togo, Malawi et Ouganda.

Documentation de la Conférence

Enregistrements vidéo des discours prononcés par M. Tajani et Mme Ejigu

Le rapport complet de la conférence pdf - 356 KB [356 KB] English (en)

Programme de la conférence pdf - 4 MB [4 MB] English (en)

Partager: FacebookGoogle+LinkedInEnvoyer cette page à quelqu'un

Choisir la taille de caractères normaleAugmenter la taille des caractères de 200 %Imprimer cette page