European Commission - Enterprise and Industry

For a better experience, please enable Javascript!

De nouveaux satellites et lanceurs garantissent le coup d’envoi de Galileo en 2014 Publié le: 02/02/2012

News in RSS

La signature de ces contrats aujourd’hui prouve que la mise en œuvre concrète de Galileo a lieu dans les temps et dans le respect du budget disponible. Je suis fier que nous ayons réussi à accélérer la livraison des satellites et des lanceurs. Cela permettra aux Européens de profiter dès 2014 des possibilités offertes par Galileo en matière de navigation par satellite renforcée. Je suis tout aussi fier de constater que l’Europe possède une industrie spatiale extrêmement compétitive et capable de réaliser un programme de haute technologie aussi ambitieux

Grâce aux nouveaux contrats signés aujourd’hui à Londres pour la fourniture de satellites et de lanceurs, Galileo est bien parti pour fournir aux citoyens de meilleurs services de navigation par satellite dès 2014.

En tout, trois marchés ont été passés: le premier, conclu avec OHB System AG (Allemagne), comprend 8 satellites pour environ 250 millions d’euros; le deuxième, conclu avec Arianespace (France), offre la possibilité de réserver jusqu’à 3 lancements à l’aide d’Ariane 5 (frais de réservation de 30 millions d’euros); quant au troisième, conclu avec Astrium SAS (France), il permettra au lanceur Ariane 5 actuel de mettre en orbite 4 satellites Galileo par lancement, pour environ 30 millions d’euros. Actuellement, les satellites Galileo sont lancés deux par deux à bord de la fusée russe Soyouz. Grâce à la proposition extrêmement compétitive du contractant et à l’augmentation du nombre de satellites qui seront mis en orbite d’ici à 2014, la Commission a été en mesure d’accélérer le processus.

Documents et liens

La signature de ces contrats aujourd’hui prouve que la mise en œuvre concrète de Galileo a lieu dans les temps et dans le respect du budget disponible. Je suis fier que nous ayons réussi à accélérer la livraison des satellites et des lanceurs. Cela permettra aux Européens de profiter dès 2014 des possibilités offertes par Galileo en matière de navigation par satellite renforcée. Je suis tout aussi fier de constater que l’Europe possède une industrie spatiale extrêmement compétitive et capable de réaliser un programme de haute technologie aussi ambitieux