European Commission - Enterprise and Industry

For a better experience, please enable Javascript!

La Charte euro-méditerranéenne pour l’entreprise - La réunion en Algérie, le 13 mai 2009 Publicado em: 03/06/2009, Última atualização: 25/08/2014

News in RSS

Comme huit autres pays méditerranéens voisins de l’Union européenne, l’Algérie se réfère depuis 2004 à la Charte euro-méditerranéenne pour l’entreprise pour améliorer ses politiques et programmes en faveur des entreprises.

La Charte s’inspire des meilleures pratiques en Union européenne et dans les pays voisins.
En 2007-2008, l’Algérie a conduit avec succès un exercice pilote d’évaluation de ses avancées dans les dix domaines couverts par la Charte. Elle a confronté ses conclusions à l’analyse opérée par la Commission européenne en collaboration avec l’OCDE, la Fondation européenne pour la formation et la Banque européenne d’investissement. Les résultats de l’Algérie et ceux des pays voisins engagés dans le même exercice ont été comparés dans un
rapport présenté aux ministres de l’industrie réunis à Nice en fin d’année 2008.

Le 13 mai 2009, une cinquantaine d’acteurs algériens concernés par la Charte se sont réunis à Alger pour débattre des  résultats et souligner les progrès effectués par l’Algérie depuis la parution du rapport. La réunion était organisée par le ministère de l’industrie et de la promotion des investissements (MIPI) qui coordonne la mise en oeuvre de la charte en Algérie.

Dans son exposé introductif, madame Laura Baeza, Chef de la Délégation de la Commission européenne en Algérie, a remercié les parties prenantes algériennes de leur pleine implication dans la démarche d’évaluation de la Charte, démarche qui s’est voulue pleinement participative d’un bout à l’autre de l’exercice. Elle a également rappelé que la Commission apporte un soutien important au développement du secteur privé en Algérie : le 5 mai 2009, le "Programme d’appui aux PME/PMI et à la maitrise des technologies d'information et de communication" (PME II) a pris le relais d’un programme du même type mené avec succès de 2000 à 2008. Le financement apporté par l’Union européenne à ces deux programmes totalise plus de 100 millions d’euros.

Lors de la rencontre, la Commission européenne et ses organisations partenaires - l'OCDE et la Fondation européenne pour la formation - ont résumé les conclusions principales de l’exercice pilote d’évaluation de la mise en oeuvre de la Charte. Des voies ont également été suggérées permettant à l’Algérie d’aller de l’avant. Celles-ci comprennent une meilleure coordination entre les ministères, les agences et les programmes; la simplification des lois, règlements et procédures qui déterminent l’environnement des entreprises ; une diffusion plus large des informations qui leur sont utiles; une évaluation des mesures qui leur sont destinées ; ainsi que l’amélioration de l’accès au crédit bancaire pour les PME.

Au cours d’une discussion très animée, différents intervenants ont fait valoir que plusieurs recommandations avaient déjà été prises en compte : par exemple, les chambres de commerce et d’industrie opèrent à présent à partir d’antennes locales implantées dans les différentes wilayas du pays; l’Agence nationale de développement de l’investissement diffuse en ligne toutes les informations utiles aux investisseurs à partir d’un nouveau site web; une loi d’orientation en matière d’éducation nationale adoptée en 2008 inclut l’éducation à l’esprit d’entreprise.

M. Kirat, Directeur au MIPI et Coordonnateur de la Charte en Algérie, a résumé ces évolutions en indiquant que la prochaine évaluation sera l'occasion de mettre en valeur les importants progrès que le pays accomplit. A cet égard, plusieurs participants ont insisté sur leur volonté d’être étroitement associés à un prochain exercice.

La seconde partie de la réunion a permis d’évoquer plusieurs perspectives de suivi. M. Y. Tsilibaris, Chef d’unité adjoint à la direction générale des entreprises et de l’industrie de la Commission européenne, a résumé la politique de l’Union européenne (UE) en faveur des petites et moyennes entreprises et présenté le réseau « Enterprise Europe Network » auquel les pays tiers et plus particulièrement les pays voisins de l’UE, dont l’Algérie, peuvent demander d’adhérer sur base des conditions stipulées dans l’art.21.5 du Programme cadre pour la compétitivité et l’innovation . Mme M. Corman, des mêmes services de la Commission, a présenté le programme de travail 2009-2010 sur la coopération industrielle euro-méditerranéenne PDF format – 197kb - (197KB) approuvé par les ministres de l'industrie à Nice, en novembre 2008. Elle a rappelé qu'une mise à disposition d'expertise publique est possible avec l’appui des instruments communautaires TAIEX et JUMELAGE . Mme E. Hania a précisé les prochaines étapes en vue de la conclusion d’un Accord sur l’évaluation de la conformité et l’acceptation des produits industriels (ACAA).

M. A. Jaouani, de la Fondation européenne pour la formation, a exposé les grandes lignes des activités de l’ETF pour contribuer à la mise en œuvre de la Charte en 2009-2010 et présenté le projet pilote s’intéressant à l’éducation à l’esprit d’entreprise dans l'enseignement supérieur. Ce projet bénéficie de la participation du Centre Universitaire de Bordj Bou Arréridj en Algérie. M. A. Fanelli de l’OCDE a évoqué le travail soutenu par la Commission européenne en Egypte qui conduira à peaufiner les critères d’évaluation dans d’autres domaines couverts par la Charte.