Chemin de navigation

Autres outils

Magazine Entreprises & Industrie

Garantir l’avenir de l'acier en Europe

Tous droits réservés © sdlgzps/iStockphoto

L'industrie sidérurgique a longtemps tenu une place stratégique dans l'économie européenne, en favorisant l'innovation, la croissance et l'emploi. Aujourd’hui il est temps pour le secteur de l'acier de subir un renouveau. La Commission européenne s'emploie à propulser l'industrie à un autre niveau, afin de faire face aux obstacles actuels et lui assurer un avenir prometteur.

Un plan d'action pour aider l'industrie sidérurgique européenne à affronter les défis contemporains a été présenté par le vice-président de la Commission Européenne, Antonio Tajani, en Juin 2013. La Commission intervient parce que la demande d'acier en Europe est actuellement de 27% inférieure au niveau d'avant-crise, et l'emploi dans ce secteur a diminué de 10% entre 2007 et 2011.

Étant donné que l'acier est étroitement lié à de nombreux secteurs industriels tels que l'automobile, la construction, l'électronique, les pipelines, les énergies renouvelables, le génie mécanique et électrique, il est important pour l'économie de l'Europe et pour le renforcement de la stratégie de l'UE d’accroître la part de l'industrie dans le PIB à 20% en 2020. M. Tajani a insisté sur le fait que l'industrie sidérurgique a un avenir prometteur en Europe. « Avec notre plan de relance du secteur de l'acier, nous signalons clairement à l'industrie qu'il s'agit d'un secteur d'importance stratégique pour l'Europe, que nous ne voulons pas seulement conserver en Europe, mais que nous voulons renforcer », a déclaré M. Tajani.

La concurrence internationale n'est pas toujours juste

En Inde, en Chine, dans la Fédération de Russie et en Égypte, il y a une tendance croissante à protéger les sidérurgistes nationaux par l'imposition de restrictions à l'exportation et de droits à l'exportation sur les matières premières. Cela élève indûment les coûts de production de l´acier dans l'UE.

La Chine est le plus grand exportateur mondial d’acier, représentant désormais près de 50% de la production mondiale d’acier. Aux États-Unis, la révolution du gaz de schiste a conduit à une baisse des coûts de l'énergie, ce qui a amélioré la position concurrentielle des coûts de l'industrie et a attiré de nouveaux investissements.

Face à ces défis, la Commission propose une série de mesures pour soutenir l'industrie sidérurgique :

Faire croître la demande d'acier

Selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la demande mondiale d'acier devrait atteindre les 2,3 milliards de tonnes en 2025 (2013: 1,4 bn), principalement grâce à quelques industries clés utilisatrices d'acier : les secteurs de la construction, des transports, du génie mécanique, en particulier au sein des économies émergentes.

Les secteurs de la construction et de l'automobile à eux seuls représentent 40% de la demande d'acier. La Commission continuera à promouvoir ces secteurs, par exemple en aidant l'industrie automobile à se récupérer, entre autres en stimulant la demande de véhicules à carburant de remplacement.

Améliorer l'accès aux marchés étrangers

Afin de permettre à l'industrie sidérurgique de l'UE de bénéficier des économies à croissance rapide, la Commission assurera un niveau de concurrence équitable afin de soutenir les exportations d'acier de l'UE, lutter contre les pratiques déloyales et garantir l'accès aux matières premières vitales. Les marchés de la ferraille seront surveillés afin de renforcer la sécurité d'approvisionnement des sidérurgistes européens qui utilisent la ferraille comme matière première.

Répondre aux besoins de compétences et faciliter la restructuration

Une série de mesures va être lancée afin de promouvoir l'emploi des jeunes dans le secteur par le renforcement de programmes d'apprentissage et de processus de recrutement axés sur les jeunes. La Commission va également explorer la possibilité d'utiliser des fonds appropriés de l'UE pour aider les travailleurs à trouver un autre emploi en cas de fermeture de sites de production ou de réduction significative de personnel.

Malgré la baisse de la production, l'industrie sidérurgique européenne reste compétitive au niveau international. L'UE a enregistré une augmentation de 4% des exportations d'acier en 2012. En outre, l'UE reste le deuxième plus grand producteur d'acier au monde, avec une production de plus de 177 millions de tonnes d'acier par an, ce qui représente 11% de la production mondiale.  Au sein de l'UE, 500 sites de production sont répartis dans 23 États membres, qui emploient plus de 360 ​​000 personnes.

Contact

Plus d'informations disponibles en ligne à l'adresse :

http://ec.europa.eu/enterprise/sectors/metals-minerals/steel/index_fr.htm

Partager: FacebookGoogle+LinkedInEnvoyer cette page à quelqu'un