Chemin de navigation

Autres outils

Magazine Entreprises & Industrie

La formation à l'entrepreneuriat : la clé du redressement économique durable

Tous droits réservés © Thomas_EyeDesign/iStockphoto

L'éducation est un élément essentiel de l'esprit d'entreprise. Des études montrent que les étudiants qui reçoivent une formation en entrepreneuriat sont non seulement plus susceptibles d'être embauchés, mais également plus susceptibles de créer leur propre entreprise. Dans cet esprit, la Commission européenne a proposé une série de mesures qui aideront à faire connaître l'entrepreneuriat aux étudiants et, par conséquent, à contribuer à la création d'emplois à travers l'Europe.

La formation à l'entrepreneuriat est l'un des meilleurs moyens de soutenir la croissance et de créer des emplois. Les nouvelles entreprises sont la principale source de nouveaux emplois en Europe - et l'éducation contribue, à coup sûr,  à créer des entreprises.

Entre 15% et 20% des élèves du secondaire qui participent à un programme de mini-entreprise – dans le cadre duquel les élèves développent ou simulent la gestion d'une entreprise réelle - créeront ensuite leur propre société. Ce chiffre est trois à six fois plus élevé que pour le reste de la population, et cela vient souligner l'impact que l'éducation entrepreneuriale peut avoir sur les jeunes européens.

Et même ceux qui ne créent pas d'entreprises se retrouvent mieux positionnés sur le marché du travail. Selon une étude récente, 78% des anciens élèves ayant suivi une formation à l'entrepreneuriat ont été employés directement après leurs études universitaires. Comparativement, seuls 59% des membres d'un groupe témoin d'étudiants de l'enseignement supérieur ont été embauchés.

Le rôle de l'enseignement supérieur en entrepreneuriat va bien au-delà des cours réalisés en classe et intègre la participation des élèves dans des écosystèmes d'affaires, des partenariats et des alliances industrielles. Avec des entreprises de haute technologie et à forte croissance qui deviennent un point de référence pour les politiques publiques liées à l'entrepreneuriat, des établissements d'enseignement supérieur sont une composante essentielle pour les États membres et les politiques d'innovation de l'UE.

Cependant, malgré les avantages évidents offerts par ce type d'enseignement spécialisé, une récente enquête Eurobarometer Entrepreneurship montre que trois quarts des européens n'ont jamais pris part à un cours d'entrepreneuriat. Ainsi, afin d'exploiter le potentiel de formation à l'entrepreneuriat et promouvoir le Plan d'action Entrepreneuriat 2020, la Commission propose un certain nombre de mesures, y compris celles qui :

  • renforcent la coopération avec les États membres pour introduire l'enseignement de l'entrepreneuriat dans chaque pays ;
  • soutiennent les administrations publiques qui souhaitent apprendre de leurs pairs qui ont connu la réussite ;
  • développent une initiative paneuropéenne d'apprentissage de l'entrepreneuriat pour l'analyse d'impact, le partage des connaissances, le développement de méthodologies et le mentorat par des pairs ;
  • collaborent avec l'Organisation de coopération et de développement économiques pour établir un cadre d'orientation et encourager le développement des écoles entrepreneuriales ;
  • diffusent le cadre d'orientation universitaire entrepreneuriale et facilitent les échanges entre les universités enclines à l'appliquer.

Les États membres sont encouragés à :

  • faire en sorte que la « compétence clé qu'est l'entrepreneuriat » soit incorporée dans les programmes de primaire, secondaire, les programmes professionnels, supérieurs et pour adulte avant fin 2015 ;
  • offrir aux jeunes au moins une expérience pratique entrepreneuriale avant de quitter l'enseignement obligatoire, telle que la gestion d'une mini-entreprise ou d'un projet d’entrepreneuriat pour une entreprise ou un projet social ;
  • renforcer la formation à l'entrepreneuriat à destination des jeunes et des adultes avec des ressources qui viennent appuyer les plans nationaux pour l'emploi, en particulier comme un outil pour un enseignement de la deuxième chance pour ceux qui ne sont pas impliqués dans l'éducation, dans l'emploi ou dans la formation ;
  • promouvoir des modules d'apprentissage entrepreneurial pour les jeunes qui participent à des programmes nationaux de garantie.

Des projets visant à soutenir la formation à l'entrepreneuriat

Neuf projets cofinancés par la Commission ont déjà aidé environ 6 500 étudiants et jeunes actifs ainsi que 900 enseignants. Ensemble, les effets indirects de ces projets - qui proviennent de la diffusion, des activités d'information, de production de matériel pédagogique, etc. - veillent à ce qu'ils atteignent au moins 100 000 jeunes.

Toutefois, la valeur ajoutée de ces projets européens réside dans leur potentiel d'extension, de transfert et de diffusion plus large dans les États membres :

  • Les Académies d'été pour l'entrepreneuriat ont permis à 320 professeurs de l'enseignement supérieur, maîtres de conférences et professeurs adjoints de suivre une formation avancée sur la façon d'enseigner l'esprit d'entreprise. Tous ces éducateurs se sont engagés à devenir des ambassadeurs de l'apprentissage entrepreneurial dans leurs institutions respectives, assurant ainsi un effet multiplicateur.
  • Du matériel pédagogique innovant et créatif a été préparé pour être utilisé dans les salles de classe. Travailler sur des cas réels d'entreprises est l'un des moyens les plus efficaces pour en apprendre davantage sur l'entrepreneuriat, mais cette méthode n'est pas encore assez répandue, et les études de cas sont très souvent inspirés des États-Unis et ne présentent pas de dimension locale européenne. Grâce à cette initiative, 88 nouvelles études de cas ont été créées, toutes basées sur des entreprises européennes.
  • Sept nouveaux projets visent à répondre à certains des principaux obstacles qui se dressent encore sur le chemin du développement de la formation entrepreneuriale et de la participation des élèves, par exemple :
    • la formation des enseignants de l'enseignement primaire, secondaire et supérieur, parce que les enseignants qualifiés pour fournir une formation à l'entrepreneuriat se font rares ;
    • la création d'une plateforme européenne en ligne pour les éducateurs afin de faciliter l'encadrement par les pairs, le tutorat et l'élargissement du soutien et des échanges au-delà des frontières nationales ;
    • le développement de nouvelles méthodes et d'indicateurs pour évaluer les compétences entrepreneuriales acquises par les étudiants.

Parmi les coordinateurs de projet et les partenaires, on compte quelques-uns des acteurs les plus importants dans le domaine, comme des universités de premier plan, des ONG et des instituts de recherche.

Partager: FacebookGoogle+LinkedInEnvoyer cette page à quelqu'un