Chemin de navigation

Autres outils

Magazine Entreprises & Industrie

Un soutien sur mesure aux entreprises de 17 secteurs

All rights reserved © Francesco Ridolfi - Shutterstock.com

Le réseau Enterprise Europe Network aide les PME européennes à trouver des partenaires commerciaux et technologiques et à introduire des demandes de financement auprès de l’UE. Il fournit en outre un soutien sur mesure aux petites entreprises opérant dans 17 secteurs industriels clés, allant de la vente de détail à la technologie spatiale. Des spécialistes issus de toute l’Europe ont décidé de se rassembler pour organiser des événements de rencontre et d’appariement dans ces secteurs. Grâce à leur expertise, ils aident les entreprises à trouver de nouveaux marchés et de nouvelles perspectives.

Des experts spécialisés dans le soutien aux entreprises dans 17 secteurs industriels clés se sont alliés pour offrir aux entreprises un soutien sur mesure dans leur domaine d’activités. Ceux-ci font partie de l’Enterprise Europe Network, qui rassemble 3 000 experts opérant dans 48 pays par l’intermédiaire de 600 organisations locales.

Le réseau aide les petites et moyennes entreprises à trouver des partenaires commerciaux, technologiques et de recherche, ainsi qu’à tirer le meilleur parti des marchés internationaux et européens et des possibilités de financement.

Afin d’adapter encore mieux son soutien aux besoins des secteurs spécifiques, l’Enterprise Europe Network rassemble son expertise dans des industries clés au sein de 17 groupes sectoriels (voir encadré), allant de l’agroalimentaire English à l’environnement English, en passant par l’énergie intelligente English et les technologies de l’information et de la communication English.

Une cartographie du secteur du tourisme

Enterprise Europe Network logoLe groupe consacré au secteur du tourisme et du patrimoine culturel cherche à améliorer la compétitivité du tourisme européen et à promouvoir l’innovation dans ce secteur. Par ailleurs, il soutient le patrimoine culturel, un atout précieux pour le tourisme européen. L’UE est la destination touristique la plus prisée au monde. Le secteur du tourisme, qui représente quelque 5 % du PIB et des emplois de l’Union, est constitué d’environ 1,8 million d’entreprises, dont beaucoup sont des PME.
«Notre principal objectif est de promouvoir l’innovation dans le tourisme et d’encourager l’utilisation viable des ressources naturelles et culturelles, en soutenant le nouveau cadre stratégique pour le tourisme », explique Sabrina Montaguti, représentante de Promofirenze, un membre du réseau basé à Florence, et présidente du groupe sectoriel. «Nous voulons également encourager la coopération entre les entreprises et l’établissement de partenariats durables.»

Le groupe sectoriel se compose d’experts issus de 13 pays. Il mène diverses activités, allant de la rédaction de lignes directrices pour la création d’une entreprise touristique au recensement des événements touristiques nationaux, européens et internationaux, en passant par la diffusion des bonnes pratiques et le maintien d’un dialogue constant avec les responsables politiques. Le groupe sectoriel a également mené une analyse comparative des stratégies de promotion adoptées au niveau national, régional et local.

Les événements de rencontre organisés par le groupe sectoriel Tourisme et patrimoine culturel ont d’ores et déjà débouché sur des accords de partenariat entre PME européennes. Par exemple, la rencontre d’une agence de voyage allemande organisant des vacances pour les personnes à mobilité réduite et d'une société hôtelière grecque a rapidement donné des résultats English.

Petit, mais costaud

Le réseau soutient également des industries moins traditionnelles. Les microtechnologies, et en particulier leurs applications dans le domaine de l’informatique, de l’électronique et de la machinerie, ont révolutionné notre manière de travailler et de nous divertir. «Les microtechnologies ont joué un rôle extrêmement important au cours de ces vingt-cinq dernières années et leur importance ne cesse de s’accroître au fil des ans», explique Rim Stroeks, consultant chez Syntens, un membre de l’Enterprise Europe Network situé aux Pays-Bas. «Jusqu’ici, l’industrie se concentrait dans une poignée de pays, mais la répartition géographique s’est étendue ces dernières années, avec l’émergence de nouveaux acteurs.»

La nouvelle révolution technologique se produira probablement à l’échelle nano (un milliardième de mètre). Les nanotechnologies ont énormément fait parler d’elles, aussi bien dans le milieu scientifique que dans les entreprises.

À l’échelle nanométrique, les propriétés des matériaux sont très différentes. En exploitant ces propriétés, les scientifiques espèrent développer des matériaux et des appareils plus solides, légers et résistants dans des domaines divers, de l’informatique à la médecine, en passant par les semi-conducteurs et la nanoélectronique. Parmi les applications possibles, on peut citer des tissus super résistants et légers, des diodes émettant de la lumière sans chaleur et une puce informatique tellement petite que 400 pourraient tenir sur une tête d’épingle.

Pour aider les PME à suivre le rythme effréné de l’innovation et du changement technologique dans ce domaine en constante évolution, l’Enterprise Europe Network a créé un groupe sectoriel consacré aux nano- et microtechnologies. «Les nanotechnologies constituent un secteur émergent extrêmement important et c’est pourquoi nous avons besoin d’un groupe sectoriel pour faire le lien entre l’industrie et les milieux scientifiques», explique Stroeks, qui préside le groupe.

Le groupe offre une assistance concrète aussi bien à l’industrie qu’aux organismes de recherche. Il encourage les collaborations commerciales, technologiques et de recherche; aide les entreprises à surmonter les barrières commerciales (parfois élevées dans les technologies de pointe) et s’efforce de résoudre certaines questions éthiques. Il surveille également la situation aux États-Unis et au Japon et favorise la compréhension des nouvelles politiques et réglementations européennes.

«Le secteur des nanotechnologies est tout nouveau et, à ce titre, soulève un certain nombre de questions en matière de sécurité, de santé et d’éthique», souligne Stroeks. «Le groupe sectoriel peut contribuer à sensibiliser l’opinion et à favoriser l’émergence d’un débat public fondé sur des faits».

Trouver le bon partenaire

Les groupes sectoriels organisent régulièrement des événements de rencontre et d’appariement, ainsi que des visites d’entreprises. Le groupe sectoriel Nano- et microtechnologies a organisé un événement de rencontre, le septième du genre, lors du dernier salon Micronora, un salon français biennal consacré aux micro- et nanotechnologies qui attire des centaines d’exposants et quelque 15 000 visiteurs.

Étalé sur une journée et demie, cet événement de rencontre a rassemblé des entreprises et des instituts de France, de Belgique, d’Allemagne, d’Italie, des Pays-Bas, d’Espagne, de Suède et de Suisse. En fonction des préférences qu’ils avaient formulées avant l’événement, les participants ont pu rencontrer des représentants d’entreprises et d’instituts correspondant à leurs intérêts, dans le cadre de plusieurs sessions de «speed dating» d’une durée d’une demi-heure chacune.

En ce qui concerne les visites d’entreprise, le groupe sectoriel Nano- et microtechnologies a permis à des entreprises faisant partie d’un cluster néerlandais actif dans l’ingénierie de précision et la mécatronique, situé à Eindhoven, de rencontrer un cluster allemand basé en Thuringe, spécialisé dans plusieurs domaines, parmi lesquels les équipements à attaque directe, l’électronique de puissance et les capteurs. En juin, une délégation néerlandaise a visité la Thuringe, tandis qu’en décembre, une délégation allemande s’est rendue à Eindhoven. Ces visites ont débouché sur quatre accords de partenariat entre les entreprises néerlandaises et allemandes.

Les groupes sectoriels du réseau

  • Agroalimentaire English
  • Automobiles, transports et logistique English
  • Biotechnologie, pharmaceutique et cosmétique
  • Produits chimiques
  • Industries créatives
  • Environnement English
  • Soins de santé English
  • Industrie et services des TIC English
  • Énergie intelligente English
  • Industrie et services maritimes
  • Matériaux
  • Nano- et microtechnologies
  • Services et vente au détail
  • Espace et aéronautique
  • Construction durable English
  • Textiles English
  • Tourisme et patrimoine culturel English

Partager: FacebookGoogle+LinkedInEnvoyer cette page à quelqu'un