Chemin de navigation

Autres outils

Magazine Entreprises & Industrie

Évaluer les performances des PME européennes

Photo: All rights reserved © Elena Allaga - Shutterstock.com

Les petites et moyennes entreprises (PME) constituent non seulement la vaste majorité des entreprises de l'Union européenne (UE), mais également le premier moteur européen de création d'emploi. Selon le rapport annuel sur les PME européennes, la crise économique a mis ce moteur temporairement à l'arrêt, même si l'UE et ses États membres ont amélioré l'environnement politique des PME.

Les 20,7 millions de PME au sein de l'UE représentent 99,8 % des entreprises européennes. Ce sont des moteurs essentiels de croissance économique et d'emploi. Selon le rapport annuel d'évaluation des performances des PMEpdf [745 KB] English (en anglais), les PME des 27 États membres de l'UE ont créé 9,4 millions d'emplois entre 2002 et 2008, soit une augmentation annuelle de 1,9 %, par rapport à une hausse de seulement 0,8 % pour les plus grandes entreprises. Cette progression est en partie due à la croissance plus rapide du nombre de PME. Durant la période en question, leur nombre a augmenté de 2,4 millions, soit 13 %, alors que 2 000 grandes entreprises ont été créées, soit un accroissement de 5 %.

De plus, cette dynamique de croissance ne se limite pas à quelques régions d'Europe. Elle s'applique de manière plutôt égale aux 15 pays membres de l'UE avant 2004, ainsi qu'aux 12 nouveaux adhérents. Toutes les différences majeures s'observent au sein des deux groupes, et non plus entre les groupes eux-mêmes.

Cela démontre l'importance de la volonté de l'UE et de ses États membres de mettre les PME au cœur des politiques en faveur des entreprises, sous l'égide du principe «Think Small First» (Penser aux PME d'abord), appliqué dans la révision de la législation existante et dans la formulation de nouvelles lois et réglementations. Ce principe fait partie intégrante du «Small Business Act» (SBA) qui vise à améliorer l'approche globale de l'Union à l'égard de l'esprit d'entreprise et à promouvoir la croissance des PME en les aidant à s'attaquer aux problèmes qui continuent d'entraver leur développement.

Un écueil de taille

En 2008, la crise financière américaine a traversé l'Atlantique pour gagner l'Europe. Les turbulences secouant le secteur financier se sont rapidement propagées à l'économie «réelle», plongeant l'UE dans une période de récession.

Bien que la crise économique ait frappé des entreprises de toutes tailles, ses effets sur les petites entreprises ont mis légèrement plus de temps à se faire sentir. De plus, son impact sur les PME est spécifique. À de nombreux égards, les PME sont plus vulnérables aux ralentissements économiques que les entreprises plus grandes, car elles ne disposent pas des ressources financières nécessaires pour amortir les chocs et sont trop spécialisées pour emprunter des voies alternatives. En outre, à l'aube de la crise, les PME avaient un accès plus restreint au financement.

Bien entendu, avec l'aggravation de l'environnement économique, la croissance des PME a commencé à stagner. Selon l'étude, on a observé un ralentissement en 2008, suivi d'une stagnation l'année suivante. En 2009, le nombre de PME européennes a stagné et leur production économique a décliné de 5,5 % par rapport à l'année précédente. L'effet paralysant de cette stagnation sur l'emploi des PME se poursuivra probablement en 2010, même si les niveaux de production devraient commencer à se rétablir. En 2009 et en 2010, on estime que les PME européennes supprimeront 3,25 millions d'emplois. On observe le même phénomène outre-Atlantique et dans d'autres pays, bien que les PME européennes s'avèrent plus résistantes, comme le révèle l'étude.

Afin d'aider les PME à passer le cap et à surfer sur la vague de la relance, la création de nouveaux emplois et la croissance appellent des actions concertées au niveau européen, national et régional. «Compte tenu des difficultés à venir, une réponse politique efficace est essentielle pour aider les PME à réussir», a déclaré Antonio Tajani, vice-président de la Commission européenne en charge de l'industrie et de l'entrepreneuriat. «Les États membres doivent renforcer les mesures qui donnent une impulsion à ces entreprises. Pour prospérer, les PME ont besoin d'un environnement plus favorable aux entreprises partout en Europe.»

Un instantané du contexte national des petites entreprises

Étant donné le rôle central des petites et moyennes entreprises dans l'économie européenne, le Small Business Act (SBA) met en place un cadre politique complet en faveur des PME pour l'UE et ses États membres. Le SBA détermine dix principes orientant la conception et la mise en œuvre des politiques au niveau de l'UE et des pays.

Le SBA se concentrant sur la création d'un environnement favorable aux PME au niveau de l'UE et des États membres, l'évaluation des performances des PME, en plus de son rapport annuel, a également publié une série de fiches descriptives pour quelque 37 pays, dont les 27 États membres de l'Union.

Ces fiches, structurées autour des dix principes du SBA, constituent un synopsis de l'environnement politique national en faveur des PME. Elles permettent de suivre la mise en œuvre du Small Business Act et de comparer les pays tout en replaçant leurs performances individuelles dans le contexte de la moyenne de l'UE.

Ces fiches révèlent qu'entre 2006 et 2009, les États membres ont été actifs dans la mise en œuvre des mesures de soutien aux PME prescrites par le SBA, via l'adoption ou la mise en œuvre de plus de 500 mesures politiques. Cependant, elles montrent également que la plupart des pays ont choisi de se focaliser sur une poignée de domaines. Seuls huit d'entre eux ont ciblé l'ensemble des principes du SBA.

Les fiches 2008 et 2009 sont accessibles ici.

Contact

Unité Développement de la politique des PME et de l'artisanat,
Direction générale des entreprises et de l'industrie

Partager: FacebookGoogle+LinkedInEnvoyer cette page à quelqu'un