Chemin de navigation

ACTUALITÉ

Nouvelle réglementation sur les bateaux de plaisance pour aider les entreprises et l’environnement

Des normes communes pour ouvrir les marchés entre l’Union européenne et la Russie

Favoriser la circulation des citoyens qui se déplacent avec leur voiture dans l’UE

Former les entrepreneurs européens de demain

Voyager sans obstacles : une chance pour la société et le tourisme européen

DERNIER NUMÉRO

Magazine Entreprises & Industrie

Tajani : Chargeur commun pour petits appareils électroniques

Tous droits réservés © Nadezda Cruzova/Shutterstock

Un récent rapport montre que l'initiative prise en 2009 par la Commission européenne en vue d'harmoniser les chargeurs pour téléphone portable porte ses fruits. Grâce à l'accord, qui a été conclu avec les fabricants de téléphones portables par le biais d'un protocole d'entente, la grande majorité des nouveaux appareils mis sur le marché aujourd'hui prend en charge un chargeur compatible via la technologie micro-USB. Malheureusement, ce protocole d'entente a expiré fin 2012. Dans une interview à Enterprise & Industry Magazine, le vice-Président de la Commission européenne, Monsieur Antonio Tajani, a souligné l'importance de standardiser les chargeurs électroniques et a parlé des mesures que la Commission est prête à prendre pour obtenir des résultats.

E&I Magazine :Quelle est la situation actuelle pour les chargeurs de téléphones portables ?

Tajani : Il existe une multitude de petits appareils électroniques, comme les appareils photo numériques, les tablettes, les GPS et les lecteurs de musique et autant de chargeurs différents » a déclaré M. Tajani. « Le chargeur universel standard pour téléphone portable n'est qu'un début. Je suis sûr que la grande majorité des citoyens de l'UE souhaiterait un chargeur universel pour tous les petits appareils électroniques. Nous économiserions des millions de tonnes de déchets électroniques et aurions besoin de moins de matières premières - tout en offrant un certain niveau de confort et de commodité aux consommateurs.

Le protocole d'entente actuel a certes expiré à la fin de l'année 2012, mais nous ne voulons pas voir revenir les chargeurs incompatibles que nous avions encore il y a quatre ou cinq ans. Par conséquent, la Commission a demandé aux signataires du protocole de prolonger l'entente d'un an, bien avant la date d'expiration.

Honnêtement, je n'ai pas été très satisfait d'apprendre que la plupart des signataires n'ont pas été d'accord pour valider cette prolongation. Je suis déçu. On nous accuse souvent de créer des lois inutiles, mais dans ce cas précis, il ne fait aucun doute que les citoyens de l'UE seraient reconnaissants d'avoir un certain niveau de compatibilité entre les appareils et les chargeurs.

Un accord volontaire entre les fabricants représentera toujours la meilleure solution, mais si aucune solution n'est trouvée, je demanderai à mes services de préparer un projet de mesures législatives qui garantirait cette compatibilité. Je leur ai déjà demandé d'évaluer l'impact de plusieurs options d'actions, y compris la voie législative.

E&I Magazine : Quelles sont les difficultés rencontrées et quels sont les aspects qui doivent être améliorés ?

Tajani : Les entreprises avancent que  des solutions techniques sont encore à explorer pour le chargement, y compris la recharge sans fil, qui correspondent à des besoins nouveaux. Elles affirment également que les spécifications actuelles du protocole d'entente ne seraient pas compatibles avec des smartphones de plus grande puissance.

Je prends toutes ces préoccupations très au sérieux, mais il y a aussi des dizaines de millions de clients qui seraient plus heureux s'ils avaient moins de soucis avec leurs chargeurs et s'ils pouvaient emprunter le chargeur d’un ami ou d’un collègue, d'une autre marque, si leur smartphone devait être à cours de batterie au mauvais moment.

E&I Magazine :Sur le long terme, vous voyez les avantages d'un système uniforme obligatoire au sein de l'UE ?

Tajani : Nous invitons l'industrie à faire des propositions en ce qui concerne les technologies de recharge communes, et tous les acteurs à convenir entre eux de les commercialiser, et à faire régulièrement des rapports à la Commission sur l'évolution du marché et de la technologie. Nous avons l'intention d'aller de l'avant pour adopter un chargeur standard commun. Je préfère les accords volontaires, j’aurais recours à la voie législative à contrecĹ“ur. Je suis convaincu que nous pouvons choisir la solution la plus simple et éviter le vote de nouvelles lois.