Chemin de navigation

Autres outils

Magazine Entreprises & Industrie

Des normes communes pour ouvrir les marchés entre l’Union européenne et la Russie

Tous droits réservés © Thinkstock

Bien que l'Union européenne et la Russie soient déjà de solides partenaires commerciaux, l’absence de normes communes empêche encore un commerce bilatéral sans entrave. Pour remédier à cette situation et libérer le potentiel de ce partenariat, les autorités européennes de normalisation et la Russie ont signé un accord historique qui favorisera la coopération et la simplification d’un commerce plus avantageux entre les deux partenaires.

Si les divergences de normes sont frustrantes pour les consommateurs et les entreprises, elles peuvent causer encore plus de problèmes lorsqu’elles s’appliquent à une plus grande échelle. Des entreprises, et même des industries entières, pourraient être incapables de vendre leurs produits à l'étranger en raison des divergences entre les normes nationales et internationales.

Afin d'éviter ces problèmes, la Commission européenne a contribué à développer un accord historique entre l'Union européenne et la Russie. L’objectif est de promouvoir la coopération bilatérale et d’éliminer les obstacles au commerce mutuel causés par des divergences de normes.

Le Vice-Président de la Commission européenne Antonio Tajani soutient depuis toujours la coopération avec les pays tiers. Sa persévérance a conduit à des innovations telles que la Plate-forme des normes et règles d'accès aux marchés chinois et européen (CESIP), qui a établi une base de données en ligne sur les normes européennes et chinoises, ainsi que des services d'assistance sur les droits de propriété intellectuelle en Asie et en , qui conseillent les entreprises européennes sur les marchés étrangers. , qui conseillent les entreprises européennes sur les marchés étrangers.

Selon Antonio Tajani, ce nouvel accord avec la Russie représente une étape importante dans les efforts continus de la Commission pour accroître les échanges et stimuler l'économie européenne.

"L'Union européenne et la Russie ont exprimé un intérêt commun pour le renforcement du commerce bilatéral et les opportunités d’investissements, et pour la simplification et la libéralisation du commerce dans l'économie mondiale", a déclaré Antonio Tajani. "C'est un grand pas en avant pour éliminer les obstacles techniques au commerce et améliorer les échanges économiques, scientifiques et techniques. En conséquence, les coûts de mise en conformité des entreprises seront réduits et les économies d'échelle libéreront un nouveau potentiel."

La Russie est le troisième partenaire commercial de l'Union européenne, et l'Union européenne est le premier partenaire commercial de la Russie. En d’autres termes, les échanges commerciaux ne sont pas chose nouvelle entre ces deux acteurs. Avec la signature de cet accord, chacun s’engage à renforcer ce partenariat. L’intensification de la coopération est conforme au "Partenariat pour la modernisation" UE-Russie. Ce dernier traduit l'importance accordée par les deux parties à la technique et la possibilité de faire usage de normes uniformes de Lisbonne jusqu’à Vladivostok.

L'accord de coopération, ainsi que les discussions parallèles sur le rapprochement des réglementations techniques, est un bon exemple de la façon dont la politique et la normalisation technique se complètent mutuellement.

À propos de l’accord

Cet accord, le premier du genre, encouragera la collaboration entre les deux organismes européens de normalisation, le CEN et le CENELEC, et l'organisme de normalisation russe, le ROSSTANDART.

L’accord fixe plusieurs objectifs clés, dont les trois suivants : l’amélioration de la communication entre les trois organismes de normalisation, le développement de la coopération technique mutuelle sur les activités de normalisation, et la promotion de la normalisation internationale comme outil d'harmonisation au niveau national, en particulier des organismes tels que l'Organisation internationale de normalisation (ISO) et la Commission électrotechnique internationale (CEI).

D’autre part, l’accord permet au ROSSTANDART d’adopter le statut d'observateur permanent au sein du CEN et/ou des organismes techniques du CENELEC. Ce statut d'observateur encourage la Russie à adopter des normes européennes en tant que normes nationales, et de retirer les normes nationales contradictoires. Cela permettra d'harmoniser davantage les normes de l'UE et de la Russie et de booster la coopération et l’accroissement du commerce entre les deux partenaires.

Les partenaires partageront leurs connaissances et échangeront leurs meilleures pratiques dans les domaines suivants : l’engagement en faveur des petites et moyennes entreprises (PME), la collaboration entre les organismes de normalisation internationaux et régionaux et la synergie dans d'autres domaines d'intérêt mutuel. Dans cet objectif, ils organiseront des séminaires, des échanges de programmes de travail et/ou créeront des groupes de travail conjoints.

Contact

Plus d'informations disponibles en ligne à l'adresse

http://ec.europa.eu/enterprise/initiatives/mission-growth/missions-for-growth/index_en.htm

Partager: FacebookGoogle+LinkedInEnvoyer cette page à quelqu'un