Chemin de navigation

Autres outils

Magazine Entreprises & Industrie

Missions pour aider les entreprises de l’UE à bénéficier des marchés émergents

Tous droits réservés © EDHAR/Shutterstock

Les économies ayant la plus forte croissance au monde ne se trouvent pas en Europe. C’est la raison pour laquelle la Commission européenne s’est engagée à ouvrir les portes aux entreprises européennes dans le monde entier. La Commission a envoyé des représentants et des délégations commerciales sur les marchés émergents d’Afrique, d’Amérique latine et d’Asie. Les connaissances qu’ils acquièrent aideront les PME européennes à profiter de la croissance externe qui, à son tour, stimulera la croissance ici, en Europe.

Afin d’aider les entreprises de l’UE à pénétrer sur les marchés étrangers, la Commission européenne organise des missions dans un certain nombre de pays dont l'économie connait une forte croissance. Antonio Tajani, vice-président de la Commission chargé de l’industrie et de l’entrepreneuriat, et Daniel Calleja Crespo, directeur général de la DG Entreprises et industrie ainsi que les représentant des petites entreprises d’Europe, visitent actuellement les régions en croissance à travers le monde pour aider les entreprises européennes à mieux tirer profit de ce qu’on appelle les «marchés émergents», que ce soit la Chine, l’Asie du Sud-Est ou l’Amérique latine.

Jusqu’à 50 représentants d’entreprises et d’associations industrielles européennes les accompagnent dans ces visites conçues pour aider les entreprises et les PME à internationaliser leurs activités, et pour renforcer la coopération dans des domaines tels que l’innovation industrielle, les technologies clés génériques, le tourisme, l’aéronautique et l’accès aux matières premières.

Selon Antonio Tajani: «Ces missions pour la croissance aident à générer les conditions nécessaires pour créer des situations gagnant-gagnant. Les entreprises européennes bénéficient d’un accès plus facile aux marchés extérieurs, tandis que les autorités et les acteurs locaux ont une chance concrète d’attirer les investissements étrangers».

Ce à quoi Daniel Calleja ajoute: «Il existe un lien direct entre internationalisation et augmentation des performances des PME. Les activités internationales renforcent la croissance, augmentent la compétitivité et soutiennent la viabilité à long terme des entreprises. Pourtant, malgré les possibilités offertes par la mondialisation en général, les PME européennes dépendent encore en grande partie des marchés intérieurs».

Les principales questions abordées lors des visites comprennent une coopération renforcée dans les domaines suivants:

Réduction de la charge administrative grâce à une coopération plus étroite

La CE est résolue à améliorer l’environnement des affaires, à promouvoir l’entrepreunariat et à aider les pays partenaires et les PME européennes à se développer, à faire des affaires ensemble et à participer à l’économie globale. Cette coopération identifie les principaux obstacles dans l’environnement réglementaire et administratif pour les PME, et trouve des solutions appropriées pour les surmonter.

Normalisation: élimination des obstacles techniques au commerce

En éliminant les obstacles techniques au commerce, la normalisation améliore les relations économiques, scientifiques et techniques, et assure la compatibilité et l’interopérabilité des produits. La réalisation de ces objectifs implique:

  • l’établissement d’un dialogue périodique et l’échange d’informations sur les initiatives de chaque partie en matière de normalisation;
  • l’amélioration de la continuité, de l’efficience et de l’efficacité de ce dialogue, notamment en y associant toutes les parties prenantes;
  • l’échange de bonnes pratiques de normalisation entre l’UE et les autorités publiques partenaires, ainsi que les autres parties prenantes.

Des discussions ont déjà abouti à des résultats concrets, comme la réussite du portail consacré aux normes UE-Chine, CESIP. En outre, les possibilités de coopération renforcée en matière de droits de propriété intellectuelle (DPI) sont également examinées.

Approvisionnement en matières premières des industries en aval

L’UE et les économies émergentes devraient s’efforcer de trouver une réponse globale aux questions relatives à la fourniture de matières premières aux industries en aval. Elles devraient aussi coopérer pour assurer la durabilité et la compétitivité à long terme de l’industrie du phosphate ; un impératif, compte tenu de l’utilisation du phosphate comme matériau de base pour la production d’additifs pour l’alimentation humaine et animale, ainsi que pour la production d’engrais. Cela devrait contribuer à limiter les risques pour la santé humaine et l’environnement.

Coopération dans le domaine du tourisme

Une collaboration en termes de politique touristique aidera à établir des mécanismes de consultation, pour promouvoir la coopération et une compréhension commune des questions liées au tourisme. Ceci pourrait se faire en maintenant un dialogue régulier entre hauts fonctionnaires et en échangeant de bonnes pratiques sur des sujets d’intérêt commun, comme la création d’emplois spécifiques au secteur, le développement durable et le renforcement des connaissances socio-économiques.

Coopération en matière de services de renforcement satellitaire

Les divers programmes spatiaux de l’UE (qui comprennent le système de positionnement par satellites Galileo; le programme de surveillance mondiale pour l'environnement et la sécurité GMES; et le système de renforcement satellitaire EGNOS) offrent également des possibilités de coopération renforcée avec les pays partenaires.

Afin d’explorer et de profiter de ces possibilités, le vice-président Tajani a présidé une délégation commerciale de l’UE au Mexique et en Colombie, en mai 2012. Plus tard dans l’année, en décembre, Tajani s’est rendu au Maroc et en Tunisie, et en 2013, il ira au Pérou, au Chili, en Chine, en Inde et en Russie.

En 2013, le représentant des PME, Daniel Calleja, continuera à développer et à approfondir les accords conclus par le vice-président Tajani lors de récentes missions pour la croissance, notamment en retournant au Mexique et en Colombie en avril 2013.

Production d’électricité photovoltaïque au Chili

Un résultat concret d’une mission pour la croissance en 2012 a été la coopération entre une entreprise franco-allemande et le Chili. La société européenne est en train de déployer dans le secteur minier chilien ses centrales photovoltaïques très efficaces, centrales qui sont plus de deux fois plus efficaces que les modèles asiatiques actuels, et cela en profitant de l’ensoleillement abondant du Chili. La première centrale solaire du pays, située dans la mine d’El Tesoro, dans le nord du Chili, a commencé à fournir de l’électricité en janvier 2013.

Contact

Pour plus d’informations sur la mission pour la croissance, veuillez visiter:

http://ec.europa.eu/enterprise/policies/sme/market-access/internationalisation/index_en.htm

Partager: FacebookGoogle+LinkedInEnvoyer cette page à quelqu'un