Chemin de navigation

ACTUALITÉ

Les coûts de l’énergie et les réglementations menacent l’industrie européenne de l’aluminium

Le vice-président Tajani mène les Missions pour la croissance

Favoriser la circulation des citoyens qui se déplacent avec leur voiture dans l’UE

Révolutionner la culture entrepreneuriale européenne

Secteur de la construction: Libérer le potentiel de croissance des émissions de carbone faibles

DERNIER NUMÉRO

Magazine Entreprises & Industrie

Simplifier les demandes de visa de courte durée en vue d´accroître le tourisme

Tous droits réservés © Shutterstock

L'Europe est déjà la destination touristique n° 1 dans le monde. Mais dans un effort de puiser dans les marchés émergents et d'assurer la croissance continue des industries liées au tourisme, la Commission européenne est le fer de lance des réformes pour que les touristes internationaux visitent l'Union européenne encore plus facilement.

Connue dans le monde entier pour la richesse de son patrimoine naturel, culturel et artistique, l'Europe a longtemps été la première destination touristique au monde. Mais afin de profiter pleinement de sa réputation internationale, le secteur du tourisme de l´UE doit viser les marchés à croissance rapide et émergents, qui connaissent une expansion rapide de la classe moyenne au pouvoir d'achat plus élevé et désireuse de voyager.

Le secteur du tourisme emploie près de 20 millions de personnes dans l'UE et est rattaché à d'autres secteurs clés, tels que la culture, la nourriture, la mode, la construction et le transport. La croissance continue du tourisme peut aider à remédier rapidement à la situation d'urgence créée par le chômage des jeunes, qui dépasse 50% dans certaines régions européennes. Comme l´a déclaré le vice-Président de la Commission européenne, Antonio Tajani : «Au milieu de la plus grave crise économique depuis la Seconde Guerre mondiale, nous devons tirer pleinement parti du potentiel du tourisme pour stimuler la croissance économique."

En 2011, les touristes en provenance de pays non membres de l'UE ont dépensé environ 400 milliards d´euros dans l'EU. On estime que ce chiffre va atteindre les 500 milliards d´euros en 2020; si c´était le cas, l'Europe serait en mesure de continuer à attirer les touristes d´endroits comme l'Amérique latine, la Chine, l'Inde et la Russie. Au cours des dernières années, le nombre de touristes brésiliens et russes visitant l'UE a doublé, tandis que les flux en provenance de Chine et d'Inde sont en train d´augmenter rapidement.

Les procédures du visa entravent le tourisme

Même avec l'afflux constant de touristes, les visiteurs potentiels sont souvent découragés par les procédures longues et complexes nécessaires pour obtenir un visa pour entrer dans l'UE. De nombreux obstacles découragent les touristes, y compris la nécessité de fixer un rendez-vous et une visite en personne dans un bureau consulaire, ainsi que l'obligation de recueillir un ensemble complexe de documents et de traductions. Ces problèmes sont aggravés par une couverture consulaire insuffisante dans certaines régions géographiques.

Des études récentes indiquent que l'Europe pourrait avoir jusqu'à 46 millions d'arrivées internationales supplémentaires d'ici 2015, entraînant une augmentation de 60 milliards d'euros et la création d'un demi-million d’emplois. Mais cela ne sera possible que si l'espace Schengen, un partenariat de 26 pays visant à faciliter la libre circulation entre les pays, harmonise davantage sa collaboration réglementaire.

Pour aider à éliminer les obstacles rencontrés par les touristes étrangers et faire de l'Europe une destination encore plus attrayante, la Commission européenne a proposé une révision du code des visas de l'espace Schengen. En respectant pleinement les aspects de sécurité qui continuent à constituer l'un des piliers de la politique des visas de l'UE, la réforme portera sur la mise en place de services obligatoires pour les personnes qui voyagent souvent dans l'espace Schengen, et sur un meilleur usage des possibilités offertes par le système d'information sur les visas. Une utilisation accrue des technologies télématiques permettra de simplifier le processus de demande de visa ; la capacité consulaire sera également augmentée.

Les réformes vont faciliter les déplacements

Un élément important des plans de la CE est de distinguer les procédures de demande selon si les visiteurs sont en voyage d'affaires ou d´agrément, ce dernier pourrait inclure les nombreux festivals, événements sportifs et instituts culturels qui renforcent l'image des villes européennes. Trop souvent, les difficultés à obtenir des visas limitent les entrées et, par conséquent, limitent les avantages économiques potentiels des attractions touristiques. Par exemple, l'Exposition universelle de Milan en 2015 peut être l'occasion de recevoir des millions de nouveaux visiteurs en Europe, mais seulement s'ils peuvent obtenir les visas nécessaires.

Certains pays sont déjà en train de promouvoir activement le tourisme en provenance des pays non membres de l'UE. L'Italie a augmenté sa capacité consulaire en Chine, entraînant 100% d'augmentation du nombre de visas accordés, tandis que la Pologne a mis en Ĺ“uvre une procédure de «voie rapide» pour les demandes de visas de ceux qui espèrent assister au Championnat d'Europe de football 2012. En dehors de l'UE, l'Australie dispose de plusieurs types de visas qui varient en fonction de l'objet et de la durée du séjour, et qui peuvent être traités en ligne. Aux Etats-Unis, le président Barack Obama lui-même a mis en place un groupe de travail en janvier 2012 pour accroître de 40% la capacité des États-Unis dans le traitement des visas en faveur de la Chine et du Brésil.

La concurrence internationale est de plus en plus féroce, car un nombre croissant de pays comptent sur le tourisme comme outil de croissance et de bien-être économique. Dans ce contexte, la simplification des demandes de visas et des attributions est essentielle pour permettre à l'UE d'exploiter pleinement son énorme potentiel en tant que destination artistique, culturelle et touristique.

Contact

Plus d'infos

Plus d'informations disponibles en ligne à l'adresse :

http://bit.ly/bdFiXM