Jan 1, 2012 → Mar 31, 2014
DELEGATION AUX AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES (DAEI) FR - France — 1 partners

HAPPIER (Healthy Activity & Physical Program Innovations in Elderly Residences) VS/2011/0059
fr

Reference VS/2011/0059
Programme PROGRESS
Call for proposals VP/2011/007
Total costs EU Contribution
Initial €447,575.00 €347,575.00
Final €456,751.44 €347,568.40
Ultimate Target Groups
Older people
Policy Areas
Long term care Ageing
Beneficiaries
Organisation
MINISTERE DU TRAVAIL, DE L'EMPLOI ET DE LA SANTE – DELEGATION AUX AFFAIRES EUROPEENNES ET INTERNATIONALES (DAEI)
Public Law Body/National/Ministry
DAEI - Site de Montparnasse Sud Pont 10, place des Cinq martyrs du Lycée Buffon
75014 – Paris
FR - France

http://www.sante.gouv.fr/delegation-aux-affaires-europeennes-et-internationales-daei.html
Partners
Siel Bleu
Private Law Body/Non-profit/European/NGO
42 rue de la Krutenau
67000 – Strasbourg
FR - France

L'étude HAPPIER vise à mesurer l' impact d'un programme d'Activité Physique Adaptée (APA) sur la qualité de vie de 462 personnes âgées vivant en institution (établissement pour personnes âgées dépendantes) dans 4 pays européens différents (France, Espagne, Irlande, Belgique).

La phase préalable qui s´est déroulée sur les 9 premiers mois du projet a principalement consisté à réaliser le protocole et obtenir les autorisations nécessaires, communiquer auprès des institutions, sélectionner les 32 institutions participantes ainsi que les 462 résidents participants (selon leur niveau d´autonomie), former les 24 éducateurs sportifs au protocole ainsi qu´au programme d´intervention.

L´étude a été réalisée pendant 12 mois avec 3 phases d´évaluation (tous les 6 mois). Les critères d'évaluation comportent les mesures subjectives recueillies auprès des résidents suivant deux questionnaire (EuroQol-5 et GDS), et des mesures objectives de capacité cognitive et fonctionnelle relevées par les encadrants : chercheurs médicaux ou éducateurs sportifs.

Le protocole HAPPIER s'appuie sur la méthode d'identification de la causalité
à l'aide d'expériences contrôlées. L'impact est mesuré par la « double-différence » entre la variation ayant affecté le groupe de traitement au cours du temps et la variation par rapport au groupe de contrôle.

A l´issus de l´étude, il a été proposé au groupe de contrôle un programme compensatoire d´une durée de 3 mois en vue de permettre une certaine équité entre les participants ayant bénéficié au programme pendant l´étude et ceux n´ ayant pas pu en béneficier.

Les cours d'APA dispensés au sein du programme HAPPIER se divisaient en 7 catégories d'exercices d'activité physique (résistance, endurance, souplesse, équilibre, mémoire, communication et relaxation), adaptés au niveau d'autonomie des personnes âgée résidant en institution.

L'objectif principal de l'étude HAPPIER est de montrer qu'un programme d'APA, d'une heure ou de deux heures hebdomadaires améliore significativement la qualité de vie des personnes âgées residant en institution.

Des objectifs secondaires ont également été posés sur la capacité de l'APA a améliorer d'autres critères tels que les capacités et performances des activités de la vie quotidienne, le nombre de chutes, le nombre d'hospitalisations, la consommation médicamenteuse, le score de dépression au Geriatric Depression Scale ou encore la qualité de vie au travail des personnels encadrants.

  • Globalement, l'expérience révèle l'efficacité du programme d'activité physique adaptée sur les critères principaux de l'étude à savoir :

- Le traitement réduit le nombre de chutes. Il permet d'éviter une chute bénigne par personne et par an, une chute accidentelle par personne tous les 18 mois et une chute grave tous les 5 ans.

- Le traitement améliore la qualité de vie mesurée par Euroquol. La plupart des mesures sont affectés favorablement par le traitement et ce de manière significative. Les scores montrent que la majorité des résidents bénéficiant du programme estiment que leur état de santé s´est améliorée avec une note moyenne qui part de 4,8 (sur une échelle de 1 à 10) et qui augmente de presque 1 échelon (20%) a l´issus d´un semestre. Mieux encore, l´écart entre le groupe de traitement et le groupe de contrôle s´inverse pour l´indicateur d´anxiété et de dépression.

- Le traitement améliore les performances dans les actions de la vie quotidienne (prise de repas par soi-même, s´habiller, se chausser, se laver et se déplacer). Le programme améliore le score global de performance de presque 10% par rapport au score global moyen de l´échantillon avant le démarrage de l´étude.

-Le sentiment que la vie est vide se réduit (Geriatric Depression Scale). La proportion de résidents qui estime que sa vie est vide (26%) se réduit de moitié (14%).

  • Ces résultats, nous incitent donc à reconnaître l´Activité Physique Adaptée (APA) comme une véritable offre thérapeutique non médicamenteuse, en dépassant la vision uniquement ludique d´un programme d´APA et en considérant son impact.

  • Ces résultats sont aussi une réelle opportunité en matière de santé publique. Ils nous invitent à considérer les atouts économiques potentiels de la mise en œuvre de ce type de programme. Améliorer la qualité de vie des personnes âgées résident en institution tout en réduisant potentiellement les coûts de leur prise en charge parait totalement en phase avec l´objectif commun à tous les pays européens, de rationalisation de la dépense publique.