IMPORTANT LEGAL NOTICE
 

 REGION MOBILISEE CONTRE L'ILLETTRISME - REMO ascii version

France

 
DP Managing organisation : Université des Sciences et Technologies de Lille - Institut CUEEP
Other national partners : Association De la communauté urbaine d'Arras pour l'Education Permanente Atelie
Collectif Régional pour l'Information et la Formation des Femmes
Innovation Developpement Formation
SA SCOP INSTEP
EQUAL theme :Adaptability - Life long learning 
Type of DP :Sectoral - Specific discrimination and inequality problems 
DP Legal status :Association without legal form 
DP identification :FR-NPC-2001-10159 
Application phase :Approved for action 2 
Selection date :31-05-2002 
Last update :09-03-2007 
Monitoring:  

Rationale

Text available in

L'illettrisme est reconnu comme un problème national. Sans qu'il soit possible de chiffrer exactement ce phénomène, il est estimé dans le meilleur des cas à au moins 10 % de la population active.

Le Nord - Pas-de-Calais avec ses taux de niveaux scolaires inférieurs aux moyennes nationales est bien entendu particulièrement touché.

Depuis plusieurs années, l'Etat déconcentré et le Conseil Régional mènent une politique active de lutte contre l'illettrisme en y dédiant des budgets de formation importants. Il est difficile d'avoir des données globales, homogènes, multifinanceurs. A côté de la Région et de l'Etat, qui sont les financeurs publics majoritaires de ces dispositifs, on retrouve les Conseils Généraux, certains contrats de ville, les fonds mutualisés pour la formation ou l'accompagnement des CES et CEC....
Nous avons toutefois tenté un dimensionnement à partir des données disparates dont nous disposons : la Région ouvre sur sa commande publique annuelle de l'ordre de 2.700 "étapes" de formation qui représentent en moyenne un peu moins de 300 heures, ce qui ouvre de l'ordre de 800.000 heures/stagiaire par an pour environ 1.800 personnes. Ce dernier chiffre est difficile à estimer (on estime qu'il y a 1/3 de mouvements internes aux dispositifs permanents : une même personne qui change de niveau ou qui passe d'une action temps partiel à une action temps plein).
L'Etat, par le Contrat de Plan, les SIFE, le programme IRILL, doit intervenir pour environ 700 places et 280.000 heures/stagiaires ; tous les autres financeurs publics intervenant pour environ 300 places par an pour moins de 100.000 heures/stagiaire, leurs parcours étant en général plus cours que ceux qui sont pris en charge par la Région et par l'Etat.
Le tout représenterait donc de l'ordre de 3.700 étapes de formation, entre 1 million et 1,5 million d'heures/stagiaire et de 2.000 à 2.500 personnes chaque année.
Même si l'on peut douter du degré d'exactitude de ces chiffres, l'effort et les moyens publics mobilisés pour faire face à la question de l'illettrisme, sont considérables. Les optimiser par la mise en synergie régionale des acteurs nous paraît dès lors un enjeu de grande importance.

Au delà des financements de formation "directe" ci-dessus, la DRTEFP et le Conseil Régional ont également financé l'ingénierie de la structuration des opérateurs de formation en dispositifs permanents de bassin d'emploi.

La mission d'accompagnement a ciblé dans son diagnostic, une série de difficultés :
offre de formation ponctuelle ; non articulée ; ciblage des publics incertains ; peu d'outils de repérage ; opacité des contenus de formation et mis l'accent sur les moyens de les dépasser et ainsi d'optimiser les moyens de lutte contre l'illettrisme sur les territoires :
- Une offre de formation permanente, annuelle et, pour une part, à temps partiel,
- Une organisation concertée entre les opérateurs de formation (dispositifs partenariaux coordonnés)
- Une offre de formation identifiant des champs clairs (le linguistique, l'accès à l'emploi, la réponse de proximité, l'ouverture sociale et culturelle),
- Un langage commun sur le public ciblé ainsi que sur les objectifs de formation
- Une sensibilisation des acteurs relais et une aide au repérage des publics
- Une communication vers les partenaires visant à une meilleure visibilité de l'organisation de la lutte contre l'illettrisme sur les territoires.

Cette ingénierie de dispositif a conduit à la mise en place de deux dispositifs permanents pour la maîtrise des savoirs de base (DPMSB) en 1996 (deux bassins d'emploi concernés), quatre autres l'année suivante.
La pertinence des choix d'organisation ayant été reconnue par l'Etat et la Région, la généralisation à l'ensemble des territoires de la région Nord pas de Calais a été inscrite au contrat de plan 2000/2006.
A la fin de l'année 2001, ce sont donc quatorze territoires qui seront ainsi organisés selon des principes et des modes d'action identiques.

Parallèlement, dans le cadre du Programme National FORE (Formation Ouverte et Ressources Educatives), la DRTEFP, en accord avec le Conseil Régional, et avec le C2RP (Centre Régional de Ressources Pédagogiques) et le CUEEP comme maîtres d'oeuvre, a déposé et obtenu un projet important d'usage des NTIC pour les opérateurs et pour les apprentissages de base des publics en situation d'illettrisme. Ce projet s'est développé sur les 6 Dispositifs Permanents de Maîtrise des Savoirs de Base stabilisés, suite à la 1ère vague de montage des plates-formes de bassin d'emploi.

Enfin, le Conseil Régional Nord - Pas-de-Calais, est, parmi d'autres, membre fondateur du GIP, Agence Nationale de Lutte contre l'Illettrisme.

Avec le passage des 8 derniers bassins d'emploi en DPMSB fin 2001 et la fin de l'expérimentation des FOAD au service des acteurs et des apprenants de ces dispositifs courant 2002, tous les ingrédients d'un dispositif régional permanent, et cohérent, de remédiation à l'illettrisme sont réunis.

Le présent projet a pour ambition, grâce à EQUAL de réaliser cet objectif en alliant la force d'initiative des 40 organismes de formation fédérés dans les 14 DPMSB de la Région aux moyens d'animation régionale mis à disposition par l'Etat et la Région dans le cadre du GIP C2RP afin d'unir tous les efforts au sein d'une politique régionale commune et de concourrir par là à “améliorer la qualité et l'efficacité des processus d'insertion socio-professionnels et de maintien dans l'emploi des publics les plus en difficulté sur le marché du travail” (axe 1 - thème A) et “le développement de l'employabilité” (axe 3 - thème E) ; lire, écrire et compter étant unanimement reconnue comme des compétences de base tant sociales que professionnelles.

dot Top


Objective

Text available in

Les actions définies en “Action 2” sont issues d'un large tour d'horizon réalisé par le coordinateur du projet (plus de 70 rencontres) en action 1. Elles représentent sans risque d'erreur les préoccupations essentielles du collectif régional des opérateurs de la remédiation à l'illettrisme. Tous ont répondu à notre appel ; nous en sommes fiers et celà doit nous garantir la mobilisation et l'implication de tous dans l'action. Deux principes nous ont guidés : nous adresser aux collectifs régionaux officiellement consitués ; ne prendre en considération que des questions d'intérêt régional dont les solutions pourront être transférées et généralisées dans un second temps (Action 3).

Action 1 : Accès des publics

Aujourd'hui, nous pouvons constater à travers nos expériences que l'un des problèmes récurrents au traitement de masse de l'illettrisme est le repérage et la mobilisation des personnes.
Il faut accompagner le dispositif pour qu'il puisse se situer pleinement dans son environnement à l'échelle de chaque territoire (bassin d'emploi) et s'inscrire durablement dans le cadre du développement local comme outil de solidarité (développement social) et économique (montée en qualification et emploi).

Action 2 : VAE et capacités transversales

Valider les acquis professionnels pour l'obtention d'un diplôme est possible depuis 1992. L'étendre aux acquis expérientiels correspond à une volonté politique nettement affichée à ce jour. Alors que nous étions dans l'exigence de se soumettre à la passasion d'épreuves, sur de la validation de compétences exercées au sein de postes de travail et donc dans leur mise en relation avec des référentiels métiers et de diplômes ,étendre la validation au niveau des expériences pourrait nous conduire sur un terrain plus générique, celui des compétences transversales ou plutôt des capacités.
Il devient alors très intéressant de se demander de quelle manière la preuve sera donnée de l'acquisition de telles ou telles capacités.
La multiplication des expériences au cours desquelles elles ont pu se développer sont autant de situations où nous chercherons à trouver des comportements indicateurs significatifs.

Action 3 : Maths et illettrisme

La lutte contre l'illettrisme intègre souvent la capacité à savoir compter dans ses objectifs de formation. Mais dans ce cadre, les mathématiques occupent une place assez ténue quand elle n'est pas absente remplacées qu'elles sont par du numérique algorithmique.
Le travail de recherche qu'a conduit J.P. Leclere visait à montrer qu'une formation en mathématiques dans le cadre des ateliers de lutte contre l'illettrisme pouvait aider efficacement à sortir d'une telle situation. En particulier, les mathématiques (et non pas uniquement le "compter") permettent de développer tous les modes de communication qu'ils soient oraux, écrits ou physiques.

Une formation en action des formateurs intervenants dans le domaine des mathématiques nous apparaît, pour ces raisons, tout à fait justifiée dans le cadre d'une réflexion générale sur la lutte contre l'illettrisme.

Action 4 : Egalité des chances

La finalité : Agir pour l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes vers une société réellement mixte.

La proposition que nous présentons s'adresse aux différents types d'acteurs des dispositifs de lutte contre l'illettrisme.

Nos objectifs
- Permettre aux professionnels de questionner leur dispositif au regard de l'égalité des chances entre femmes et hommes (à savoir assurer les mêmes opportunités aux individus quel que soit leur sexe).
- Favoriser la mise en place d'outils, de séquences pédagogiques ou tout autre moyen jugé adéquat visant l'optimisation des processus insertionnels des femmes.

Action 5 : Recherche

L'objet central de la recherche concerne la question des rapports à la formation des publics usagers des dispositifs de maîtrise des savoirs de base.

Nous nous centrerons sur deux concepts clés :
- les motifs d'engagement en formation et de poursuite
- le sens attribué à la formation et l'usage qu'ils en font

1ère phase

Dresser un premier état des lieux descriptif sur la question des motifs d'engagement et de poursuite en formation et sur celle de l'expérience vécue par les usagers.

2ème phase

Analyser de façon approfondie les diverses expériences de formation possibles à travers des entretiens individuels avec des stagiaires. C'est le cœur de la recherche.

Action 6 : Coopération entre la Formation Initiale et la Formation Continue

Vu l'enjeu que représente la prévention de l'illettrisme à l'école, il paraît opportun que le projet EQUAL du CUEEP prenne cette dimension en compte dans les chantiers opérationnels qu'il souhaite développer.
Cette coopération se traduira par la participation d'une équipe pédagogique, de la formation initiale, aux chantiers et aux groupes de travail retenus dans EQUAL et, identifiés comme pertinents pour favoriser les échanges et la construction de projets communs FI/FC (coopération notamment sur les points suivants : Maths et illettrisme, VAE, FOAD…).

Action 7 : Conduite de projet - coordination - secrétariat - administration gestion....

En outre dans le projet intitial nous avions insisté sur l'importance de la poursuite d'une production pédagogique régionale. Notre large tour d'horizon en action 1 nous confirme la nécessité d'une telle action. Nous avons toutefois renoncé à l'inscrire dans notre projet dans la mesure où la DAFCO dispose de crédits européens importants jusque fin 2003 et qu'elle est d'accord de les utiliser à la relance de ce groupe.

















dot Top


Innovation


Nature of the experimental activities to be implemented Rating
Anticipation of technical changes *
Studies and analysis of discrimination features ***

Type of innovation Rating
Process-oriented ***
Goal-oriented **
Context oriented **

Text available in

- Pour le chantier “Accès des publics” nous escomptons déboucher sur une méthodologie nouvelle de la question qui se traduira par un guide méthodologique à l'usage des professionnels du secteur
Dans ce chantier, en nous appuyant sur un travail initié par le dispositif permanent de Valenciennes, nous devons également développer une démarche et un outil de sensibilisation et de repérage des publics à distance. Il s'agit d'une innovation à jumeler avec l'outil de positionnement à distance, PosiFOAD réalisé précedemment dans le cadre du programme national FORE.

- Pour le chantier “VAE et capacités transversales”, nous nous attaquons à un terrain en friche. Le champ des activités dites “complémentaires” aux apprentissages linguistiques et logico-mathémathiques est multiforme, mobilise un nombre important d'heures de formation mais offre peu de visibilité. Nous devons pouvoir, à travers ces activités diverses, pointer les capacités visées ; les nommer, les mesurer et par là, permettre leur validation. Si nous y parvenons, nous aurons fait un pas important pour la reconnaissance de nos publics et leur insertion dans l'emploi ou dans des cursus de formation qualifiants par la VAE.

- Le chantier “Maths et illettrisme” doit nous permettre, à partir de l'important travail de J.P. Leclere (thèse) de définir des progressions modularisées ; des supports de cours et, in fine, un référentiel comparable au référentiel linguistique de base qui fait cruellement défaut aux formateurs.
Il s'agira là d'une innovation de portée nationale, voire internationale puisque nos collègues belges son pleinement associés, de manière “fusionnelle”, à ce chantier.

- L'action “Egalité des chances” doit d'une part, nous permettre de faire un sort à la situation des femmes dans nos dispositifs. Si globalement nous avons l'impression qu'elles ne subissent aucune discrimination, les écarts statistiques peuvent être importants d'une zone à une autre ; d'un centre à un autre.
Au delà de cet apport, avec le CORIF, nous devons nous outiller pour travailler notamment la question de la diversification de leurs choix professionnels.

- “La recherche” d'envergure menée par V. Leclercq sur les motifs d'accès à la formation, de pousuite ou d'échec, sera un apport nouveau et déterminant quant aux stratégies à développer en matière d'accrochage des publics d'une part, de pratiques pédagogiques d'autre part.

-”La coopération FI/FC” a pour objectif de faire travailler ensemble des personnes issues de ces deux mondes. Nous en attendons des innovations en termes d'outils et de supports pédagogiques, ainsi que quelques expériences pilotes communes dont le caractère exemplaire pourrait faire tâche d'huile.

dot Top


Budget Action 2

1 000 000 – 1 500 000 €

dot Top


Beneficiaries


Assistance to persons 
Unemployed  57.0%  38.0% 
Employed  3.0%  2.0% 
Others (without status, social beneficiaries...)  0.0%  0.0% 
  100.0% 
 
Migrants, ethnic minorities, …  0.0%  0.0% 
Asylum seekers  0.0%  0.0% 
Population not migrant and not asylum seeker  60.0%  40.0% 
  100.0%
 
Physical Impairment  0.0%  0.0% 
Mental Impairment  0.0%  0.0% 
Mental Illness  0.0%  0.0% 
Population not suffering from a disability  60.0%  40.0% 
  100.0% 
 
Substance abusers 0.0%  0.0% 
Homeless  0.0%  0.0% 
(Ex-)prisoners  0.0%  0.0% 
Other discriminated (religion, sexual orientation)  0.0%  0.0% 
Without such specific discriminations  60.0%  40.0% 
  100.0% 
 
< 25 year  30.0%  20.0% 
25 - 50 year  20.0%  15.0% 
> 50 year  10.0%  5.0% 
   100.0% 

Assistance to structures and systems and accompanying measures Rating
Asylum *
Gender discrimination ***
Discrimination and inequality in employment ***
Disabilities *
Other discriminations *
Low qualification ***
Racial discrimination *
Unemployment ****

dot Top


Empowerment

 

 With beneficiaries

Participation
Promoting individual empowerment

Text available in

Modifications et ajustements proposés en action 2 :

Le principe est de faire participer tous les partenaires fortement impliqués à la bonne marche du projet dans ses instances de décision : comité de pilotage et comité d'orientation. Nous avons réduit le nombre des signataires de l'accord formel du PDD pour des raisons de simplification des fonctionnement et pour ne pas démultiplier les coûts de gestion et d'administration mais en aucun cas pour limiter le rôle des uns et des autres dans la conduite du projet. Ainsi, toutes les dispositifs territoriaux impliquées dans l'action seront représentées par leur coordinateur(trice) au comité de pilotage du projet, ainsi que le CORIF qui pilote le chantier “Egalité Hommes/Femmes”, l'Education Nationale pour le chantier qui lie FI et FC, V. Leclercq et J.P. Leclere, les 2 chercheurs qui pilotent les actions “Recherche sur les motifs d'accès et de poursuite” et “Maths et illettrisme”, M. Monocky (ADAPEP AFP2I) pour le chantier “Accès des publics”, M.L. Kervarrec (INSTEP) pour le chantier “VAE et capacités transversales” ainsi que le C2RP avec lequel nous seront en relation suivie (protocole de coopération) pour assurer clarté et complémentarité ce qui, avec le coordinateur du projet représente 20 personnes.

Pour le comité d'orientation, nous retrouverons les mêmes plus les représentants des financeurs et des institutions publics directement intéressés à notre action : Conseil Régional, DRTEFP, ANLCI, DRDFE ainsi que les représentants des directions des partenaires initiaux de notre projet : CUEEP, ID FORMATION, INSTEP FORMATION, l'ADAPEP AFP2I étant représentée par M. Monocky par ailleurs porteur du chantier “Accès des publics”.
Pour limiter le nombre des participants à cette instance à environ 20 personnes, nous demanderons aux représentants des dispositifs permanents de désigner 7 d'entre-eux (1 sur 2) pour les représenter.
Cette instance pourra s'adjoindre tous les membres qui lui paraîtront utiles à la bonne marche du projet.

Les partenaires signataires de l'APDD auront tous à assumer des responsabilités importantes de la vie du projet en assurant la conduite d'une des actions qui en font le corps : ADAPEP AFP2I, M. Monocky pour l'action “Accès des publics” ; l'INSTEP FORMATION, M.L. Kervarrec pour l'action “VAE et capacités transversales” ; ID FORMATION pour le produit interactif de sensibilisation et de repérage des publics à distance et bien entendu le CUEEP avec la conduite du projet et le management des actions, “Maths et illettrisme (J.P. Leclere) ; Recherche (V. Leclercq), “Coopération FI/FC” (S. Evrard).

Hypothèses énoncées lors de la candidature Action 1 :

Notre volonté est d'associer les bénéficiaires à la réalisation de l'action. Pour les acteurs de formation ou structures d'accueil et structures-relais, cela va de soi par leur présence dans les comités de pilotage politiques ou techniques locaux ou régionaux de l'action.

Pour le public en situation d'illettrisme la question est plus

 

 Between national partners

Text available in

Le principe est de faire participer tous les partenaires fortement impliqués à la bonne marche du projet dans ses instances de décision : comité de pilotage et comité d'orientation. Nous avons réduit le nombre des signataires de l'accord formel du PDD pour des raisons de simplification des fonctionnement et pour ne pas démultiplier les coûts de gestion et d'administration mais en aucun cas pour limiter le rôle des uns et des autres dans la conduite du projet. Ainsi, toutes les dispositifs territoriaux impliquées dans l'action seront représentées par leur coordinateur(trice) au comité de pilotage du projet, ainsi que le CORIF qui pilote le chantier “Egalité Hommes/Femmes”, l'Education Nationale pour le chantier qui lie FI et FC, V. Leclercq et J.P. Leclere, les 2 chercheurs qui pilotent les actions “Recherche sur les motifs d'accès et de poursuite” et “Maths et illettrisme”, M. Monocky (ADAPEP AFP2I) pour le chantier “Accès des publics”, M.L. Kervarrec (INSTEP) pour le chantier “VAE et capacités transversales” ainsi que le C2RP avec lequel nous seront en relation suivie (protocole de coopération) pour assurer clarté et complémentarité ce qui, avec le coordinateur du projet représente 20 personnes.

Pour le comité d'orientation, nous retrouverons les mêmes plus les représentants des financeurs et des institutions publics directement intéressés à notre action : Conseil Régional, DRTEFP, ANLCI, DRDFE ainsi que les représentants des directions des partenaires initiaux de notre projet : CUEEP, ID FORMATION, INSTEP FORMATION, l'ADAPEP AFP2I étant représentée par M. Monocky par ailleurs porteur du chantier “Accès des publics”.
Pour limiter le nombre des participants à cette instance à environ 20 personnes, nous demanderons aux représentants des dispositifs permanents de désigner 7 d'entre-eux (1 sur 2) pour les représenter.
Cette instance pourra s'adjoindre tous les membres qui lui paraîtront utiles à la bonne marche du projet.

Les partenaires signataires de l'APDD auront tous à assumer des responsabilités importantes de la vie du projet en assurant la conduite d'une des actions qui en font le corps : ADAPEP AFP2I, M. Monocky pour l'action “Accès des publics” ; l'INSTEP FORMATION, M.L. Kervarrec pour l'action “VAE et capacités transversales” ; ID FORMATION pour le produit interactif de sensibilisation et de repérage des publics à distance et bien entendu le CUEEP avec la conduite du projet et le management des actions, “Maths et illettrisme (J.P. Leclere) ; Recherche (V. Leclercq), “Coopération FI/FC” (S. Evrard).

dot Top


Transnationality

 

 Linguistic skills

  • français

 Percentage of the budget for transnational activities

  • 13.6%

 Transnational Co-operation Partnerships

Transnational Co-operation Agreement DPs involved
2075 Alphabétisation BEfr 29
FR NPC-2001-10571

dot Top


Background

 

 Involvment in previous EU programmes

  • Nobody involved in A&E

dot Top


National Partners


Partner To be contacted for
Université des Sciences et Technologies de Lille - Institut CUEEP Co-ordination of experimental activities
Design of the project
DP managing organisation
Evaluation
Monitoring, data collection
Transnational partnership
Association De la communauté urbaine d'Arras pour l'Education Permanente Atelie
Collectif Régional pour l'Information et la Formation des Femmes
Innovation Developpement Formation
SA SCOP INSTEP

dot Top


Agreement Summary

Text available in

Ces informations sont disponibles aupres du porteur de projet

Last update: 09-03-2007 dot Top


Université des Sciences et Technologies de Lille - Institut CUEEP

(USTL-CUEEP)
11 rue Auguste Angellier
59046 LILLE CEDEX

Tel:+33320581111
Fax:+33320581110
Email:cueep-direction@univ-lille1.fr

 
Responsibility in the DP: Co-ordination of experimental activities
Design of the project
DP managing organisation
Evaluation
Monitoring, data collection
Transnational partnership
Type of organisation:Education / training organisation
Legal status:Public organisation
Size:>250
NUTS code:
Date of joining / leaving:01-11-2001 /

Text available in

n.c.



Contact person(s)

Name First name Phone E-mail Responsibility
EVRARD Serge +33320581108 serge.evrard@univ-lille1.fr Chef de projet

Last update: 09-03-2007 dot Top


Association De la communauté urbaine d'Arras pour l'Education Permanente Atelie

(ADAPEP AFP2I)
2 rue Eiffel BP 233
62004 ARRAS CEDEX

Tel:+33321511715
Fax:+33321519450
Email:appartoisternois@wanadoo.fr

 
Responsibility in the DP:
Type of organisation:Education / training organisation
Legal status:Non-profit private organisation (including NGO...)
Size:Staff 10-50
NUTS code:
Date of joining / leaving:01-06-2002 /

Text available in

n.c.



Contact person(s)

Name First name Phone E-mail Responsibility
MONOCKY Maurice +33321511715 appartoisternois@wanadoo.fr Directeur

Last update: 09-03-2007 dot Top


Collectif Régional pour l'Information et la Formation des Femmes

(CORIF)
28 rue des Pyramides
59000 LILLE

Tel:+33320547355
Fax:+33320574219
Email:corif.formation@free.fr

 
Responsibility in the DP:
Type of organisation:Education / training organisation
Legal status:Non-profit private organisation (including NGO...)
Size:Staff 10-50
NUTS code:
Date of joining / leaving:01-11-2001 /

Text available in

n.c.



Contact person(s)

Name First name Phone E-mail Responsibility
LEMAIRE Dominique +33320547355 corif.formation@free.fr Responsable de formation

Last update: 09-03-2007 dot Top


Innovation Developpement Formation

(ID-FORMATION)
113 rue de Lannoy
59600 LILLE

Tel:+33320040307
Fax:+33320561722
Email:idformation.lille@wanadoo.fr

 
Responsibility in the DP:
Type of organisation:Employers' organisation
Legal status:Co-operative
Size:Staff 50-250
NUTS code:
Date of joining / leaving:01-11-2001 /

Text available in

n.c.



Contact person(s)

Name First name Phone E-mail Responsibility
MAZELIE Laurence +33320041043 idformation.lille@wanadoo.fr Chargee de mission

Last update: 09-03-2007 dot Top


SA SCOP INSTEP

(INSTEP-FORMATION)
199 rue Colbert - BP 349
59020 LILLE CEDEX

Tel:+33320149070
Fax:+33320149071
Email:

 
Responsibility in the DP:
Type of organisation:Education / training organisation
Legal status:Co-operative
Size:Staff 50-250
NUTS code:
Date of joining / leaving:01-11-2001 /

Text available in

n.c.



Contact person(s)

Name First name Phone E-mail Responsibility
THOMAS Pierre +33320149070 pierre.thomas@instep-formation.fr Directeur de centre

Last update: 09-03-2007 dot Top



 
 
 
 

 
 
 
 

 
 
 
 
Warning! This section is not meant to be read directly, but rather be navigated through from the main page above.
 
 
 
 

REGION MOBILISEE CONTRE L'ILLETTRISME - REMO


Logo EQUAL

Home page
DP Search
TCA Search
Help
Set Language Order
Statistics