Chemin de navigation

 

A

Accumulation de crédits

Processus de collecte des crédits octroyés pour l’obtention des résultats d’apprentissage attendus pour des unités d’enseignement dans des contextes formels ou d’autres activités d’apprentissage déployées dans des contextes informels et non formels. Un étudiant peut accumuler des crédits afin d’obtenir les certifications requises par l’établissement délivrant le diplôme, ou documenter ses accomplissements personnels à des fins de formation tout au long de la vie.

Apprenant

Individu engagé dans un processus d’apprentissage (formel, non formel ou informel). Les étudiants sont des apprenants qui participent à un processus d’apprentissage formel.

Apprentissage centré sur l’étudiant

Approche de l’apprentissage caractérisée par des méthodes innovantes d’enseignement visant à promouvoir l’apprentissage de la communication avec les enseignants et les étudiants et considérant sérieusement les étudiants comme des participants actifs de leur propre apprentissage, en encourageant les aptitudes transférables telles que la résolution de problèmes, la réflexion critique et réfléchie, etc. (ESU, 2010).

Apprentissage en stage

Apprentissage délivré par une université ou autre prestataire de formation sur le lieu de travail, normalement sous la supervision d’une personne de la même société et d’un enseignant professionnel extérieur à la société (Conseil écossais de financement, 2015).

Apprentissage formel

Apprentissage traditionnel dispensé par un établissement d’enseignement ou de formation, structuré du point de vue des objectifs d’apprentissage, de la durée d’apprentissage ou de l’aide à l’apprentissage, et conduisant à une certification. L’apprentissage formel est intentionnel du point de vue de l’apprenant.

Apprentissage informel

Apprentissage résultant des activités de la vie quotidienne dans le domaine professionnel, familial ou des loisirs. Celui-ci n’est pas organisé ou structuré du point de vue des objectifs d’apprentissage, du délai d’apprentissage ou de l’aide à l’apprentissage ; il peut être non intentionnel du point de vue de l’apprenant ; exemples de résultats d’apprentissage acquis via l’apprentissage informel : aptitudes acquises grâce aux expériences culturelles et professionnelles, aptitudes à la gestion de projets, aptitudes aux TIC acquises au travail, langues apprises, aptitudes interculturelles acquises lors d’un séjour dans un autre pays, aptitudes aux TIC acquises en dehors du travail, aptitudes acquises par le biais du bénévolat, d’activités culturelles, du sport, du travail de jeunesse et d’activités à domicile, comme la garde d’un enfant, par exemple (Recommandation 2012/C 398/01).

Apprentissage non formel

Apprentissage organisé par le biais d’activités planifiées (en termes d’objectifs d’apprentissage, de durée de l’apprentissage) où une sorte d’aide à l’apprentissage est présente (relations apprenant-enseignant, par exemple) ; peut prévoir que les programmes inculquent des aptitudes professionnelles, l’alphabétisation des adultes et l’éducation de base des personnes ayant quitté prématurément l’école ; parmi les cas les plus communs d’apprentissage non formel figurent la formation en entreprise (grâce à laquelle les sociétés actualisent et améliorent les aptitudes de leurs travailleurs, notamment en matière de TIC), l’apprentissage structuré en ligne (en faisant appel à des ressources éducatives libres, par exemple) et les cours organisés par les organisations de la société civile pour leurs membres, leur groupe cible ou le grand public (Ibid.).

Assurance qualité

Processus ou ensemble de processus adoptés sur le plan national et de l’établissement afin d’assurer la qualité des programmes de formation et des certifications octroyées.

L’assurance qualité doit assurer un environnement d’apprentissage où le contenu des programmes, les possibilités et les facilités d’apprentissage sont adaptés aux objectifs. L’assurance qualité est souvent mentionnée dans le contexte d’un cycle d’amélioration continue (activités d’assurance et d’amélioration).

Attribution de crédits

Processus d’attribution d’un nombre de crédits à des certifications, programmes d’étude ou unités d’enseignement individuelles. Des crédits sont attribués à des certifications ou programmes complets en vertu de la législation ou de la pratique nationale, le cas échéant, en se référant aux cadres de certifications nationaux et/ou européens. Ils sont attribués aux unités d’enseignement telles que les unités de cours, les dissertations, l’apprentissage basé sur le travail et les stages en entreprise, en se basant sur l’attribution de 60 crédits par année universitaire à plein temps, d’après la charge de travail estimée requise pour atteindre les résultats d’apprentissage définis pour chaque unité.

C

Cadre de certifications de l’espace européen de l’enseignement supérieur (CC-EEES)

Au sein de l’espace européen de l’enseignement supérieur, les cadres de certifications relèvent de deux niveaux. Un cadre global (CEC-EEES) a été adopté en 2005 et l’ensemble des pays membres s’est engagé à développer des cadres de certifications nationaux compatibles avec celui-ci.

Un cadre de certifications national pour l’enseignement supérieur comprend l’ensemble des certifications d’un système d’enseignement supérieur. Il montre les résultats d’apprentissage attendus d’une certification donnée et la manière dont les apprenants peuvent passer d’une certification à une autre.

Le CC-EEES a pour objet d’organiser les certifications de l’enseignement supérieur national en un cadre de certifications à l’échelle européenne. Dans ce cadre, les certifications sont définies en fonction des niveaux de complexité et de difficulté (Licence, Master, Doctorat).

Le CC-EEES identifie quatre cycles principaux qui sont décrits par les « Descripteurs de Dublin », qui offrent des descriptions génériques des attentes typiques en matière d’accomplissements et de capacités associées aux récompenses qui représentent la fin de chaque cycle. Le cycle court et les premier et deuxième cycles sont également caractérisés par leurs nombres de crédits.

Cadre de certifications européen (CEC) pour la Formation Tout au Long de la Vie (FTLV)

Le cadre de certifications européen pour la Formation Tout au Long de la Vie (CEC-FTLV) est un cadre de référence européen commun qui permet aux pays de l’Union européenne d’associer leurs systèmes de certification. Il a été adopté par le Parlement européen et le Conseil le 23 avril 2008. Le CEC utilise huit niveaux de référence sur la base des résultats d’apprentissage définis en termes de savoirs, aptitudes et compétences. Avec le CEC, l’accent est mis sur ce qu’une personne titulaire d’une certification particulière sait et est capable de faire plutôt que sur de simples données telles que la durée d’une expérience d’apprentissage, le type d’établissement, etc. Il rend les certifications plus lisibles et compréhensibles entre différents pays et systèmes de l’Union européenne.

Cadres nationaux de la certification

Instrument servant à la classification des certifications d’après un ensemble de critères pour les niveaux d’apprentissage spécifiés et atteints, visant à intégrer et à coordonner les sous-systèmes de certifications nationaux et à améliorer la transparence, l’accès, la progression et la qualité des certifications par rapport au marché du travail et la société civile (Recommandation 2012/C 398/01).

Les cadres nationaux de la certification portent sur l’ensemble des certifications délivrées dans l’enseignement (ou dans l’enseignement supérieur, suivant la politique du pays concerné) dans le cadre d’un système de formation. Ils montrent ce que l’on peut attendre des apprenants en termes de savoirs, de compréhension et de capacités sur la base d’une certification donnée (résultats d’apprentissage), ainsi que la manière dont les certifications s’articulent au sein d’un système, c’est-à-dire la manière dont les apprenants peuvent passer d’une certification à une autre dans un système de formation. Les cadres nationaux de la certification sont développés par les autorités publiques compétentes du pays concerné, en coopération avec de nombreuses parties intéressées, dont les établissements d’enseignement supérieur, les étudiants, le personnel et les employeurs.

Catalogue de cours

Le catalogue de cours comprend des informations détaillées, faciles à exploiter et à jour sur l’environnement d’apprentissage de l’établissement (informations générales sur l’établissement, ses ressources et services, ainsi que des informations académiques sur ses programmes et ses unités d’enseignement individuelles) qui devraient être mises à disposition des étudiants avant qu’ils commencent leurs études et tout au long de celles-ci afin de leur permettre de faire les bons choix et d’optimiser l’utilisation de leur temps.

Le catalogue de cours doit être publié sur le site web de l’établissement, indiquer les titres des cours/matières dans la langue nationale (ou régionale, le cas échéant) et en anglais, afin que toutes les parties concernées puissent y accéder facilement. L’établissement est libre de décider du format du catalogue, ainsi que du séquençage des informations. Il doit par ailleurs être publié avec suffisamment d’avance pour que les futurs étudiants puissent faire leur choix.

Certificat de stage en entreprise

Document émis par l’organisation/entreprise d’accueil une fois le stage terminé, pouvant être complété par d’autres documents tels que des courriers de recommandation. Le certificat de stage en entreprise vise à assurer la transparence et à valoriser l’expérience du stage effectué par l’étudiant.

Certification

Tout diplôme ou autre certificat émis par une autorité compétente attestant la réussite d’un programme d’enseignement reconnu.

Charge de travail

Estimation du temps en principe nécessaire aux apprenants pour suivre toutes les activités d’apprentissage (telles que les cours, les séminaires, les projets, les travaux pratiques, l’étude personnelle et les examens) requises pour parvenir aux résultats d’apprentissage définis dans les environnements d’apprentissage formel. La correspondance de la charge de travail à plein temps d’une année universitaire à 60 crédits est souvent formalisée par des dispositions juridiques sur le plan national. Dans la plupart des cas, la charge de travail d’un étudiant est comprise entre 1 500 et 1 800 heures pour une année universitaire, ce qui signifie qu’un crédit correspond à 25 à 30 heures de travail. Il serait bon de reconnaître que cela représente la charge de travail normale et que, pour chaque apprenant, le temps de travail nécessaire pour atteindre les résultats d’apprentissage variera.

Compétences

Le CEC définit les compétences comme étant la capacité à utiliser ses savoirs, aptitudes et capacités personnelles, sociales et/ou méthodologiques dans des situations de travail ou d’études et dans le cadre du développement professionnel et personnel. Dans le contexte du cadre européen de certifications, les compétences sont décrites en termes de responsabilité et d’autonomie.

Favoriser l’acquisition de compétences est l’objectif de tout programme d’enseignement. Des compétences sont développées dans toutes les unités de cours et sont évaluées à différents stades d’un programme. Certaines compétences sont propres à une matière ou à un domaine d’études, tandis que d’autres sont plus générales et se retrouvent dans de nombreux programmes. Le développement des compétences s’effectue en principe de manière intégrée et cyclique tout au long d’un programme.

Contrat d’études

Contrat formalisé entre les trois parties concernées par la mobilité (l’étudiant, l’établissement d’origine et l’établissement ou organisation/entreprise d’accueil) afin de faciliter la reconnaissance et l’organisation de la mobilité des crédits. Le contrat doit être signé par les trois parties avant le début de la période de mobilité et a vocation à confirmer à l’étudiant que l’obtention de ses crédits pendant sa période de mobilité sera reconnue.

Cours de masse ouverts en ligne (MOOC)

Cours ouverts, gratuits, délivrés en ligne et généralement accompagnés d’un soutien automatique ou par les pairs. Le plus souvent, les capacités d’inscription sont très importantes.

Crédits

Les crédits ECTS expriment le volume d’apprentissage reposant sur les résultats d’apprentissage définis et la charge de travail qui y a été associée. 60 crédits ECTS sont attribués aux résultats d’apprentissage et à la charge de travail associée à une année universitaire à plein temps (ou son équivalent) normalement composée d’un certain nombre d’unités d’enseignement auxquelles les crédits (sur la base des résultats d’apprentissage et de la charge de travail) sont attribués. Les crédits ECTS sont généralement exprimés en nombres entiers.

Critères d’évaluation

Description de ce qui est attendu de l’apprenant en termes de capacités et de niveau afin de démontrer que les résultats d’apprentissage ont été atteints.

Les méthodes et critères d’évaluation d’une unité d’enseignement doivent être appropriés et cohérents avec les résultats d’apprentissage qui ont été définis pour celle-ci et avec les activités d’apprentissage mises en place.

Cycle

L’un des objectifs de la Déclaration de Bologne en 1999 était « l’adoption d’un système basé sur deux cycles principaux, la licence et le master ». En 2003, les études doctorales ont été incluses à la structure de Bologne et appelées « troisième cycle ». L’EEES a dès lors défini une hiérarchie de trois cycles d’enseignement supérieur (premier cycle, deuxième cycle et troisième cycle). Toute certification acquise dans l’enseignement supérieur de l’EEES se situe au niveau de l’un de ces trois cycles.

D

Descripteurs de cycle (niveau)

Déclarations génériques sur les résultats escomptés de chacun des trois cycles. Les Descripteurs de Dublin représentent un bon exemple de descripteurs de cycle (niveau) généraux qui ont servi de fondations (avec le système ECTS) au cadre de certifications de l’espace européen de l’enseignement supérieur.

Descripteurs de Dublin

Les Descripteurs de Dublin sont les descripteurs de cycle (ou « descripteurs de niveau ») présentés en 2003 et adoptés en 2005 en tant que cadre de certifications de l’espace européen de l’enseignement supérieur. Ils offrent une description générale des résultats globalement attendus en matière d’accomplissements et de capacités associées aux récompenses qui viennent clore chaque cycle ou niveau (de Bologne). Les descripteurs sont formulés en termes de niveaux de compétence et non de résultats d’apprentissage, pour une distinction claire et intelligible des différents cycles. Un descripteur de niveau comprend les cinq composantes suivantes :

  • Savoirs et compréhension
  • Application des savoirs et de la compréhension
  • Capacité à juger
  • Communication
  • Aptitudes à la formation tout au long de la vie

Descripteurs de niveaux

Voir les « descripteurs de cycle (niveau) » et « Descripteurs de Dublin ».

Diplôme commun

Document unique remis par les établissements d’enseignement supérieur offrant un programme commun et reconnu au niveau national en tant que récompense du programme commun (EQAR, 2015).

E

Erasmus+

Programme européen pour l’éducation, la formation, la jeunesse et les sports pour la période 2014- 2020 (Règlement (UE) n° 1288/2013).

Espace européen de l’enseignement supérieur (EEES)

L’espace européen de l’enseignement supérieur (EEES) a été lancé à l’occasion du dixième anniversaire du processus de Bologne, en mars 2010, lors de la Conférence ministérielle de Budapest-Vienne. Sur la base du principal objectif du processus de Bologne depuis son lancement en 1999, l’EEES a vocation à assurer, en Europe, des systèmes d’enseignement supérieur plus comparables, compatibles, cohérents et attractifs.

Étudiant

Apprenant inscrit à un programme de formation formel au sein d’un établissement d’enseignement supérieur. Veuillez noter ce qui suit : La question de savoir s’il convient de se référer à des « étudiants » ou à des « apprenants » dans ce Guide a fait l’objet de discussions approfondies au sein du groupe de travail et avec les parties concernées. Compte tenu de l’évolution générale en faveur d’un apprentissage plus flexible, il a été convenu que le terme « apprenant » était préférable dans la plupart des contextes. Il a néanmoins été reconnu que, dans la mesure où la plupart des systèmes d’enseignement supérieur demeurent organisés autour de la mise en oeuvre de programmes formels destinés à un corps étudiant clairement défini, le terme « étudiant » serait utilisé de manière à englober l’ensemble des apprenants des établissements d’enseignement supérieur (à temps plein ou partiel, engagés dans un apprentissage à distance, sur le campus ou en stage en entreprise, poursuivant une certification ou suivant des unités d’enseignement ou des cours individuels).

Étudiant libre (free mover)

Étudiant participant à la mobilité des crédits en dehors de tout programme de mobilité organisé (Erasmus+, par exemple). Un étudiant libre choisit un établissement d’accueil et organise la mobilité de ses crédits au sein de cet établissement.

F

Fenêtre de mobilité

Une fenêtre de mobilité est une période de temps réservée à la mobilité internationale des étudiants et intégrée à un programme d’enseignement (Ferencz et al., 2013).

Flexibilité

Fait référence aux mesures qui apportent une plus grande flexibilité à la prestation de l’enseignement supérieur. L’idée qui soustend ce concept est l’ouverture de l’enseignement supérieur à un nombre accru de personnes et une plus grande adaptabilité aux multiples environnements de nos sociétés modernes. Il a également trait à la flexibilité de la conception de programme/ programme de formation et des approches de l’apprentissage et de l’enseignement.

Formation professionnelle continue (FPC)

Approche de la formation tout au long de la vie, parfois appelée « enseignement professionnel continu », la FPC décrit les aptitudes, les savoirs et l’expérience qu’une personne acquiert de manière formelle et informelle dans le cadre de son travail et qui viennent enrichir ses certifications et sa formation de base. L’exigence formelle de continuer à apprendre et à développer ses savoirs, ses aptitudes et compétences tout au long de sa carrière afin de rester informé et pouvoir travailler en toute sécurité, légalité et efficacité est de plus en plus pressante dans le cadre des carrières professionnelles. La FPC formelle, qui est une exigence professionnelle, est validée et documentée. De plus en plus d’employeurs s’attendent à disposer, pour chaque personne, d’un dossier de FPC formel et authentifié, ce dossier étant devenu par conséquent un élément important du curriculum vitae.

Formation tout au long de la vie

Toute activité d’apprentissage entreprise dans le but d’améliorer ses savoirs, aptitudes et compétences d’un point de vue personnel, civique, social et/ou professionnel (Communication (2001) 678).

Les programmes et services contribuant à la formation tout au long de la vie dans le cadre de l’enseignement supérieur peuvent inclure, entre autres actions et initiatives, les programmes généralistes, l’enseignement continu, les cours du soir, les programmes spécifiques destinés aux apprenants à temps partiel, l’accès aux bibliothèques/ressources d’un établissement d’enseignement supérieur, l’enseignement à distance, les cours de formation et les services d’orientation et de conseils ciblés.

M

Méthodes d’évaluation

Ensemble complet des examens/tests écrits, oraux ou pratiques, projets, performances, présentations et portefeuilles utilisés pour évaluer les progrès de l’apprenant et l’obtention par l’étudiant des résultats d’apprentissage d’une unité d’enseignement (unité/module).

Mobilité à des fins d’apprentissage

La mobilité à des fins d’apprentissage est généralement considérée comme étant la mobilité physique de l’apprenant/étudiant dans un établissement d’un autre pays pour y suivre une partie ou l’intégralité d’un programme d’études. La plus grande part de cette mobilité a lieu dans le contexte de programmes planifiés et organisés. Les crédits correspondant à cette mobilité sont formellement reconnus par l’établissement d’origine.

La mobilité des étudiants libres, qui dépend d’initiatives individuelles, est également considérable. Outre la mobilité physique, la mobilité virtuelle des apprenants est une possibilité de plus en plus courante. Celle-ci peut également avoir lieu par le biais d’un programme d’enseignement organisé conjointement ou partagé, d’universités ouvertes, de ressources éducatives libres, de MOOC ou autres formes d’enseignement en ligne.

Mobilité des crédits

La mobilité d’un étudiant en échange, qui reste au sein d’un établissement d’accueil pour une période pendant laquelle il peut déployer des activités attribuant des crédits universitaires, qui sont alors reconnus par l’établissement d’origine.

Mobilité des diplômes/des étudiants

La mobilité de l’apprentissage à des fins d’obtention de diplôme, même si une partie seulement du programme est suivie à l’étranger, par exemple dans le cadre d’un programme diplômant conjointement délivré ou octroyé (Projet de cartographie de la mobilité des universités, 2015).

Mobilité Europass

Europass est un ensemble de cinq documents (Curriculum Vitae, Passeport linguistique, Mobilité Europass, Supplément au certificat, Supplément au diplôme) qui vise à faciliter et clarifier la compréhension des aptitudes et des certifications en Europe. Mobilité Europass est un document pour enregistrer les savoirs et les aptitudes acquis dans un autre pays européen, complété par les établissements impliqués dans la mobilité de la personne (établissement d’origine et d’accueil).

Mobilité virtuelle

Apprentissage en ligne transfrontalier (lorsqu’un étudiant suit des cours d’enseignement à distance offerts par un établissement d’enseignement supérieur à l’étranger). La mobilité virtuelle peut être utile pour promouvoir et compléter la mobilité physique. La mobilité virtuelle peut jouer un rôle important dans la stratégie d’internationalisation d’un établissement (Projet de cartographie de la mobilité des universités, 2015).

Module

Unité d’enseignement dans un système où chaque unité comporte le même nombre de crédits ou un multiple de celui-ci.

O

Octroi de crédits

Attribution formelle aux étudiants et autres apprenants du nombre de crédits attribués à une certification et/ou aux unités qui la composent s’ils atteignent les résultats d’apprentissage définis. Les autorités nationales doivent désigner les établissements habilités à octroyer les crédits ECTS. Les crédits sont octroyés à chaque étudiant une fois les activités d’apprentissage requises complétées et les résultats d’apprentissage définis acquis, comme en témoignent les évaluations appropriées. Si les étudiants et autres apprenants ont obtenu les résultats d’apprentissage dans d’autres délais ou contextes d’apprentissage formels, non formels ou informels, les crédits peuvent être octroyés via l’évaluation et la reconnaissance de ces résultats d’apprentissage.

P

Parcours d’apprentissage

Le parcours d’apprentissage correspond à l’itinéraire suivi par un apprenant pour développer ses savoirs progressivement et acquérir les compétences souhaitées. Le parcours d’apprentissage peut être « signalisé » par des conseils et règlements de l’établissement (y compris la validation des savoirs et des acquis de l’expérience) et des parcours d’apprentissage différents peuvent donner lieu à la même certification. En substance, le concept de « parcours d’apprentissage » souligne les choix de l’étudiant dans la réalisation des objectifs de formation souhaités.

Programme (de formation)

Ensemble d’unités d’enseignement basé sur les résultats d’apprentissage reconnu pour l’octroi d’une certification.

Programme commun

Programme d’enseignement intégré et coordonné offert conjointement par différents établissements d’enseignement supérieur et donnant lieu à des diplômes doubles/multiples ou communs (Ibid.).

Programme d’étude/diplômant

Ensemble des unités d’enseignement reconnues pour l’octroi d’un diplôme à un étudiant après qu’il a satisfait à l’ensemble des exigences applicables.

Progression

Processus permettant aux apprenants de passer d’un stade d’une certification au suivant et d’avoir accès à des programmes de formation préparant à des certifications de niveau supérieur à celles qu’ils possèdent déjà.

R

Reconnaissance

Approbation des cours, certifications ou diplômes d’un établissement d’enseignement supérieur (national ou étranger) par un autre, aux fins d’admission d’étudiants souhaitant y poursuivre leurs études.

La reconnaissance académique peut être également recherchée pour une carrière académique au sein d’un second établissement et, dans certains cas, pour avoir accès à d’autres activités liées au marché de l’emploi (reconnaissance académique à des fins professionnelles). Concernant l’espace européen de l’enseignement supérieur, trois principaux niveaux de reconnaissance peuvent être envisagés, ainsi que les instruments qui y sont associés (comme le suggèrent la Convention de Lisbonne et la Déclaration de Bologne) :

  1. reconnaissance des certifications, y compris validation des savoirs et des acquis de l’expérience professionnelle, permettant d’entrer ou de revenir dans l’enseignement supérieur ;
  2. reconnaissance des périodes d’études courtes liées à la mobilité de l’étudiant, dont le principal instrument est le système ECTS (système européen de transfert et d’accumulation de crédits) ;
  3. reconnaissance des diplômes complets, ayant comme principal instrument le Supplément au diplôme (Vlăsceanu et al., 2004).

Reconnaissance de l’apprentissage non formel et informel

Processus en vertu duquel un établissement certifie que les résultats d’apprentissage atteints et évalués dans un autre contexte (apprentissage non formel ou informel) satisfont tout ou partie des exigences d’un programme particulier, de ses composantes ou certifications.

Reconnaissance des crédits

Processus en vertu duquel un établissement certifie que les résultats d’apprentissage atteints et évalués dans un autre établissement satisfont tout ou une partie des exigences d’un programme particulier, de ses composantes ou certifications.

Règles de progression

Ensemble des règles qui définissent les conditions de la progression d’un apprenant au sein d’une certification ou vers une autre certification.

Relevé de notes

Dossier actualisé des progrès des étudiants dans le cadre de leurs études : unités d’enseignement qu’ils ont prises, nombre de crédits ECTS qu’ils ont obtenus et notes qui leur ont été octroyées. Il s’agit d’un document vital pour enregistrer les progrès et reconnaître les résultats d’apprentissage, y compris la mobilité des étudiants. La plupart des établissements produisent leurs relevés de notes à partir de leurs propres bases de données.

Ressources éducatives libres (REL)

Documentation numérisée ouverte et offerte gratuitement aux éducateurs, aux étudiants et auto-apprenants, à utiliser et réutiliser à des fins d’enseignement, d’apprentissage et de recherches ; inclut des contenus d’apprentissage, des outils logiciels pour développer, utiliser et distribuer des contenus, et des ressources de mise en oeuvre telles que des licences ouvertes ; les REL comprennent également les actifs numériques accumulés qui peuvent être ajustés et qui offrent des avantages sans restreindre la possibilité que d’autres en profitent (Ibid.).

Résultats d’apprentissage

Descriptions de ce que l’apprenant doit normalement connaître, comprendre et être capable de faire après réussite d’un programme d’apprentissage donné. L’acquisition des résultats d’apprentissage doit être évaluée par le biais de procédures basées sur des critères clairs et transparents. Les résultats d’apprentissage sont attribués à des unités d’enseignement individuelles et à des programmes dans leur ensemble. Ils sont également utilisés dans les cadres de certifications européens et nationaux pour décrire le niveau de certifications individuelles.

S

Stage en entreprise

Période planifiée d’expérience en dehors de l’établissement (par exemple, sur un lieu de travail) afin d’aider les étudiants à développer des aptitudes, savoirs ou compréhensions particuliers dans le cadre de leur programme.

Supplément au diplôme

Le supplément au diplôme est un document qui accompagne un diplôme de l’enseignement supérieur et qui décrit de manière standardisée la nature, le niveau, le contexte, le contenu et le statut des études suivies par son détenteur. Il est produit par les établissements d’enseignement supérieur en vertu des normes convenues par la Commission européenne, le Conseil de l’Europe et l’UNESCO. Le supplément au diplôme fait également partie des outils du cadre de transparence Europass.

Il propose les huit sections d’informations suivantes :

  • le titulaire de la certification
  • la certification
  • ses niveau et fonction
  • le contenu et les résultats atteints
  • la certification du supplément
  • les détails sur le système d’enseignement supérieur national concerné (fourni par les centres nationaux d’information sur la reconnaissance académique) / Centres nationaux d’information sur la reconnaissance académique (NARIC)
  • toute information pertinente supplémentaire.

Les diplômés de tous pays qui prennent part au processus de Bologne ont automatiquement le droit de recevoir le Supplément au diplôme gratuitement et dans l’une des principales langues européennes.

Système européen de crédits d’apprentissages pour l’enseignement et la formation professionnels (ECVET)

Le système ECVET vise à permettre le transfert, la reconnaissance et l’accumulation des résultats d’apprentissage pour obtenir une certification. Ce système décentralisé s’appuie sur la participation volontaire des États membres et des parties intéressées en matière de formation professionnelle, qui respecte la législation et la réglementation nationales. Il donne un cadre méthodologique pour décrire les certifications en termes de résultats d’apprentissage utilisant les unités, permettant l’attribution de points transférables pour les États membres avec différents cadres d’éducation et de certification. Le système ECVET est fondé sur des partenariats concernant la transparence de la certification et de la confiance mutuelle des parties intéressées (ECVET, 2010).

Système européen de transfert et d’accumulation de crédits (ECTS)

Système d’accumulation et de transfert de crédits centré sur l’apprenant, basé sur le principe de transparence des processus d’apprentissage, d’enseignement et d’évaluation. Son objectif est de faciliter la planification, la mise en oeuvre et l’évaluation des programmes d’enseignement et de la mobilité des étudiants en reconnaissant les résultats d’apprentissage, les certifications et les périodes d’apprentissage.

T

Tableau de distribution des notes

Les tableaux de distribution des notes montrent la manière dont l’échelle de notation au niveau national ou de l’établissement est appliquée au sein de ce dernier, que ce soit en accès ouvert ou dans le cadre de systèmes sélectifs, et permettent la comparaison avec la distribution statistique des notes dans le groupe de référence parallèle d’un autre établissement. Ils représentent la distribution statistique des notes positives (notes de passage et supérieures) octroyées dans chaque domaine d’étude d’un établissement spécifique.

Transfert (de crédits)

Processus d’octroi de crédits dans un contexte (programme, établissement) reconnu dans un autre contexte formel aux fins d’obtention d’une certification. Les crédits octroyés aux étudiants dans le cadre d’un programme peuvent être transférés d’un établissement afin d’être accumulés dans le cadre d’un autre programme offert par le même ou par un autre établissement. Le transfert de crédits est la clé de la réussite de la mobilité des études. Les établissements, facultés et départements peuvent passer des accords garantissant la reconnaissance et le transfert automatiques des crédits.

Transfert de crédits

Processus permettant aux crédits octroyés dans un établissement d’enseignement supérieur d’être reconnus et comptabilisés en vertu des exigences du programme d’un autre établissement ou permettant aux crédits obtenus en vertu d’un programme particulier de contribuer aux exigences d’un programme différent.

U

Unité d’enseignement/Unité de cours

Expérience d’apprentissage bien délimitée et officiellement structurée (telle que : unité d’enseignement, module, stage en entreprise). L’ensemble de ses résultats d’apprentissage doit être cohérent et explicite, ses activités d’apprentissage définies doivent être cohérentes avec le temps imparti au programme et avec les critères d’évaluation appropriés.

V

Validation

Processus de confirmation, par un organisme autorisé, de l’acquisition de résultats d’apprentissage mesurés par rapport à une norme pertinente, et composé des quatre phases distinctes suivantes :

  1. Identification grâce au dialogue sur les expériences particulières d’une personne ;
  2. Documentation visant à rendre visibles les expériences individuelles ;
  3. Évaluation formelle de ces expériences ; et
  4. Certification des résultats de l’évaluation pouvant donner lieu à une certification partielle ou complète (Recommandation 2012/C 398/01).

Validation des certifications professionnelles

La Directive 2005/36/CE établit les règles applicables aux États membres de l’UE sur l’accès à une profession réglementée ou son exercice subordonné à la possession de certifications professionnelles déterminées. La Directive stipule que l’État membre d’accueil doit reconnaître les certifications professionnelles obtenues dans un autre État membre, ce qui permet au titulaire desdites certifications d’y poursuivre la même profession, à des fins d’accès à et d’exercice de cette profession.

La reconnaissance de certifications professionnelles par l’État membre d’accueil permet aux bénéficiaires d’avoir accès, au sein de cet État membre, à la même profession que celle pour laquelle il est qualifié dans son État membre d’origine et de l’exercer dans l’État membre d’accueil dans les mêmes conditions que ses citoyens (Directive 2005/36/CE).

Validation des savoirs et des Acquis d’Expérience (VAE)

Validation des résultats de formation dus à un apprentissage formel, non formel ou informel, acquis avant la demande de validation (Recommandation 2012/C 398/01).