Chemin de navigation

 

ECTS et l’espace européen de l’enseignement supérieur (EEES)


En 1999, la Déclaration de Bologne a inclus le système ECTS aux principaux objectifs à atteindre par les pays participant au processus de Bologne. Grâce aux réformes mises en oeuvre au cours du processus, le système ECTS est devenu un outil clé de l’espace européen de l’enseignement supérieur (EEES).

Le système ECTS a été adopté en tant que système national de crédits dans la plupart des pays de l’EEES. Dans d’autres régions du monde, il est également de plus en plus couramment utilisé par les établissements ou interagit avec succès avec les systèmes [3] de crédits locaux sur la base de critères comparables, et joue ainsi un rôle dans la dimension de plus en plus globale de l’éducation.

Au sein de l’EEES, le système ECTS accroît la transparence et la lisibilité du processus de formation. Il joue par conséquent un rôle efficace dans le changement et de la modernisation, dans la mesure où sa mise en oeuvre favorise le changement de paradigme : d’une approche centrée sur l’enseignant à un apprentissage centré sur l’étudiant, apprentissage reconnu comme principe sous-jacent de l’EEES.

Nota Bene

Apprentissage centré sur l'étudiant

L’apprentissage centré sur l’étudiant est un processus de transformation qualitative pour les étudiants et autres apprenants dans un environnement d’apprentissage, qui vise à améliorer leur autonomie et leur capacité critique grâce à une approche basée sur les résultats d’apprentissage.

Ce concept peut être synthétisé par les éléments suivants :

  • Recours à un apprentissage actif plutôt que passif ;
  • Accent mis sur l’apprentissage et la compréhension critiques et analytiques ;
  • Responsabilité et responsabilisation accrues de l’étudiant ;
  • Autonomie accrue de l’étudiant ;
  • Un regard réflexif sur les processus d’apprentissage et d’enseignement de la part des étudiants et des enseignants.

En utilisant les résultats d’apprentissage et la charge de travail dans le cadre de la conception et de la mise en oeuvre des programmes, le système ECTS place l’étudiant au centre du processus de formation. Par ailleurs, l’utilisation des crédits facilite la création et la mise en oeuvre d’un parcours d'apprentissage flexible, ce qui amène les étudiants à devenir autonomes et responsables.

En raison de son approche basée sur les résultats, l’emploi du système ECTS sert d’autres fins de l’EEES :

  • Il facilite la validation des savoirs et des acquis de l’expérience, encourage l’élévation du niveau de qualification et favorise l’accès à la formation tout au long de la vie ;
  • Il établit un lien plus étroit entre les programmes de formation et les exigences sociétales et améliore l’interaction avec l’ensemble des parties prenantes, y compris le monde du travail et la société en général ;
  • Il facilite la mobilité au sein d’un établissement ou d’un pays, d’un établissement à un autre, d’un pays à un autre, entre différents secteurs de formation et contextes d’apprentissage (apprentissage formel, non formel, informel ou en stage) grâce à la reconnaissance et au transfert de crédits.

Dans la législation nationale, l’utilisation du système ECTS peut être une exigence pour l’accréditation de programmes ou de certifications de l’enseignement supérieur.



3. Le système ECTS a inspiré le développement de systèmes de crédits dans d’autres régions du monde, comme en Asie du Sud-Est, en Amérique latine et, plus récemment, en Afrique.