Chemin de navigation

Politiques sectorielles de l’UE

Au cours des dernières décennies, le besoin d’établir des conditions égales et des règles communes pour les secteurs marchands, notamment des règles en matière d’intervention du secteur public, est devenu de plus en plus apparent.

Cette situation est due à l’intensification de la répartition du travail à l'échelle internationale et au fait qu’une grande majorité des marchés des biens et des services sont désormais internationaux ou qu’ils ont des retombées internationales. En Europe, l’Union européenne définit les règles et assure l'égalité des conditions.

L’Union européenne met en œuvre des politiques dans tous les secteurs de l’économie. Certaines de ces politiques (politique agricole commune, politique de concurrence) remontent à la fondation de la Communauté européenne. Dans d’autres domaines, tels que la politique environnementale ou la politique de cohésion, le rôle de la Communauté européenne s’est développé au fil du temps, à mesure que les avantages d’une coopération et d’une coordination rapprochées entre les États membres apparaissaient plus clairement, que les retombées internationales devenaient plus visibles ou que les différences de niveau de vie variaient de plus en plus d’un pays à l’autre en raison des élargissements successifs. Pour d’autres domaines tels que l’énergie, les États membres ont conservé de nombreuses responsabilités. À titre d’exemple, ce n’est qu’en 2007 que le Conseil européen a adopté une «politique énergétique pour l’Europe».

Le rôle de la DG ECFIN


Dans tous ces secteurs, la DG ECFIN soutient le développement de politiques rentables, c’est-à-dire qui atteignent leurs objectifs au coût le plus bas pour la société, tout en soutenant le développement durable et en stimulant l’emploi et la croissance économique.

Pour ce faire, nous proposons des analyses économiques pour soutenir l’élaboration des politiques et nous encourageons d’autres directions générales à rechercher des options politiques qui fournissent les résultats souhaités en améliorant le mode de fonctionnement des marchés plutôt qu’en créant des obstacles inutiles.

En général, nous tentons d’éviter les mesures intrusives qui recommandent des techniques de production particulières ou réglementent directement les types de biens qui peuvent être produits. Nous privilégions plutôt des solutions qui fixent un prix à payer pour les activités dangereuses telles que la pollution et laissent aux acteurs économiques individuels le soin de réagir. Il a en effet été prouvé que ces instruments politiques plus flexibles de non-intervention produisent des résultats identiques, voire supérieurs, aux approches plus intrusives.

Autres outils

  • Version imprimable 
  • Diminuer la taille du texte 
  • Augmenter la taille du texte